AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (int2, nora), we're falling forever.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: (int2, nora), we're falling forever.   Lun 29 Mai - 13:31

we're picture perfect in a broken frame.
intrigue 2 : nora blake et joshua burrows.

Liam lui avait parlé du camp de Lafayette, lorsqu’ils s’étaient retrouvés quelques temps plus tôt dans le plus grand des hasards. Il n’avait certainement pas pensé qu’il retrouverait un jour son frère. Il avait quitté Las Vegas avec Nora, sans vraiment se préoccuper du reste de sa famille. Il avait peut-être été égoïste ou juste trop ancré dans un besoin de rédemption, pour réussir à détourner son regard de la blonde. Alors il ne savait pas ce qui était arrivé à sa mère ou à son père, ni même à sa belle-mère. Il était parti avec Nora et le reste n’avait pas eu d’importance. Il avait fini par admettre, au fil des mois qui s’étaient écoulés qu’ils devaient être morts. Ça lui avait évité au moins, de s’accrocher à un espoir vain. Le pays était grand et ils en avaient du chemin, Nora et lui, depuis le Nevada. Alors, même si leurs proches devaient être encore en vie, quelles avaient été les chances qu’ils se retrouvent un jour ? Il n’y croyait pas lui, en un avenir meilleur où les choses rentreraient dans l’ordre, que les communications seraient de nouveau fonctionnelles et qu’enfin, il pourrait joindre ses parents pour s’assurer qu’ils allaient bien. C’était un rêve auquel il ne s’était jamais accroché. Y avait toujours que Nora avec lui. La seule personne qui lui restait de la vie qu’il avait eu avant tout ça. Celle qu’il voulait préserver, qu’importait les dangers ou les sacrifices qu’il devrait faire. Mais un jour comme ça, y avait eu Liam. Son demi-frère, il était sorti de nulle part sans crier gare. Ça avait été un hasard auquel il avait eu du mal à croire. Liam, il était venu depuis la Californie, jusqu’à ce même coin de Louisiane. Le pays était grand et pourtant, ils s’étaient retrouvés tous les deux au même endroit, c’était peut-être le signe que maintenant, ils devaient se démerder pour rester ensemble.

Il avait été réticent pourtant, à l’idée d’entrer dans ce camp. Quand il avait recroisé Liam de toute façon, ça n’avait pas été une option, alors qu’il était toujours à la recherche de Nora. Il lui avait dit qu’il devait la retrouver avant et que peut-être après, il pourrait envisager une telle option. Mais il était pessimiste, Joshua, alors il avait cette impression que rejoindre un camp, c’était se risquer à connaitre la même chose que ce qu’ils avaient déjà connu dans leur premier camp. Mais, Lafayette, c’était différent. Liam il avait parlé des grandes barricades autour du camp, il avait dit qu’ils avaient l’eau, l’électricité, de nombreuses ressources. Rien qui ressemblait au camp de fortune dans lequel Nora et lui avaient passé plusieurs mois avant d’être séparés. Ils n’avaient pas eu beaucoup de protection eux dans leur petit camp, alors peut-être que ça valait le coup de tenter leur chance dans le camp de Lafayette, peut-être que c’était une bonne idée, que ce serait mieux de passer de planque en planque en espérant que rien de grave ne leur arrive. Après des semaines et des semaines d’hésitation, ils avaient décidé de s’y rendre dans ce fameux camp. Liam, il avait dit qu’y aurait des gardes aux portes, des mecs en train de surveiller l’extérieur mais y avait personne et il ne savait pas s’il était devenu parano à force de survive au milieu du chaos, mais il trouvait ça définitivement suspect. Comme si ça ne suffisait pas, y avait eu des coups de feu qui venaient de l’intérieur du camp. Personne à la surveillance, des coups de feu à l’intérieur des murs, pour un camp sécurisé, ça paraissait quand même suspect. Y avait Liam à l’intérieur, il venait à peine de le retrouver, alors il n’était pas question de le laisser là-dedans. « J’sais pas ce qu’il se passe là-dedans. Tu devrais retourner à la planque, je vais essayer de retrouver mon frère. » Il devait retrouver son frère, mais il ne pouvait pas trainer Nora là-dedans, il n’avait pas la moindre idée de ce qui pouvait pousser les gens à tirer, mais y avait des cris et des coups de feu, ça suffisait à arriver à la conclusion que c’était dangereux, alors qu’elle aille se mettre en sécurité Nora, lui, il allait trouver un moyen d’entrer dans le camp.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: (int2, nora), we're falling forever.   Lun 29 Mai - 15:56

the better angels.

L’Apocalyse, ç’avait le don de réécrire le monde; d’faire revoir aux gens leurs jugements, de façonner les pensées de façon nouvelle. Une surprise constante, qui tenait en haleine d’une façon bien disgracieuse: Nora, elle aurait aimé n’jamais perdre foi en l’humanité - à une époque, ç’avait été tout ce qui lui restait. Maintenant, c’était autre chose; et pourtant, ils avaient bel et bien décidé de partir en direction de Lafayette, comme si ça pouvait aider, comme si ça pouvait être une vraie solution. La seule fois qu’elle avait croisé des types du camp, elle, ils avaient pointé un flingue droit vers sa tête, comme si elle était une menace plus dangereuse que les rôdeurs mangeurs de chair, et comme s’ils avaient le droit de vie et de mort sur tout le monde. Alors même si errer en solo dans le monde comme s’ils n’pouvaient trouver aucune attache, ne semblait pas être la meilleure solution qui soit, la blonde n’était pas prête à jurer que les hautes fortifications du camp soient le havre de paix auquel ils pouvaient s’attendre. Allaient-ils troquer leur liberté, contre de l’électricité, un peu d’eau potable, la possibilité de dormir paisiblement la nuit? Il semblait bien que c’était le prix à payer pour survivre aujourd’hui: tous les droits humains d’un côté de la balance - et de l’autre, la nécessité de vivre, même si ça devait être sur le dos de tous les autres. Pourtant, ils devaient bien le savoir, que dehors, au-delà de leurs murs bien hauts à eux, survivre était de plus en plus difficile; avec les horsemen, les zombies, les ressources qui se raréfiaient, le climat capricieux. Parfois, Nora, ce qu’elle se disait c’était qu’ils devraient surtout trouver un moyen de changer d’état: encore aujourd’hui, elle se demandait si les fermiers du fin fond de la campagne américaine avaient la moindre idée de ce qui arrivait dans le monde aujourd’hui, ou s’ils n’s’étaient rendus compte de rien. Lutter semblait être inutile, de plus en plus, et la seule chose qui la gardait un tant soit peu saine d’esprit dans tout ça, c’était la présence de Joshua à ses côtés. Quelle ironie. Il y avait eu une courte période, presque de deuil, de peine et de désarroi où elle aurait juré que Joshua Burrows était la pire chose qui était arrivée dans sa vie - au moins pour ce qui était de son coeur, des choix qu’elle avait faits pour celui-ci. Et dire qu’elle avait failli se lancer dans un mariage avec lui - d’lui donner sa vie, son âme, son futur, comme ça. Heureusement, peut-être alors, qu’elle avait accepté ce job à l’autre bout du monde, pour laisser l’occasion au jeune homme de dévoiler son vrai visage à nouveau: comme ça, il n’l’aurait pas trompée une fois qu’ils seraient mariés, parce qu’elle aurait fait quelque-chose qui lui aurait déplu pour une raison ou une autre. La rancoeur était une chose tenace, et Nora s’en découvrait à revendre, pour une histoire qu’elle avait peut-être elle aussi condamnée; au moins jusqu’à un certain degré. Elle n’s’estimait pas être celle qui avait le plus enterré leur amour, et réduit la confiance à néant. Et de toute manière, quels que soient ses sentiments, la vie de tous les jours semblait surtout lui demander ‘à quoi bon s’y accrocher’, alors que la survie prenait le pas sur tout le reste, et qu’ils n’avaient même pas le temps, tous les deux, de véritablement se poser?

Peut-être que dans l’autre sens, ç’aurait été aussi ‘à quoi bon s’aimer?’ quand ils risquaient de mourir si souvent, quand ils pouvaient se perdre dans un claquement de doigts, à cause d’une attaque de morts-vivants ou d’humains parfaitement normaux. C’était un miracle, indéniablement, qu’ils se retrouvent tous les deux, devant les hautes murailles de Lafayette: et s’ils ne les acceptaient pas? Et s’ils n’acceptaient pas un d’eux deux? Et s’ils n’acceptaient pas Diego? Ça semblait presque être une préoccupation superficielle, de la part de la Blake, de se concentrer sur son chien à cet instant précis: personne ne pouvait comprendre le lien qui la connectait à la bête, le temps qu’ils avaient passé ensemble, toutes les fois où la présence de ‘juste cet animal’ lui avait donné la foi de tenir bon, encore. Elle n’pourrait pas le laisser dehors, elle n’pourrait pas tourner la page comme ça; et tant pis si ça devait être stupide, et tant pis si ça devait lui coûter sa place de l’autre côté des murs de Lafayette. Ces convictions l’avaient guidée jusque-là, dans le sillage de Joshua, jusqu’à ce qu’ils arrivent devant les portes du camp; pas par le côté ou le petit coin d’où ils pourraient se faufiler. Non, ils étaient devant, exposés et vulnérables - histoire que des gardes ne leur tirent pas dessus en pensant qu’ils essayaient d’attaquer un Lafayette bien trop vaste pour eux, il semblait bien. La gorge serrée, Nora mit un certain temps à remarquer que personne ne les interrompit, qu’aucun accueil froid ne vint claquer dans l’air à leur encontre. Non, personne n’était là, et ce fut un coup de feu explosant dans l’air à plusieurs centaines de mètres de là qui l’alerta. Diego aussi, ne semblait pas particulièrement serein - quelque-chose se passait, et ça se passait dans le camp. Comme quoi, peut-être avaient-ils raison, Joshua et elle, de toujours craindre que chaque endroit sûr construit par les hommes finirait comme leur camp de fortune à eux. Leur petit groupe n’avait pas eu de hautes fortifications derrière lesquelles se cacher, mais tout le monde semblait condamné dans ce monde-là. Qu’est-ce qu’il se passait, alors?! Nora n’eut pas le temps de relever les yeux vers son compagnon pour chercher une réponse dans ses prunelles, qu’il ouvrit la bouche. Pour dire une connerie dont elle n’avait pas besoin, sans doute. « Ouais bien sûr, faisons ça. J’vais aller faire une sieste dans la planque pendant que tu vas faire je sais pas quoi dans le camp d’où on entend des coups de feu. » ironisa-t-elle, non sans une pointe de critique dans la voix. Des fois, elle ne le comprenait pas, Joshua; il l’avait larguée comme une merde parce qu’elle était partie à l’autre bout du monde faire son job - parce que c’était trop dangereux. Et puis après, quand ils s’étaient retrouvés dans un monde en ruines, il avait dit qu’il avait été sûr qu’elle était en vie, alors même qu’elle avait croisé plus de menaces en une seconde que dans toute sa vie. Et depuis, il avait passé son temps à essayer de la protéger, comme si elle ne valait pas mieux que ça; peut-être n’avait-elle pas prouvé sa bravoure face à lui, mais quand même. « Si tu vas là-dedans, je viens avec toi. Et on ressort tous ensemble. » parce qu’apparemment, il y avait Liam là-dedans, et c’était ce qui motivait Joshua à vouloir entrer coûte que coûte. Même si ça devait rendre tout compliqué entre eux; y’avait quand même bien moins de chance qu’il sorte indemne de ce camp, une fois qu’il aurait passé les portes de celui-ci, qu’elle, elle soit en réel danger en restant à distance. C’était trop stupide, de discutailler plus longtemps sur ce qu’il était intelligent de faire; mais elle avait cru qu’ils se l’étaient dits, net et précis, sans discussion possible, que maintenant qu’ils s’étaient retrouvés, c’était pour n’pas se retrouver séparés au premier problème à nouveau. Alors sans lui laisser plus de chance pour la contredire, elle récupéra l’arme à feu qu’il lui avait donnée à l’hôpital, celle qui pesait sur sa ceinture et de laquelle elle n’avait jamais tiré une seule balle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: (int2, nora), we're falling forever.   Lun 29 Mai - 20:13

we're picture perfect in a broken frame.
intrigue 2 : nora blake et joshua burrows.

Il n’avait pas franchement foi en ce camp dont il ne savait rien, Joshua. Il n’aimait pas forcément l’idée de rejoindre un camp quel qu’il soit, pas depuis ce qui était arrivé au sien. Ils avaient perdu trop de monde ce jour-là, trop d’amis pour que ça puisse sembler acceptable de s’engager de nouveau là-dedans. Joshua, il avait préféré resté seul, quand il avait été séparé de Nora, il n’avait connu que quelques alliances éphémères, quelques personnes, avec qui il avait fait un bout de chemin avant de repartir dans son coin. Il se disait que c’était mieux comme ça, tellement plus simple et ça lui avait permis de se concentrer sur celle qui comptait vraiment : Nora. Il avait toujours su aussi, qu’en temps de crises comme ça, faire confiance aux autres était quelque chose de compliqué. Alors être seul, ça avait été plus simple. Etre avec Nora uniquement aussi. Il lui faisait confiance probablement plus qu’elle ne lui ferait jamais confiance. Quoi que, il espérait qu’elle savait que même s’il avait été le pire fiancé que la planète avait pu connaitre, il ferait toujours de son mieux pour la garder en vie. Peut-être que Lafayette alors, c’était une option qui pouvait aller dans ce sens-là. Ils avaient des ressources, là où eux, ils commençaient à peiner. Peut-être qu’ils devraient continuer leur route, loin d’ici, mais c’était toujours la même question qui s’imposait à lui quand il y pensait : pour aller où ? Et combien de temps ils tiendraient à errer sur des routes de plus en plus lointaines ? Ils pourraient prendre une voiture, ça les aiderait sans doute, mais dans le fond, est-ce que ce serait pas pareil ailleurs ? Au moins, il avait confiance en Liam. Il avait confiance en son frère et si Lafayette pouvait leur offrir un peu de sécurité, peut-être pour un temps limité, il se disait que ça pouvait valoir le coup d’au moins aller voir. Rien ne les forcerait à rester une fois qu’ils auraient vu comment les choses se passaient, après tout.

Liam, il avait bien dit qu’il y avait des règles assez strictes, mais que c’était essentiel pour garder la cohésion du camp, il coulait bien le croire Joshua. Mais il savait aussi qu’y avait personne qui le garderait enfermé là où il n’avait pas envie d’être. Personne à part Nora, évidemment, parce que si elle se découvrait à l’aise dans le camp alors que lui pas du tout, il resterait quand même pour elle. Pour l’heure, ils étaient tous les deux plutôt sceptique vis-à-vis de cette histoire. Ils se comprenait au moins là-dessus, peut-être parce qu’ils avaient connu les mêmes tragédies, eu le même mode de vie, tous les deux depuis le début de l’apocalypse. Mais ils étaient venus jusqu’à ce camp, cette grande porte et ses hautes murailles. Mais y avait personne pour les accueillir, personne pour monter la garde, dans un camp censé être sécurisé, ça paraissait plutôt étrange. Et puis y avait eu des coups de feu, comme pour leur prouver à tous les deux que se méfier de ce genre de camp, c’était la meilleure chose à faire. Il ne savait pas ce qui se passait à l’intérieur des murs, mais les coups de feu, ils n’annonçaient rien de bon. Evidemment, qu’il aurait voulu que Nora aille se mettre en sécurité pendant qu’il allait chercher son frère. Evidemment, aussi, qu’il aurait dû se douter que la blonde n’allait pas approuver son idée. « Ce serait plus prudent … » Il laissa échapper un soupire, avant de serrer les mâchoires. Pourquoi est-ce qu’il essayait ? Elle n’allait pas lâcher l’affaire. Alors oui, ce serait plus prudent pour elle de rester à l’extérieur. Ce serait plus simple aussi peut-être s’il pouvait se faufiler là-dedans en ne pensant qu’à Liam. Parce qu’évidemment, son premier réflexe ce serait toujours de la protéger, quoi qu’il puisse arriver, comme il aurait dû le faire, envers et contre tout, avant que le monde ne s’effondre, si seulement il avait pas été un abruti fini. « Okay. » Qu’il reprit tout simplement, conscient qu’ils perdraient leur temps pour pas grand-chose s’il continuait d’argumenter. « Faut qu’on trouve un moyen d’entrer. » Y avait personne pour monter la garde, alors peut-être qu’ils pouvaient escalader les remparts, sans risquer de se prendre une balle. Peut-être qu’y avait un endroit où c’était plus simple qu’à un autre, plus discret aussi. Alors il commença à s’avancer, longeant la muraille pour essayer de trouver le meilleur endroit pour rentrer là-dedans si y avait un trou quelque part, ils pourraient le trouver aussi et le chien, il avait le flaire pour ça, trouver les petits endroits où se faufiler, c’était son truc, c’était peut-être une bonne chose qu’il reste, si souvent coller à Nora.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: (int2, nora), we're falling forever.   Mar 30 Mai - 15:56

 
the better angels.

L’argumentaire était là, planant dans l’air à chaque mot qu’ils se disaient, Joshua et elle; parfois, il semblait lui brûler les lèvres, à la blonde, d’autres fois, elle était trop fatiguée pour vouloir y penser. Alors elle s’était faite à l’ambiance contradictoire qui planait aujourd’hui, entre son ancien fiancé et elle: c’était presque ce qu’ils avaient connu à l’époque où ils avaient été dans ce camp ensemble, sauf qu’à l’époque, ils avaient eu la compagnie de quelques autres personnes pour faire tampon au milieu d’eux. Aujourd’hui, il n’y avait que Diego pour assister aux tensions insidieuses qui flottaient dans l’air entre les amoureux du passé, et le chien ne semblait pas avoir le moindre désir de s’attarder bien longtemps, quand l’atmosphère devenait électrique. Elle continuait de se dire, Nora, que ça n’servait à rien, que c’n’était pas la bonne période, qu’à quoi bon, que pourquoi, que de toute manière, ça ne changerait rien, parce qu’ils avaient vécu tous les deux depuis deux ans maintenant avec leurs convictions bien intactes. Elle aurait raté quelque-chose de sa vie, elle aurait manqué une opportunité trop importante, elle, si elle avait dû rejeter son offre d’emploi: et insidieusement, ç’aurait créé les mêmes problèmes entre eux que ceux qui semblaient les englober, désormais. Et Joshua, de son côté à lui, au fond, il n’avait semblé avoir toujours que des critiques et des idées toutes faites sur les décisions qu’elle prenait, mais jamais de vraies réponses pour arranger la situation. Non, sa façon de gérer les choses à lui, ç’avait été d’encore plus les ruiner, et puis de picoler et de se taper tous les genres de femmes possibles et imaginables, afin de l’oublier elle. Nora, elle se découvrait un vrai côté tenace dans la rancoeur, quand elle y pensait, et que ça lui tordait toujours autant les entrailles d’un dégoût incontrôlable. Elle n’pouvait pas, juste faire comme si de rien n’était - et pour tout le temps qu’ils n’parleraient pas, ils n’pourraient pas être autre chose que ce qu’ils étaient là. Des genres d’alliés, que la nécessité de survivre et de se protéger l’un l’autre maintenaient ensemble. Ça n’avait pourtant rien à voir avec les deux otages qui avaient eu besoin l’un de l’autre pour survivre, ceux qui s’étaient protégés l’un l’autre, et s’étaient lentement mais sûrement faits un chemin jusqu’au coeur de l’autre. Pour cette fois, la Blake avait verrouillé son coeur de façon hermétique; alors s’accrocher à sa colère aidait. Peu à peu, après tout, ils arrivaient à fonctionner ensemble, avec ce que l’autre était devenu; dès l’instant où elle rétorqua, le jeune homme sembla tout de suite savoir que ça n’servait à rien de discuter. Comme quoi, ils progressaient. Peut-être que du coup, dans sa façon de voir les choses à Joshua, ça lui donnerait le droit d’aller trouver elle ne savait quel coin de monde, une nana, et d’aller la sauter parce qu’il le pouvait, et parce qu’il avait besoin de se défouler. Le monde était plein de surprises, et de toute manière, Nora avait juste été stupide de croire que Joshua pourrait être différent, avec elle. Qu’il pourrait même en avoir envie - fallait croire que tant qu’elle faisait ce qu’il voulait, ç’avait été facile. Ils avaient définitivement été toujours programmés pour se planter, alors.

‘Okay’, semblait donc être une nette progression, et Nora n’allait pas fouler du pied cet effort. Elle n’allait pourtant pas agir comme si c’était l’acte le plus altruiste que Joshua n’ait jamais accompli: après tout, il avait qu’à la laisser faire ses choix, prendre sa vie en mains, et tant pis s’il devait arriver quelque-chose de mal. Là où elle avait eu peur à une époque, quand les choses auraient pu être mieux, maintenant, il était difficile de distinguer le ‘mieux’, où qu’il soit. C’était Lafayette, le ‘mieux’ apparemment; et ils se tenaient juste devant les fortifications du camp. Un ‘mieux’, un lieu sûr, un havre de paix pour les survivants, duquel claquaient des coups de feu et d’où se dégageait un genre d’ambiance morne dont elle se serait bien passée. Même les planques les plus désespérées de Joshua ne semblaient pas aussi froides, c’est dire. Mais Liam était là-dedans, et s’il devait être sous le feu des balles, le choix était vite fait: Nora ne voulait pas partir, elle ne voulait pas laisser Joshua faire les choses tout seul, et elle ne voulait pas être lâche et apeurée. C’n’était pas possible, d’être lâche et apeuré dans ce monde-là - c’était comme ça qu’on crevait, et elle avait trop souvent frôlé la mort déjà pour la craindre. Rien qu’être ici, c’était risquer sa vie; combien de temps avaient-ils avant que des rôdeurs n’arrivent? Ou peut-être étaient-ils juste là, pendant les cinq minutes durant lesquelles la relève des gardes se déroulait autour des portes - et que bien assez tôt, ils allaient se faire tomber dessus par des membres du camp, pas forcément sympathiques. Elle savait comment ils faisaient, les membres du camp pas sympathiques: ils pointaient leurs armes vers les intrus, qui qu’ils soient. Définitivement, Joshua avait besoin d’elle - il n’était pas assez pacifiste et trop impressionnant pour apaiser les tensions. Dès qu’il partit de son côté, elle entraina Diego le long des rambardes, suivant le chien qui reniflait ici et là. Il longea les murs pendant un bonne centaine de mètres, avant de se mettre à gratter. « Par là... » elle lança en direction de Joshua, s’assurant qu’il avait entendu avant de commencer à se glisser par ce qui semblait être une brèche bien faible: peut-être était-elle utilisée plus souvent que par les intrus comme eux, qui avaient le temps de faire le tour des murailles sans se faire canarder. Elle fut seule juste le long des murs pendant de longues secondes, avant que Joshua n’arrive à la rejoindre - peut-être allait-elle lui filer une syncope à lui faire des coups comme ça. Mais elle avait Diego et pour l’heure, indéniablement, c’était lui qui avait fait tout le boulot. « J’suppose que c’est... normal que tout semble vide quand y’a des coups de feu dans les rues... » marmonna-t-elle, alors qu’elle fut prise du vif sentiment d’être seule au monde; quelle ironie, dans ce camp. Peut-être était-ce parce qu’elle avait eu une vision trop idéaliste du havre de paix qu’était censé être Lafayette... mais elle avait cru que ce serait... différent. Différent, elle n’savait comment. Plus humain que dehors, en tout cas. C’était une déception sans conteste, mais elle y était habituée, aux déceptions.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: (int2, nora), we're falling forever.   Mar 30 Mai - 20:37

we're picture perfect in a broken frame.
intrigue 2 : nora blake et joshua burrows.

Il savait bien, Joshua qu’il avait tout foiré avec Nora. Il regrettait ce qu’il avait fait, il regrettait d’avoir noyé ses peines dans l’alcool et dans les bras de toutes les filles qu’il avait pu croiser dans les casinos de Las Vegas, alors qu’il avait été encore fiancé à Nora. Il avait une liste de justification à tout ça qu’il s’était dressé, répété, comme si à l’arrivée ça pourrait tout effacer et le débarrasser de la culpabilité qu’il avait pu ressentir, déjà à l’époque, dès qu’il avait été trop sobre pour faire abstraction des conséquences de ses actes. Il savait encore aujourd’hui que ses actions avaient mis un froid entre eux qu’il préférait accepter plutôt que discuter. Qu’est-ce qu’il pouvait faire de toute façon ? Il avait déjà dû le dire, au début de tout ça, qu’il était désolé et qu’est-ce que ça avait changé ? Pas grand-chose de toute évidence. Il n’avait jamais eu le temps d’arranger les choses comme il l’aurait voulu. Ça c’était joué à trop peu de temps. Un jour, elle lui avait balancé sa bague de fiançailles à la tronche et quelques jours plus tard elle était revenue le chercher pour qu’ils quittent la ville. Ça avait été si court que la bague, elle avait toujours été dans la poche de sa veste et il l’avait toujours, dans un coin de ses affaires. Peut-être qu’il aurait pu arranger les choses, peut-être qu’il aurait pu essayer, si le monde ne s’était pas effondré du jour au lendemain. Maintenant, il ne savait pas ce que ça valait, les excuses. Désolé, il l’était c’était certain. Il se sentait coupable, bien évidemment, mais en parler avec Nora, il avait l’impression, que ce serait juste balancer des mots au mauvais moment. Ce serait toujours le mauvais moment. Alors il se disait que les actions, peut-être que ça valait mieux, peut-être que c’était tout ce qui lui restait et il faisait de son mieux pour la garder en vie, pour accepter ses remarques, parfois tranchantes, sans broncher.

Il ne bronchait pas là non plus. Elle voulait l’accompagner dans ce camp à la recherche de Liam, alors très bien, il la laissait faire. Y avait quand même une partie de lui qui ne pouvait pas s’empêcher de se demander pourquoi. Elle lui en voulait, il avait compris, il n’était pas non plus complètement stupide, il savait très bien qu’elle lui en voulait et pas pour des choses qui étaient arrivées depuis que le monde avait changé, mais bien pour ce qui s’était passé avant, alors pourquoi est-ce qu’elle restait avec lui ? C’était une question qu’il ne pouvait pas s’empêcher de se poser, à lui-même, jamais à haute voix évidemment. Ça n’avait pas d’importance pour l’instant, ça faisait de toute façon de ces trucs dont ils ne parleraient probablement jamais, parce qu’y avait pas de bon moment pour ça, entre deux fuites après avoir manqué de se faire bouffer par des zombies ou après avoir échappé à un malade qui voulait leur peau pour une raison ou pour une autre. Peut-être que Lafayette, ça aurait pu leur octroyer un peu plus de temps pour ça, un peu moins de pression. Il n’en savait rien. Ce qu’il savait, c’était qu’à première vue, Lafayette c’était un plan qui tombait à l’eau. La sécurité censée y régner ne semblait pas être aussi idéale que Liam avait bien voulu le dire.  Il se retourna en entendant la voix de Nora. « Att-… » Trop tard, elle était déjà passée derrière les remparts. Au moins, elle ne le verrait pas soupirer et lever les yeux au ciel. Il ne tarda cependant pas à la rejoindre à l’intérieur du camp, se faufilant tout juste derrière elle. « Ça aurait presque pu avoir l’air du meilleur endroit du monde, quand il en parlait, Liam. » Il soupira de nouveau, alors qu’il fallait croire que son frère avait fait une erreur en lui chantant les louanges du camp. Etait-ce vraiment une surprise pour lui ? Il avait peut-être atteint un record dans le pessimisme qui faisait que non, ça ne l’étonnait même pas que ce camp soit loin, bien loin du havre de paix qu’on avait pu lui vendre. « Viens. » Qu’il prononça à l’adresse de la blonde avant de commencer à s’éloigner pour rejoindre une bâtisse qui était là, ils seraient plus discrets planqués derrière un mur sans aucun doute. Il tira de sa poche un plan grossier du camp que Liam avait dessiné comme pour lui vanter les mérites du camp, pour l’instant, il n’en voyait pas beaucoup des mérites lui. « On doit être à peu près là … » Il montra sur le plan ce qui lui semblait le plus probable en vue de ce qu’il voyait, des dessins de Liam et des explications que ce dernier avait pu lui donner. « Il m’a dit qu’il avait une maison, par ici. » Encore une fois, il désigna un coin du plan. « C’est peut-être l’endroit le plus probable où le retrouver. » Il releva le regard vers la blonde, attendant son approbation, il semblait bien qu’ils allaient faire comme elle le voulait aujourd’hui – ou qu’elle ferait comme elle voulait – alors autant être sûre que ça lui convenait, il n’avait pas franchement envie de la perdre de vue là-dedans au milieu d’un camp dont ils ne savaient pas grand-chose. Il n’avait pas envie de la perdre tout court et même si elle lui en voulait, il espérait qu’au moins, elle pouvait comprendre ça.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: (int2, nora), we're falling forever.   Dim 4 Juin - 4:46

 
the better angels.

Parfois, peut-être dans des moments qu’on pouvait qualifier de pragmatiques ou réalistes, Nora s’disait à elle-même que c’était stupide, de s’accrocher comme ça à sa rancoeur. Qu’à quoi bon? Et que si elle devait être en colère, c’était encore plus stupide et enfantin de n’jamais lâcher les mots qui tournaient dans sa tête, pour enfin crever l’abcès. C’était à croire qu’ils préféraient crever sans rien s’avouer, sans même essayer de mettre les choses au point, plutôt que d’agir comme des adultes. Le fait était, que la Blake n’avait pas spécialement envie de se retrouver face au Joshua qu’elle avait vu quand elle était revenue de sa mission pour le travail; le vrai fils de Las Vegas qui n’en avait cure de l’avoir blessée, et justifiait toutes ses actions avec des actes qu’elle avait elle, commis, et qui semblaient être réponse à tout. C’était elle qui avait commencé, en voulant aller faire son job, malgré ce qui lui était arrivé. Et voilà que ça expliquait tout. Voilà que ça justifiait chaque baiser qu’il avait partagé avec une autre femme, chaque fois qu’il avait planté sa queue dans une autre femme, et chaque fois qu’il avait probablement dit à toutes ces autres femmes, qu’il était ‘célibataire’, ou ‘libre’, peu importait le terme qu’il avait pu utiliser. Peut-être avait-il même pris les quelques books de préparation qu’elle avait commencés pour leur mariage, et qu’il s’était bien fendu la poire avec certaines de ses conquêtes. Peut-être même qu’il avait préféré être avec une autre femme qu’elle. Peut-être qu’il avait juste fini par oublier à quoi elle pouvait ressembler, à quoi ça faisait de lui faire l’amour à elle, ou pourquoi est-ce qu’il était un jour tombé amoureux d’elle. Les pensées avaient une façon d’empoisonner toutes les situations possibles et imaginables; et plus le temps passait, plus elles allaient loin. Plus elles s’incrustaient profondément dans l’esprit, comme de vraies convictions. Et maintenant, elle n’savait plus Nora, s’ils pourraient même avoir à nouveau un dixième de ce qu’ils avaient eu à l’époque - pas uniquement à cause de la fin du monde et des zombies. Mais parce qu’elle n’pouvait plus lui faire confiance, parce qu’elle n’en avait pas la force, et parce que trop souvent, le regarder s’associait à une douleur lancinante qui lui coupait le souffle. Y’avait eu un temps où perdre son souffle en regardant Joshua avait été synonyme de toutes les bonnes choses possibles et imaginables - maintenant, c’était tout l’inverse. Elle n’avait pas envie de parler, alors, pour découvrir que rien d’tout ça n’avait changé. Pour capter que Joshua était toujours aussi imperméable à ses fautes qu’il l’avait été, avant qu’elle ne lui balance sa bague de fiançailles dans la tronche. Une fois avait largement suffi. Et parfois, dans les pires moments de rancoeur, elle se demandait pourquoi elle était venue vers lui quand elle avait appris, pour tout ce qui se passait dans le monde. Peut-être avait-il su qu’il crèverait au bout de quelques jours sans ça, bouffé par un zombie pendant son coma éthylique ou pendant qu’il pionçait avec une de ses trainées dans les bras. Peut-être avait-elle était plus pitoyable encore qu’elle n’pouvait se l’avouer, accrochée à lui avec l’énergie du désespoir. Et cette impression-là n’faisait que peser dans la balance de son orgueil aujourd’hui; Nora avait déjà été assez pathétique comme ça, vulnérable de la sorte sous les yeux de Joshua. Elle n’voulait plus. Elle n’voulait plus être vulnérable.

Pourtant, ça n’ressemblait qu’à un match d’arrogance, tout ça; Nora avait été vulnérable et pitoyable, sans lui, pendant tous ces mois durant lesquels ils s’étaient perdus. Elle avait été la pauvre fille, apeurée par chaque bruit, celle qui la nuit, avait eu besoin de se lover contre Diego pour que ses larmes se perdent dans les poils du chien, plutôt que le vide n’laisse passer ses sanglots pour attirer tous les rôdeurs du coin. C’n’était qu’une mascarade, c’qu’elle essayait d’être avec Joshua - elle n’avait pas l’habitude d’être humainement distante des autres, elle n’avait pas l’habitude de ne pas parler, ou même de n’en faire qu’à sa tête avec imprudence. Pauvre Liam, presque, s’ils devaient le retrouver désormais, et s’il fallait qu’il se retrouve entre les deux fiancés paumés et brisés que Joshua et elle étaient devenus. Peut-être bien que si toutes leurs craintes n’étaient pas vérifiées, ils pourraient bel et bien rester à Lafayette. Et peut-être qu’ils pourraient faire leur chemin chacun de leur côté, dans ce camp, à défaut d’avoir fait mieux jusque-là. Mais les premières impressions étaient souvent les bonnes, fallait croire, dans ce monde désormais; les épais silences qui planaient sur les rues du camp, les coups de feu qu’ils avaient entendus, tout cela n’augurait rien de bon. Et maintenant, plus les secondes passaient depuis qu’ils avaient passé les palissades, plus le sentiment d’insécurité grandissait en Nora: dans quelle situation allaient-ils se foutre? Et pourquoi est-c’que le jour où ils se décidaient enfin à s’approcher des remparts de Lafayette, il fallait que ce soit dans une situation dangereuse? Elle n’savait pas si c’était Liam qui avait eu tort, ou si c’était juste le destin qui était cruel avec eux - un vrai connard. Diego ne s’éloignait pas, et ça, c’était déjà un indicateur de mauvaises nouvelles. Alors quand Joshua lui dit de le suivre, elle ne se fit pas prier, lançant un signe à l’adresse du chien pour qu’il reste sur ses talons. Ce qu’il fit. Définitivement, ils venaient de rentrer dans un traquenard qu’ils avaient sous-estimé. Derrière leur coin de mur, elle écouta les quelques paroles du jeune homme, peu désireuse de discuter son sens de l’orientation à lui - il avait été dans l’armée, après tout, ils devaient bien recevoir une formation pour ça. Avant qu’elle ne puisse répondre quoique ce soit, pourtant, plusieurs coups de feu claquèrent encore dans l’air - à proximité, vraiment à proximité d’eux. S’ils firent bondir Nora d’abord, elle fut bien vite rattrapée par ses réflexes, agrippant le bras de Joshua, la peau de Diego, alors qu’elle s'accroupissait, les entrainant à se recroqueviller dans un coin avec elle. Ils entendirent des pas, des voix; avec le sang battant contre ses tempes, Nora fut bien incapable d’enregistrer le moindre mot concret de ce qu’ils disaient, qui qu’ils soient, ces types armés. Elle retint sa respiration pendant de longues secondes, persuadée pourtant que son coeur battant si fort contre sa poitrine allait la trahir - les trahir tous. Mais rien ne vint. « Et on fait quoi s’il est pas là-bas? » elle demanda finalement, dans un chuchotement nerveux à l’adresse du Burrows: fallait bien y penser - la dernière fois que Joshua avait vu son demi-frère, celui-ci avait été en dehors du camp. Qu’est-ce qui leur disait que Liam n’était pas en mission à des kilomètres du camp, plutôt que dans sa maison? Qu’est-ce qui leur disait que Liam était vivant tout court? Une pensée qui fit passer un brin d’horreur sur le visage de la blonde, mais qu’elle ne mit pas en voix - elle n’pouvait pas parler comme ça à Joshua, tout comme elle n’pouvait pas s’imaginer tous les gens qu’elle avait pu croiser, dans sa vie, avant ou après l’Apocalypse, morts d’une quelconque façon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: (int2, nora), we're falling forever.   Dim 4 Juin - 17:23

we're picture perfect in a broken frame.
intrigue 2 : nora blake et joshua burrows.

Il avait merdé avec Nora, il le savait bien Joshua. Il avait merdé avec tout un tas de personnes au cours de sa vie Il pouvait se dire qu’au moins, il avait su entretenir ses liens familiaux sans tout foutre en l’air. Il avait soutenu ses parents du mieux qu’il le pouvait même si sur bien des points, il avait dû les décevoir, jamais il n’avait eu l’ambition de reprendre l’empire de son père, il avait cru qu’il pourrait trouver sa propre voie et bizarrement, l’armée, ça l’avait pas mal aidé de ce côté-là. Il s’y était senti à sa place. Il avait été proche de ses collègues, encore des relations qu’il n’avait pas foiré par lui-même, il s’était contenté de voir ses amitiés brisées par la mort alors qu’il avait vu un grand nombre de ses camarades se faire abattre juste devant ses yeux. Il se disait qu’il n’avait pas été un si mauvais frère que ça non plus. Il s’était toujours bien entendu avec Liam, même s’il était arrivé dans sa famille comme ça, un beau jour quand son père avait retrouvé l’amour auprès d’une autre femme. Il ne savait pas s’il l’avait soutenu de la bonne façon quand il avait été au plus mal, Liam, mais il avait essayé et il avait promis qu’il ne le laisserait pas tomber. C’était avec les filles, qu’il avait souvent fait n’importe quoi. Il avait menti, il s’était joué d’elles en s’en fichant complètement et il avait parfois dépensé des sommes d’argent complètement folles juste pour épater une fille, la mettre dans son lit et l’oublier deux jours plus tard, même au-delà de ça, payer des stripteaseuses voire même des prostituées de luxe, parce qu’il en avait les moyens alors pourquoi pas ? Il avait été ce genre de type Joshua, à certaines périodes de sa vie. Nora elle avait été différente, Nora elle avait été celle qui lui avait fait réalisé à quel point il avait été con, il avait été celle pour qui il avait eu envie de changer et à la première difficulté, il avait tout foutu en l’air comme le roi des cons.

Quand il repensait à la vie qu’il avait mené avant Nora, il pouvait au moins se dire que malgré sa connerie, il avait bien profité de la vie – et du fric de ses parents – une bonne chose en somme, quand on voyait à quoi le monde ressemblait à présent. Quand il repensait à sa vie avec Nora, il revoyait les espoirs d’une vie qu’il n’avait jamais réussi à atteindre et qu’il aurait aimé connaitre pourtant. Il aurait vraiment voulu l’épouser, construire sa vie avec elle, avoir des enfants même pourquoi pas et c’était des rêves qu’il n’atteindrait jamais aujourd’hui, parce que le monde ne le lui permettrait pas. Ce n’était pas pour autant qu’il arrivait à se dire que c’était tant mieux alors qu’il ait détruit leurs rêves comme ça, plutôt que de les voir s’envoler au milieu du chaos. Au moins, le monde n’avait pas emporté leurs attentes avec lui, quand il s’était effondré. Nan, il n’arrivait pas à penser comme ça, tout ce qu’il voyait quand il regardait Nora, c’était un raz-de-marée de regrets dans lequel il se laissait peu à peu sombrer, parce que ça n’avait plus de sens aujourd’hui de revenir sur le passé. Il voyait les opportunités manquées, ses erreurs, et il avait l’impression que c’était juste trop tard pour se rattraper Alors il taisait tout ça et il continuait d’avancer. Lafayette, ça aurait peut-être pu être l’occasion de trouver quelque chose de stable, un truc assez tranquille pour qu’ils aient l’occasion de revenir un peu sur le passé, ou bien, ça aurait pu les séparer encore plus, ils n’en sauraient jamais rien, parce qu’à première vue, y avait pas de camp sécurisé derrière les murailles qu’ils avaient réussi à franchir. Y avait juste des cadavres et des coups de feu, cette ambiance qui lui rappelait trop bien la guerre et qui aurait pu facilement le faire céder à la panique, alors que ses vieux fantômes étaient toujours là, dans un coin de sa tête. Mais il se concentrait sur ce qui comptait, Nora, qu’il devait garder saine et sauve, Liam, qu’il voulait retrouver. Il avait suivi le mouvement de Nora, s’accroupissant alors qu’y avait des mecs qui passaient, ils étaient armés et pas qu’un peu, rien de bien rassurant. Une fois qu’ils furent passé, il se reconcentra sur Nora. Qu’est-ce qu’ils feraient s’ils ne trouvaient pas Liam chez lui ? Il n’en avait pas la moindre idée. « On improvisera. » Il n’avait pas mieux à lui proposer. Il avait dit qu’il ne partirait pas de là sans son frère, pas qu’il avait un merveilleux plan, bien précis dans un coin de son crâne. C’était elle qui avait tenu à venir, il ne l’avait pas forcé à le suivre après tout. Il jeta un dernier coup d’œil au plan, pour voir à peu près vers où les types qui venaient de passer se diriger, définitivement pas la direction à prendre. « Par-là. » Qu’il indiqua avant de se faufiler derrière la maison, là où ils étaient, toujours moins visibles que s’ils devaient traverser la rue. Il avait retenu le chemin le plus court pour aller vers la fameuse baraque où il espérait trouver Liam, maintenant le tout, c’était d’y arriver sans se faire repérer.   
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (int2, nora), we're falling forever.   

Revenir en haut Aller en bas
 

(int2, nora), we're falling forever.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» We've got forever but you know that's not much time | Parfaite
» Tournoi Trollistes Forever - 1750 pts individuel - 17 et 18 mai 2014
» Sayric-forever
» Trackmania Nations Forever
» [Proto Deck] House Tully Will Stand Forever
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
hearts still beating :: What happened and what's going on. :: dead things :: les rps :: rps abandonnés-
Sauter vers: