AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Where the fuck were you ?! || Samuel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Evan Rachel Wood
▴ inscrit le : 11/04/2017
▴ messages : 219
▴ multi-comptes : Demetrius & Levia
▴ points : 718
MessageSujet: Where the fuck were you ?! || Samuel   Ven 14 Avr - 20:19

I don't want to be alone
Samuel ft. Aliénor

Les feux des projecteurs éblouissent Aliénor qui est sur le devant de la scène. Etre chanteuse d’Opéra était son rêve et elle avait enfin réussi à le réaliser. Elle était épanouie dans cette vie pourtant terriblement difficile. A cause d’un mariage arrangé, forcé, elle avait dû dire au revoir à son innocence mais aussi au peu d’amis qu’elle avait la chance de compter dans son entourage. L’Opéra commence et elle se voit clairement chanter, jouer la comédie : faire des accords avec sa voix que peu de personnes sont en mesure de faire jusqu’au moment où le souffle lui manque. L’air ne passe plus dans sa trachée, ses cordes vocales deviennent muettes. Elle voit le visage des spectateurs se fermer puis se liquéfier littéralement tandis que tout devient flou. Rapidement, elle voit que le public devient des rôdeurs et elle continue de suffoquer, de ne pas pouvoir bouger. Finalement, ils arrivent jusqu’à elle et la dévore vivante. C’est à ce moment-là qu’elle se réveille pour se rendre compte que ce n’était pas seulement dans son rêve qu’elle étouffait. Mais bel et bien dans la vraie vie. Sur elle se trouvait un homme. Un des esclaves qu’ils avaient récupéré il y a peu. Elle voit son regard rempli de haine, elle sent sa colère à travers la pression exercée sur sa gorge. Aliénor ne peut pas appeler à l’aide, elle sait que Sam n’est pas dans la pièce : l’homme serait déjà mort si tel était le cas. Elle était donc seule. Ses yeux se ferment progressivement pourtant elle utiliser ses dernières forces pour chercher sous l’oreiller de son aimé son couteau qu’elle abat faiblement dans le bras de son agresseur. Assez pour qu’il relâche un peu son emprise et lui permettre de réitérer le geste. Son assaillant se recule en jurant dans un Italien parfait. Une langue qu’elle comprend, mais sa gorge maltraitée n’était pas en mesure de répondre. Elle tousse, prend de longues inspirations : tentant de se ressaisir. Mais l'homme reprend l'attaque. Il se jette à nouveau sur elle pour cette fois-ci finir le travail qu'il a commencé. Aliénor voit flou et des points lumineux l’informent qu’il s’en était fallu de peu. La porte s’ouvre finalement et elle entend brièvement la voix de Sam. Elle se laisse alors tomber et tente de reprendre une respiration régulière. Aliénor tousse plusieurs fois, regarde le plafond avec des yeux vides.
Aliénor est comme déconnectée de la réalité, elle entend les voix autour d’elle comme si elle était sous l’eau. Incapable de discerner les mots, mais elle reconnaît les timbres. Les yeux bleus de Sam viennent couvrir les siens. Elle tente de parler, mais sa gorge est encore trop contusionnée pour parler distinctement.

« Où… T’étais… ? »
Normalement, il la réveillait quand il partait. Aliénor était d’une nature inquiète. Encore plus depuis que le monde n’avait plus de sens et que son fils était mort dans ses bras. Alors elle lui avait presque ordonné de toujours lui dire où il allait. De plus, l’ancienne chanteuse d’Opéra ne supportait pas d’être seule. Plus maintenant tout du moins. Elle ne se sentait en sécurité qu’en présence de Sam. « Tu… Ne … M’as… Pas… Réveillée… ? » Sa voix se tord et ses iris bougent enfin pour se plonger dans le regard de Sam : « Not … Cool… »

Elle savait que sa position était dangereuse et leurs ennemis nombreux. Jamais encore elle n’avait eu à subir des conséquences. Aliénor ne pouvait que remercier la violence de son défunt époux qui l’a habitué à être étouffée de la sorte : lui donnant l’habitude de moins stresser et de garder un calme qui pouvait faire la différence entre vie et mort.
made by black arrow

_________________
emporte-moi

☠️ Loin des remords, des crimes, des douleurs.


La débauche et la mort ont deux aimables filles, prodigues de baisers et riches de santé, dont le flanc toujours vierge et drapé de guenilles sous l'éternel labeur n'a jamais enfanté. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Charlie Hunnam
▴ inscrit le : 05/03/2017
▴ messages : 466
▴ multi-comptes : Ash & Luke
▴ points : 1087
MessageSujet: Re: Where the fuck were you ?! || Samuel   Mar 18 Avr - 23:07

I don't want to be alone
Samuel ft. Aliénor

Les minutes passent mais tu es incapable de fermer les yeux. Le souffle régulier de Lizzie t'aide normalement à trouver le sommeil mais c'est un mal plus profond qui t'habites à cette heure tardive de la nuit. Depuis quelques jours, tu revois les scènes ensanglantées qui étaient ton quotidien en Angleterre. Tu revois ces chiens qui se battaient jusqu'à ce que l'un d'entre eux soient déclaré vainqueur.  A l'époque, ça ne te dérangeait pas. Tu passais ta rage, ta colère à travers ces combats. Mais pourtant ça te hante aujourd'hui. Et le pire est de ne pas pouvoir en parler à Alienor : la femme que tu aimes depuis des années. C'est une partie de ta vie que tu gardes secrète, que tu n'oses pas dévoiler. Tu as peur qu'elle change son regard sur toi, elle qui aime tant les animaux. Tu ne veux pas voir du dégoût dans ses yeux. Alors tu gardes tes cauchemars et tes visions, t'obligeant à subir l'insomnie des nuits imbibées de souvenirs sanglants.

Un peu d'air te fera le plus grand bien. Sortir de cet espace confiné te changera probablement les idées. Tu enfiles ton t-shirt tout en quittant le lit conjugale et regarde le visage paisible d'Alienor. Tu devrais la réveiller, tu le sais. Mais elle à l'air tellement confortable que tu n'oses pas. Tu ne seras absent que quelques minutes de toute manière, 10 à peine, elle s'en rendra pas compte. Alors dans un silence total, tu quittes la pièce pour laisser l'air frais te calmer. Il n'y a personne dans la rue et tu décides de simplement faire le tour du quartier, ce que tu faisais à Birmingham lorsque tes nuits agitées t'empêchait de te reposer. 10 minutes, rien que 10 minutes.

Tu remarques d'abord la porte entre ouverte quand tu reviens devant chez toi. Elle était fermée, tu es certain d'avoir vérifié. Alors tu accélères le pas et ton sang ne fait qu'un tour en voyant la scène devant tes yeux. Il ne te faut pas plus de quelques secondes pour te jeter sur l'homme agressant Alienor, le plaquant contre le mur de toute tes forces. Attiser ainsi ta colère n'est pas conseillé, et l'homme en fait les frais lorsque ton poing percute son visage. Tu entends le craquement singulier d'un nez qui se casse, mais le gémissement de du brun n'amène aucune empathie de ta part. Au sol, le pauvre homme n'a rien d'autre à faire que d'attendre la fin de ta folie, rendant son visage méconnaissable en peu de temps. Tu laisses sortir le démon en toi, frappant bien plus que nécessaire l'homme déjà inconscient. Comme pour un coup de grâce, tu prends la lame accrochée à ta ceinture et la lui plante dans le crâne. Les mains pleine de sang, mais la tête concentrée sur l'état d'Alienor, tu te relèves pour te diriger vers elle. "Je suis là... Je suis là..." Ta voix douce contraste avec le tes gestes précédents. Tu attrapes son visage entre tes mains et le tournes légèrement pour l'inspecter. "Je suis désolé... Je...je suis simplement sortis 10 minutes. Tu dormais trop bien". Tu ne pensais pas que c'était un danger pour elle, surtout pas dans ce camps. Ta main glisse dans ses cheveux pour la calmer et elle peut apercevoir la culpabilité dans ton regard. "Je ne ferais plus cette erreur" Non, tu viens de comprendre que quelques minutes suffisent pour donner la mort. Tu le sais pourtant, c'était autrefois la nature de ton métier. La gourde posée sur la table de nuit, tu l'attrapes afin d'enlever le bouchon. "Tiens, bois quelque chose. Il t'a blessé quelque part ?" A part les marques évidentes sur son cou, tu ne vois rien. "Il ne te touchera plus jamais. Et je sais qu'on a son frère également. Je m'occuperais personnellement de lui, au cas où une idée de vengeance lui viendrait en tête"
made by black arrow

_________________
+a world of ice and fire+
▴  I'm a killer, I'm a demon. But now I do it for the right reason.  ▴
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Evan Rachel Wood
▴ inscrit le : 11/04/2017
▴ messages : 219
▴ multi-comptes : Demetrius & Levia
▴ points : 718
MessageSujet: Re: Where the fuck were you ?! || Samuel   Mer 19 Avr - 22:57

I don't want to be alone
Samuel ft. Aliénor

Quand elle faisait un cauchemar, il suffisait qu’elle se tourne pour chercher les bras rassurants de Sam et le sommeil revenait de lui-même. Le Horseman lui permettait d’être plus calme, de se sentir en sécurité : une chose qui lui a toujours semblé impossible. Cependant, quand elle est sortie de son sommeil : elle est incapable de parler ou bien de bouger. Aliénor met du temps à réaliser la situation et arrive de justesse à retrouver son sang-froid pour faire lâcher prise à son assaillant. Heureusement pour elle, Sam ne tarde pas à revenir et il finit de s’occuper de cet homme qui allait probablement bientôt mourir. La jeune femme entend les coups contre le mur, elle entend les poings de Sam qui s’abattent sur le visage de celui qui a osé s’en prendre à elle. Cependant, elle est incapable de bouger. Aliénor est tétanisée, complètement. Sa gorge lui fait mal : elle a encore l’impression que les mains de l’homme sont encore autour de son cou. Son souffle est court : elle n’arrive pas à se calmer. Le contre coup probablement mélangé aux mauvais souvenirs des traitements infligés par son ancien époux. Ce n’est que lorsque les yeux bleus de Sam croisent les siens qu’elle arrive à respirer normalement. Sa voix finie de la rassurer. Elle le laisse faire, admirer les traces rouges qui devaient déjà apparaître autour de son cou. Aliénor souffle et ferme les yeux.

« On va… Devoir… Envoyer un message… »
Aliénor ne pouvait pas vivre dans la peur d’être sans Sam. Elle devait pouvoir évoluer seule, sans protecteur. Elle savait qu’elle devait s’affirmer. Qu’elle devait être la digne compagne de son aimé et non être dans son ombre. Alors, elle corrige : « Je dois… Faire passer… Un message… » Elle tente d’y mettre un peu plus de conviction mais sa gorge endolorie l’en empêche.

La jeune femme rouvre ses yeux, elle lève son bras pour caresser la joue de Sam tendrement. A peine elle souligne de son pouce ses traits fatigués qu’il s’échappe pour attraper la gourde sur leur table de chevet. Elle se redresse et boit quelques gorgées. Désaltérée, elle se rallonge et prend la main de Sam pour glisser ses doigts couverts de sang :

« Non… J’ai réussi… A le blesser et tu es arrivé… » Souffle-t-elle. « Je vais m’occuper… De son frère. » Après tout, elle avait dit qu’elle voulait envoyer un message non ? Elle sourit en coin : « Mais avant… Faut qu’on… Parte en run ensemble. J’ai fait… Une liste… Elle est sur le bureau. »

Dessus il y avait marqué des objets comme un berceau, des biberons entre autres : tout pour annoncer à Sam qu’il allait être Papa. Aliénor avait peur. Non seulement pour sa vie, mais également de ne pas être en mesure de protéger ce troisième enfant. Elle était maudite. Elle s’était convaincue qu’elle l’était pourtant : elle ne se voyait pas avorter. Prendre la vie d’un enfant, même d’un qui n’est techniquement pas en vie était une chose impossible. C’était la fin du monde… Une nouvelle génération devait être créée et puis… Sam avait été un bien meilleur père pour Charles les dernières années de sa vie que le géniteur de l’enfant. Son regard suit Sam et elle attend avec anxiété la réaction de ce dernier. Des Horsemen arrivent en courant et voit le corps du mec. Ils présentent leurs respects à Aliénor et à Sam avant d’enlever le corps :

« J’enverrai des esclaves nettoyés plus tard. En attendant, il y a toujours la chambre d’à côté de libre si vous voulez chef. »


Aliénor se laisse retomber lourdement. Elle avait oublié qu’ils ne pouvaient pas avoir d’intimité.

« Le mal… Est déjà fait… » Elle regarde Sam et se lève difficilement. Elle voit la mare de sang : « Je suppose que … Que la liste… Peut attendre… » Aliénor s’enroule du gilet de Sam et se lève avant de poser sa tête contre son épaule, elle prend la liste et la glisse dans l’élastique de son sous-vêtement.
made by black arrow

_________________
emporte-moi

☠️ Loin des remords, des crimes, des douleurs.


La débauche et la mort ont deux aimables filles, prodigues de baisers et riches de santé, dont le flanc toujours vierge et drapé de guenilles sous l'éternel labeur n'a jamais enfanté. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Charlie Hunnam
▴ inscrit le : 05/03/2017
▴ messages : 466
▴ multi-comptes : Ash & Luke
▴ points : 1087
MessageSujet: Re: Where the fuck were you ?! || Samuel   Sam 22 Avr - 16:13

I don't want to be alone
Samuel ft. Aliénor


D'un geste doux, tu passes tes doigts sur les marques apparentes se dessinant sur la peau d'Alienor, comme si tu pouvais les faire disparaître d'un simple geste de la main. Tu aimerais pouvoir ainsi apaiser sa douleur. Tu vois la panique dans ses yeux, tu sais que le traumatisme remonte plus loin que cette attaque. Alors tu passes les mains dans son dos pour la serrer contre toi et lui embrasser la tempe. C'est une douceur que personne d'autre n'a jamais connu de ta part. Tu es plutôt réputé pour être un homme de main impitoyable, tuant sous la colère et perdant rapidement son sang froid. Il y a cette folie meurtrière qui t'habite, et de plus en plus de gens commence à le remarquer. Mais malgré le sang qui a coulé sous tes mains, les hommes qui ont été victimes de tes coups et les chiens morts à cause de ton activité illégale...tu n'as jamais levé la main sur Alienor. Elle est la chose la plus précieuse que tu possèdes, la personne qui te permets de ne pas perdre pieds dans ce monde en ruine. Depuis enfant tu es sous son charme, tu l'a regarde grandir en te disant qu'elle est trop bien pour toi. Tu ne crois pas en dieu, mais tu remercies chaque jour la force qui a poussé ta mère à prendre ce travail chez les Errington. Elle le faisait plus pour toi que pour elle, elle voulait que tu ais un bel avenir. Elle ne savait pas qu'en mettant Alienor sur ton chemin, elle avait déjà réussit.

Tu hoches la tête et lui donne un sourire quand elle annonce vouloir passer un message. Tu sais qu'elle a besoin d'une épaule sur laquelle s'appuyer. Tu es la première figure masculine dont elle n'a pas peur, et ce rôle te tiens à cœur. Tu veux lui prouver qu'elle n'a plus a être effrayée. Pas avec toi autour, pas avec sa nouvelle force. "Tu peux envoyer le message que tu veux. Et si tu le souhaites je serais à tes côtés, pour t'épauler". Tu iras toi même chercher le frère de cet agresseur si elle te le demande, cela ne te dérange pas du tout.

Tu sers ses doigts, sans même penser au sang qui décore ta main. Elle a l'habitude de te voir ainsi et elle t'accepte. Tu sais que tu es chanceux de l'avoir à tes côtés. "Tu as eu le bon reflex" Tu tournes la tête vers le bureau quand elle parle de la fameuse liste. "Déjà ? Les hommes sont rentrés hier avec le nécessaire. Tu as oublié quelque chose ?" Ce n'est pas une reproche mais une simple demande. Après avoir déposé un baiser sur sa joue, tu te lèves pour attraper le morceau de papier. Dos à Alienor tu lis les articles en réalisant au fur et à mesure qu'elle t'annonce sa grossesse. Tes doigts se resserre sur la liste et un sourire se dessine sur ton visage. Tu attendais un enfant depuis longtemps maintenant, tu n'osais pas en parler à ta dulcinée. Après la perte de Charles, la simple vision d'un petit garçon est difficile pour Alienor. Tu le vois dans ses yeux. Tu ne voulais pas la blesser plus en parlant d'un autre bébé.

Tu ne réagis pas en entendant les hommes arriver, les yeux encore rivés sur les inscriptions à l'encre noir. Tu lèves la main quand ils parlent et leur montre la sortie "Plus tard. j'ai des affaires plus importantes à régler". Rien ne viendra gâcher cette merveilleuse annonce. Alors que tu sens le menton d'Alienor se poser sur ton épaule, ton sourire s'élargie et tu lui embrasse les cheveux. Elle prend la liste et tu rectifies ses mots. "Non...Elle ne peut pas attendre. Cette liste...c'est la plus belle chose que tu m'ais jamais montré". Tu n'es pas connu pour être un grand poète, mais quand tu es heureux, tu n'hésites pas à le dire. Tes mains s'enroulent autour des hanches de la rousse et c'est avec une sincérité pure que tu ajoutes "Je t'aime tellement...Et ce bébé...c'est l'espoir". Tu rapproches son corps du tiens avant de l'embrasser tendrement. "A partir de maintenant...tu n'es plus ma seule priorité". Ta dextre migre sur son ventre et tu remonte ton regard jusqu’aux yeux d'Alienor. "VOUS l'êtes" L'idée de fonder une famille, c'est l'espoir de vivre normalement un jour. Oui il y avait des risques, de gros risques, mais il était bon de savoir que les runs ne seraient plus seulement pour des besoin de survie. Ils pouvaient aussi être synonyme de bonheur à l'arrivé de votre enfant. "Tu es heureuse ...?" Tu veux t'en assurer, il est hors de question qu'elle le garde si elle n'est pas certaine. "On va te trouver un docteur. On va tout arranger et mini Standfort-Forrester sera la plus parfaite des nouvelles recrues"

made by black arrow

_________________
+a world of ice and fire+
▴  I'm a killer, I'm a demon. But now I do it for the right reason.  ▴
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Evan Rachel Wood
▴ inscrit le : 11/04/2017
▴ messages : 219
▴ multi-comptes : Demetrius & Levia
▴ points : 718
MessageSujet: Re: Where the fuck were you ?! || Samuel   Sam 22 Avr - 18:46

I don't want to be alone
Samuel ft. Aliénor

Les doigts de Sam sur son cou meurtrit ne la font pas sursauter et trembler. Elle sait qu’il ne lui veut aucun mal, que jamais il ne lèvera la main sur elle. Aliénor avait confiance en cet homme depuis des années maintenant et à l’âge où toutes les filles rêvent d’être des princesses : elle rêvait d’être la princesse du jeune homme. Lui et personne d’autre. Aujourd’hui il n’y avait probablement plus de honte à dire qu’elle a griffonné des pages entières de son journal intime avec le nom de Sam. C’est parce qu’elle l’aimait, qu’elle était attachée à lui que son père l’a marié de force. Lenny lui a dit. Son frère avait été le témoin d’une conversation entre leurs géniteurs. Sam en avait-il conscience ? Probablement pas et Aliénor ne voulait pas qu’il soit au courant. Même si cela le concernait : ce n’était pas important. Plus maintenant tout du moins et ce n’est pas son enfoiré de mari qui aurait été en mesure de détruire les sentiments qu’elle éprouve pour ce hors-la-loi. Qu’importe l’époque, le lieu : il ne l’avait jamais réellement quitté. Elle chérissait encore aujourd’hui les moments qu’ils ont passés ensemble. Ils avaient été la seule chose positive de sa vie pendant tellement longtemps… Il n’y avait pas à dire : Sam était la condition sine qua non de son bonheur.
Alors, pour rester à ses côtés et marqué son territoire elle devait s’affirmer. Aliénor devait être sa digne compagne et elle allait devoir se salir les mains. Non pas que cela l’enchantait, mais elle devait être en mesure de se débrouiller sans Sam, Ivy ou Rue. Elle voulait faire partie de ces femmes qui sont fortes et indépendantes : pour ne pas dire tout son contraire. Soumise de tout temps d’abord sous la tutelle d’un père puis d’un mari abusif : elle retrouvait un peu de liberté avec Sam mais avait bien trop peur de prendre les devants et d’affirmer ses positions. Par peur de décevoir son aimé, qu’il la quitte pour une autre ou bien qu’il s’énerve et qu’il la batte même si elle espérait que jamais il n’en soit capable. Aliénor était encore traumatisée de ses mauvais traitements et si elle pouvait utiliser cette rage et cette colère pour détester les hommes, les asservir : elle n’en fait rien. Elle s’estime mieux que ça. Dans les bras de Sam, elle se ressource doucement et se calme.

« Merci… » Souffle-t-elle en glissant tendrement sa main sur sa joue. « Je vais y réfléchir… Tu me diras ce que tu en penses au moment venu. » Aliénor ne faisait pas ce genre de choses alors elle ne savait pas vraiment la conduite à tenir dans ce genre de situation.

De toute façon, ce n’était pas la chose la plus importante en cet instant. Pour changer de sujet et pour surtout tenter de tourner la page, elle parle d’un futur run. Aliénor était forte pour ça. Pour se relever, oublier et avancer. Au fond l’accident qu’il venait de se produire était monnaie courante dans sa vie passée. Elle ne peut pas voir la réaction de Sam, elle attend donc avec anxiété qu’il se retourne. Les Horsemen arrivent, prennent le cadavre avant que l’un d’entre eux prennent la parole. Le blond les arrête tout de suite ce qui fait sourire Aliénor. Ca l’excitait en un sens de voir qu’il avait autant de pouvoirs. Aliénor se lève une fois le gilet de Sam enfilé et s’approche de lui. A peine la liste glissé dans sa culotte qu’il corrige et elle sent un poids s’enlever de sa poitrine. Encore faible, elle se laisse attirer contre lui : n’ayant aucunement envie de lui résister de toute façon.

« Je t’aime encore plus Sam… » Souffle-t-elle avant de lui rendre son baiser.

Elle pose son front contre le sien et sourit en sentant sa main sur son ventre. Elle savait déjà que cela serait étrange : elle n’a jamais porté un enfant désiré. Conçu avec amour et non force. Elle avait aimé Charles plus que tout, mais sa venue était une sorte d'investissement de la part de son défunt époux plus qu’autre chose.

« Oui… Oui je suis heureuse, j’ai juste peur je dois avouer… » Parce qu’il y avait des risques. Elle le savait. Elle n’était pas sotte à ce point. Il n’avait pas de technologie et les docteurs se faisaient rare. « Peur de pas pouvoir aller à terme et… Et une fois né j’ai peur de ne pas être en mesure de le protéger correctement. » Elle baisse la tête : « Je n’ai pas réussi à sauver Charlie… » Et cela lui pesait encore sur l’âme.

Aliénor s’éloigne, elle prend quelques affaires et enjambe la mare de sang avant d’aller dans la chambre d’à côté. Elle n’avait pas réellement envie de rester dans une pièce où un homme était mort. Elle pose les vêtements sur le lit et va mouiller une serviette pour nettoyer les mains de Sam :

« C’est pour ça aussi que je veux m’imposer, je ne veux pas que les larbins puissent imaginer qu’ils peuvent m’atteindre et nous faire du mal. » Aliénor souffle : « Il faut que je m’endurcisse. »
made by black arrow

_________________
emporte-moi

☠️ Loin des remords, des crimes, des douleurs.


La débauche et la mort ont deux aimables filles, prodigues de baisers et riches de santé, dont le flanc toujours vierge et drapé de guenilles sous l'éternel labeur n'a jamais enfanté. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Charlie Hunnam
▴ inscrit le : 05/03/2017
▴ messages : 466
▴ multi-comptes : Ash & Luke
▴ points : 1087
MessageSujet: Re: Where the fuck were you ?! || Samuel   Sam 29 Avr - 11:57

I don't want to be alone
Samuel ft. Aliénor

Ta main migre dans la nuque d'Alienor pour lui caresser les cheveux en souriant. C'est un geste qui te viens naturellement, ce qui est drôle quand on sait quelle brute tu peux être. "Tu sais que tu n'as rien à prouver à personne, hein ? Surtout pas à moi" Il est hors de question que ta position chez les Horsemen lui mette une quelconque pression supplémentaire sur les épaules. Tu fais le mauvais boulot et te salis les mains pour qu'elle n'ait justement pas à le faire, pour la garder en sécurité des monstres qui évoluent à l’extérieur de Ruston. Mais sont-ils vraiment les plus inquiétants ? Dans ce monde où la nature humaine reprend ses droits, tu sais qu'une personne vivante est bien plus dangereuse qu'un rôdeur. La preuve est là, sur le sol de votre propre chambre. Un rôdeur ne peut pas comploter un plan contre vous, ces morts avancent sans but ni logique aucune. Ils sont portés par la faim et c'est presque avec pitié que tu les regarde. Ils errent à tout jamais, comme ça, attendant d'être tués. Au final, n'êtes vous pas semblable à eux ? La différence c'est que vous , les vrais vivants, vous en êtes conscients. Vous tentez de changer les choses, de survivre et vous refusez de laisser la mort s'emparer de cette planète. Et Alienor dans tes bras, tu sais que tu combattrais tout les dangers pour la garder en vie. Même si vous êtes les derniers survivants sur cette terre.

Tu fermes les yeux et souris en sentant les doigts de la jeune femme glisser sur ta joue. Tu tournes légèrement le visage et attrape sa main pour la lui embrasser tendrement. "D'accord. Mais ne te force à rien. Je peux le faire si tu veux. C'est pas important qui s'en charge, on est un duo de toute manière, une équipe. Les autres nous voient presque comme une seule personne au final". Il savent que si quelque chose arrive à Lizzie, c'est comme s'ils s'en prenaient à toi. Et ainsi tu t'assures qu'il n'y a jamais un regard de travers ou une réflexion un peu trop osée sur la rousse à tes côtés. Parce que tu n'es pas aveugle ni stupide, tu sais qu'Alienor a un corps qui fait tourner les têtes. Hors de question que cela donne des idées à certains quand ils abusent sur la bouteille.

La liste entre les mains, l'arrivée des hommes te semblent peu importante. Qu'ils s'occupent du corps s'ils veulent, tu es à mille lieux de ça. Tu réalises que malgré l'apocalypse, tu as une chance de devenir papa. Ce fantasme que tu n'osais pas avouer à la femme que tu aimes, afin de ne pas la blesser inutilement. Alors qu'elle attrape le morceau de papier, tu te retournes pour poser tes mains sur ses joues en souriant. Tes lèvres se décollant de celle qui serait probablement ta femme dans un contexte plus...paisible. "Qui aurait cru que le fils Forrester finirait avec Lady Errington eh...?" Tu n'utilises jamais son nom de mariée, pour toi c'est toujours une Errington, jusqu'à ce qu'elle devienne une Forrester,un jour. Vous venez de deux univers différents, presque opposé. La belle et le clochard, c'est un peu ça oui.

Tu soupires doucement à l'idée que cela devienne dangereux. "C'est différent cette fois-çi. On a Ruston, c'est protégé. On a un toit, une organisation..." Tu te plonges dans ses yeux " On va trouver un médecin, je te promets. Je vais m'en charger personnellement." Tu la laisses s'éloigner alors qu'elle parle de Charles et te passe nerveusement la main dans les cheveux. C'est un sujet difficile pour vous deux. Silencieusement, tu l'a suis dans l'autre chambre et tends tes mains pour qu'elle enlève le sang séché. Autre signe qu'elle t'accepte comme la brute que tu peux être. La serviette prend rapidement une couleur rougeâtre et tu termines par essuyer le reste sur ton pantalon. "Tu ne t'en rends pas compte, mais tu es déjà la femme la plus forte que je connaisse" Avec tout ce qu'elle a vécu, les coups et la soumission à son père et son ancien mari, elle est toujours là, debout. Elle n'a pas laissé la haine ou la tristesse s'emparer d'elle. Elle est forte Lizzie, bien plus que toi.

"J'ai pas envie que tu deviennes...comme moi" Voilà, c'est dit. Elle est tellement mieux que toi, tu ne veux pas qu'elle te prennes comme exemple. "T'es le cœur et moi...les poings. Des types pour frapper sur un autre homme ou tuer un rôdeur,il y en a partout" Tu relèves les yeux pour passer ton index sur le côté gauche de sa poitrine "Mais toi...Toi t'es unique."
made by black arrow

_________________
+a world of ice and fire+
▴  I'm a killer, I'm a demon. But now I do it for the right reason.  ▴
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Evan Rachel Wood
▴ inscrit le : 11/04/2017
▴ messages : 219
▴ multi-comptes : Demetrius & Levia
▴ points : 718
MessageSujet: Re: Where the fuck were you ?! || Samuel   Sam 29 Avr - 22:12

I don't want to be alone
Samuel ft. Aliénor

La jeune adulte ferme les yeux au contact de sa main. Bon sang ce qu’elle l’aimait. Comment avait-elle pu passer tant d’années loin de lui ? Pourquoi avait-elle perdu son temps avec un mari abusif et autoritaire qui l’a mise plus bas que terre ? Aliénor savait pertinemment pourquoi elle ne s’était pas rebellée. Parce qu’elle avait peur, qu’elle était frêle. On savait toujours ce qu’on quittait, jamais ce qu’on allait retrouver et c’est bien la peur de l’inconnu qui l’avait tétanisé en un premier temps. Et puis il y avait eu par la suite Charles. Son précédent époux dont elle se refuse de mentionner le prénom aurait probablement gagné au tribunal pour avoir la garde leur fils et ça Aliénor ne l’aurait pas supporté. Son instinct maternel est bien trop grand pour laisser derrière elle une âme aussi innocente que celle d’un enfant.

« Si… Si j’ai tout à prouver. Je les entends parler sur moi, Sam. La moitié pense que je ne tiendrais pas dans ce monde, dans ce camp. » Un souffle traverse ses lèvres.

Elle n’était pas idiote. Aliénor savait qu’elle ne serait jamais une guerrière sanguinaire ; une femme qui tue des humains ou bien des rôdeurs. Elle ne serait pas non plus une dure à cuire qui frappe sans but précis. Son sens de l’honneur et de la justice était bien trop grand et c’est pour cela qu’elle s’évertuait à arrêter tout abus sur les femmes par exemple. Parce qu’elle a été violée. Elle connaît le sentiment et elle sait que c’est parfois la pire des tortures pour une dame. Aliénor avait des principes que même l’apocalypse et sa place chez les Horsemen ne pouvaient pas détruire. Caressant sa joue et perdant ses doigts dans sa barbe, elle parle à cœur ouvert. Toujours avec Sam. Ils connaissaient tout de l’un et de l’autre. Ils étaient complices pour plusieurs raisons, connaître parfaitement l’autre était la principale.

« Si c’est important. Il n’aurait jamais osé lever sa main sur toi j’en suis certaine. C’est toujours comme ça : on attaque les plus faibles. Ceux qui sont sous nos ordres… Ils doivent savoir que je suis importante pour toi. Qu’en m’atteignant : ils te blessent aussi. »

Aliénor était le point faible de son aimé. Comme il était le sien. Même si bientôt il y aurait une troisième personne qui rentrerait dans l’équation. Un enfant, un bébé. Le leur. Enfin. Elle était aussi ravie que terrifiée. La peur au ventre et pourtant elle était heureuse de voir que Sam acceptait l’idée. Mieux encore : il semblait encore plus enjoué qu’elle ce qui était un point positif. Elle se laisse embrasser et colle son corps au sien. Quand il l’appelle Lady Errington un large sourire s’étire sur son visage.

« Cela fait des lustres qu’on ne m’a pas appelé comme ça… »
Et c’était étrange au fond. Après tout… Aux yeux de la société maintenant déchue : elle était une Lady. Un statut qui ferait probablement rire les Horsemen s’ils l’apprenaient et la discréditaient un peu plus encore. « Je l’ai toujours espéré, trop pour que je puisse un jour accepter que cela devienne réalité. »

Avoue-t-elle. Quelque chose que Sam devait savoir de toute façon. Elle n’avait jamais caché ses sentiments pour lui et au fond… C’était cela qui avait signé son contrat de mariage et condamné Aliénor à subir les sévices endurés. Lord Errington ne pouvait pas laisser ce vaurien touché la peau opaline de sa seule et unique fille. S’il était encore en vie, il dirait probablement que le fait qu’elle soit enceinte est la preuve la plus tangible qu’il soit sur ce simple fait : Sam était dangereux pour Aliénor. Un concept évidemment erroné qu’Aliénor n’a jamais pensé. L’homme qui était près d’elle l’avait sorti d’un destin funèbre.

« D’accord… Je te fais confiance… » Son regard plongé dans le sien… Elle sait que tout va bien se passer et pourtant elle était du genre à voir le verre à moitié vide constamment.

Alors elle s’éloigne en parlant d’un sujet qui est toujours tabou. Charles. Son fils. Sa chair de son sang qu’elle avait vu mourir dans ses bras sans être en mesure de faire quoique ce soit. Un traumatisme qui hante encore ses jours et ses nuits. Aliénor prend soin de nettoyer les mains de Sam maintenant qu’ils ne sont plus dans la chambre où le sang encore frais tâchait le sol. Elle devrait s’y habituer, mais elle n’avait pas la force après ce qu’elle avait vécu. Les paroles de Sam la font doucement sourire :

« Je ne suis pas forte et tu le sais… T’es juste aveuglée parce que tu m’aimes. » Le taquine-t-elle d’un ton plus léger. Même si Sam explique qu’il ne souhaite pas qu’elle devienne comme lui. Elle inspecte son visage, savoure chaque instant. Aliénor glisse sa main dans ses cheveux et vient embrasser son front : « Et je suis à toi… » Souffle-t-elle tendrement. « Je ne souhaite pas changer radicalement… Mais je dois être en mesure de me défendre quand tu n’es pas là. Aussi incroyable que semble être cette idée : tu as des choses à faire au quotidien sans moi. On ne peut pas être toujours ensemble. » Aliénor n’était pas du genre jalouse ou possessive. Elle faisait confiance à Sam et elle savait que son père demandait souvent Sam à ses côtés. « J’ai demandé à Ivy de m’entraîner un peu tant que je le peux. Avant que je ressemble à un ballon de baudruche. »

made by black arrow

_________________
emporte-moi

☠️ Loin des remords, des crimes, des douleurs.


La débauche et la mort ont deux aimables filles, prodigues de baisers et riches de santé, dont le flanc toujours vierge et drapé de guenilles sous l'éternel labeur n'a jamais enfanté. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Charlie Hunnam
▴ inscrit le : 05/03/2017
▴ messages : 466
▴ multi-comptes : Ash & Luke
▴ points : 1087
MessageSujet: Re: Where the fuck were you ?! || Samuel   Dim 30 Avr - 20:03

I don't want to be alone
Samuel ft. Aliénor

Alienor marque un point en parlant de ton point faible. Elle est bien la seule personne pour laquelle tu donnerais ta vie. Et si quelqu'un veut te faire du mal, le genre de blessure qui te ronge jusqu'à t'amener plus bas que terre, il a juste à s'en prendre à Lizzie. Alors tu hoches la tête, réalisant que c'est la meilleure solution pour tout les deux. Elle gagnera de la confiance en elle, elle pourra sortir sans avoir peur. Et toi, tu auras aussi l'esprit plus tranquille en son absence. Parce que oui tu ne peux pas rester constamment avec elle, même si ce n'est pas l'envie qui te manque. Bien sûr elle est toujours dans un coin de ton cerveau, tu n'es jamais pleinement concentré sur autre chose. Parce que tu as peur de la perdre simplement, tu sais que sans elle tu plonges vers des chemins haineux que tu ne veux plus empreinter. "J'en parlerais à mon père. Il a une grande considération pour toi tu sais ?" Probablement parce qu'il voit qu'elle rend heureux son fils, qu'elle fait de lui un homme épanouie. "Quelques apparitions à ses côtés avec moi devraient calmer certaines langues douteuses" Tu souris et serres sa main pour lui embrasser la paume "Ils rigoleront moins quand tu seras la première femme à donner naissance à un magnifique bébé. Pour le moment cependant, l'annoncer n'est pas la priorité. Vous devez vous préparer, trouver un médecin et barrer de cette liste les objets importants après les avoir trouvé.

Lady Errington, c'est ainsi que tu l'a toujours vu. Lui donner le nom de son ancien mari te ferait grincer des dents.C'est comme si tu lui donnais toujours de l'importance même après sa mort. Tu aurais du te battre un peu plus pour Alienor, tu lui aurais évité beaucoup de choses. A la place tu as décidé d'utiliser ta rage pour d'autres profits, des profits budgetaires. "Et pourtant nous voilà... Personne ne peut nous séparer maintenant"

Les mains lavées et son esprit apaisé, tu tentes déjà d'organiser les prochains mois dans ta tête. Alienor deviendra de plus en plus vulnérable et il est hors de question que cet enfant cause sa perte. Tu sais déjà où trouver un médecin, tu n'as plus qu'à parlé de ton plan à ton père. Le nom des Horsemen est devenu synonyme de peur dans les camps aux alentours, tu saura utiliser cet atout à ton avantage."Aveuglé...c'est peut-être pas faux. N'empêche que..." Tu fermes les yeux alors que ses lèvres touchent ton front "Tu es à moi. Et beaucoup de monde te dirais que pour me supporter, faut déjà avoir un sacré caractère". Tu ris doucement pour détendre l'atmosphère. Elle te rassure en expliquant ses raisons et tu entrelaces tes doigts entre les siens en l'écoutant. "Un beau ballon de baudruche!" Tu souris encore avant de la regarder " Je pense que c'est une bonne idée. Plusieurs hommes ont effectivement peur d'Ivy..." Tu admires d'ailleurs le personnage qu'elle a su créer. C'est une technique de survie plutôt intelligente avec les temps qui court. "Alors...Tu veux qu'on s'occupe de cette liste maintenant ? On peut sortir et revenir avant la tombée de la nuit" Tu hausses les épaules avant de t'éloigner doucement. Il faudrait peut-être nettoyer le sol de votre chambre avant, mais ce n'est pas ton boulot. "Ou alors on s'occupe tout de suite du frère du larbin. Tu sais...Si tu veux faire passer ton message" Ce sont deux choses qu'il faut faire et tu lui laisses le choix. Parce qu'elle doit trouver sa place et agir à son rythme. Bien sûr que tu ne veux pas la pousser à tuer, mais pour son propre bien elle devra le faire, comme vous venez d'en discuter ensemble. "Il doit se douter que son frère est mort. A moins qu'il ne sache rien de son plan...ce qui serait dommage pour lui." Tu passes la main dans tes cheveux pour les tirer en arrière "Quoi qu'il en soit, ça ne sauvera pas sa peau de toute manière. Il doit mourir pour l'exemple. Pour que les autres saches ce qui arrive s'ils pensent pouvoir s'en prendre à toi"

Tu attrapes des vêtements propres en voyant le soleil se lever. Il est à peine 8h du matin et quelqu'un à déjà tenté de vous tuer. Tu as appris que tu allais être papa et une promesse d’exécution avait été lancée. Quelle journée! Tu ne t'attendais pas à tant de choses en ouvrant les yeux un peu plus tôt. "On devrait se préparer. Même si cette vision est délicieuse, tu ne peux malheureusement pas rester en sous-vetement toute la journée"

made by black arrow

_________________
+a world of ice and fire+
▴  I'm a killer, I'm a demon. But now I do it for the right reason.  ▴
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Evan Rachel Wood
▴ inscrit le : 11/04/2017
▴ messages : 219
▴ multi-comptes : Demetrius & Levia
▴ points : 718
MessageSujet: Re: Where the fuck were you ?! || Samuel   Mar 2 Mai - 0:41

Embrass the darkness
Samuel ft. Aliénor

Cette idée la dérangeait, celle de tenir une arme, devenir violente : être tout ce qu’elle détestait. Aliénor s’était toujours vue comme une femme de la paix, un agent de la diplomatie plutôt qu’un instrument de guerre prônant la violence à qui voulait bien l’entendre. Elle ne mangeait pas de ce pain-là, mais elle devait changer. Pour sa sécurité et pour la vie qui allait grandir en elle durant les semaines à vivre. Elle n’était plus seule. Elle avait de nouvelles responsabilités et pas seulement celle de faire bonne figure auprès de Sam et des autres dirigeants des Horsemen.

« Et moi pour lui, c’est un grand homme. » Même si elle n’adhérait pas à cent pour cent avec ses paroles et ses convictions. Il avait toujours été bon et gentil avec elle : l’acceptant dans un milieu complètement étranger pour l’aristocrate qu’elle était. « Je suis certaine qu’il ne sera pas contre un entraînement un peu plus intensif pour m’endurcir. » Bien qu’il est toujours respecté le libre-arbitre de la compagne de son fils. Aliénor sourit quand il dit qu’il suffirait qu’elle marche à ses côtes pour faire taire les plus médisants. Certes. « Non, ce n’est pas la priorité. Il n’y a qu’Ivy qui est au courant parce que je suis allée en run avec elle et que… J’avais besoin d’en parler. » Elle embrasse Sam : « Gardons la nouvelle pour nous encore. » C’était un moment à eux. A personne d’autre.

Aliénor prend soin de Sam, comme toujours. Elle l’aime tellement que depuis le début elle a fermé les yeux sur la violence. Au lieu de lui faire des scènes : elle restait à sa place de femme. Des vestiges de son éducation et de ces années désastreuses qu’ont été son mariage forcé. L’ancienne chanteuse d’opéra ne se rendait même pas compte qu’elle était encore complètement soumise. A un homme qui la respectait, qu’il l’aimait certes : mais les faits étaient là. Peut-être qu’un jour elle serait en mesure de se libérer et de s’émanciper de la tutelle masculine. Elle écoute attentivement Sam qui la croit plus forte qu’elle ne l’est en réalité. Aliénor est une personne effrayée facilement et qui éprouve des difficultés à arborer un masque de froideur. Elle n’arrivait pas à mettre de la distance entre la réalité et elle. Trop sensible, pas préparée probablement pour une fin du monde : pour sûr sans Sam et les Horsemen elle serait déjà morte depuis longtemps. C’est un miracle selon elle que la vie coule encore dans ses veines.

« C’est parce qu’il ne voit pas celui que tu es réellement, l’homme que tu es en leur compagnie n’est pas celui que j’aime. »

Sam avait cette dualité qu’elle appréciait en un sens. Elle se sentait en sécurité quand il jouait les dures en public et satisfaite de le voir redevenir plus doux, tendre une fois la porte de leur chambre refermée. De toute façon, elle n’accepterait aucune violence de sa part à son égard. Jamais. Même si elle l’aime de tout son cœur. Elle avait trop souffert pour se laisser faire. C’est aussi pour cela qu’elle voulait apprendre à se battre et il n’y avait pas de meilleures personnes à ses yeux qu’Ivy. Sa seule amie avec Rue chez les Horsemen. Une femme qu’elle tient en grande estime et admire. Elle est tout ce qu’elle voudrait devenir. C’est aussi simple que cela. S’entraîner ne serait pas pourtant au programme aujourd’hui comme le précise Sam qui semble impatient de pouvoir préparer bien en avance l’arrivé d’un enfant. Le leur. Si elle sourit pour la première partie, elle le perd quand il continue. Elle se recule pour s’asseoir sur le lit, la tête baissée. Sam a raison. Un exemple devait être fait et elle devait être celle qui presse la gâchette. Parce qu’elle ne le ferait pas souffrir. Elle a vu le père de Sam jeter un homme au feu. Elle n’était pas comme ça. Plongée dans ses pensées, elle entend à peine les paroles de son compagnon. C’est seulement lorsqu’il dit malicieusement qu’ils devraient se préparer même si cette vision lui plaisait qu’elle réagit.

« Je sais que tu aimerais ça pourtant… » Aliénor sourit et se lève, se déshabillant lentement jusqu’à se retrouver nue. Elle sourit en coin et prend le temps de s’habiller pour le laisser la regarder s’il le voulait. Elle finit de s’habiller et attache ses cheveux avant de soupirer. « Autant en finir. » Elle choisissait d’exécuter d’abord le frère de celui qui a tenté de la tuer.

Une fois ses poumons gonflés, elle s’approche de Sam et l’embrasse tout en glissant sa main sur ses hanches pour prendre son arme. Elle la coince dans la ceinture de son propre pantalon, attrape le foulard pour cacher les marques avant de sortir sans rien dire de plus. Aliénor marche d’un pas décidé. Elle tente de se convaincre qu’il le mérite. Que tout se payait ici. Ce n’était pas seulement pour elle que la gâchette devait être pressée. C’était aussi pour son enfant à venir. Puisqu’ils allaient le garder : autant qu’il soit en sécurité. Elle ne laisserait rien ni personne lui arracher la vie qu’elle portait. Hors de questions. Aliénor avait déjà perdu Charlie : elle ne voulait pas revivre cela. C’est en pensant à cette douleur, à l’expression inerte de son fils alors qu’il lui a dit : « Je t’aime maman… » dans un dernier souffle qu’elle arrive dans ce qu’il servait de réfectoire. Le regard plus noir que jamais. Elle sent les regards sur elle, il y avait déjà un bon nombre d’Horsemen debout à se préparer pour partir. Sam n’a pas besoin de lui pointer du doigt la personne à tuer. Il devait avoir la quarantaine, les cheveux déjà grisonnants. Aliénor comprend à l’expression de son visage qu’il est surprit de la voir en vie. Elle sort l’arme et s’approche d’un pas vif. L’ancienne chanteuse d’Opéra le voit ouvrir la bouche, elle ne lui laisse pas le temps de parler et tirer à bout portant une balle dans sa tête. Elle se racle la gorge, sa voix est enrouée et grave : Aliénor savait qu'elle allait mettre du temps avant que ses cordes vocales soient complètement opérationnelles.

« Que les choses soient claires, le prochain qui tente de me tuer : sachez que vous payerez de votre vie et que votre famille vous rejoindra. » Elle parle avec son ventre comme lorsqu’elle était sur scène. « Et ils n’auront pas tous la chance de recevoir une simple balle dans la tête. » Aliénor avait réfléchi à cette façon de tuer. Comme si elle venait de mort un animal à l’abattoir. « A tous ceux qui pensent que je ne suis pas capable de me défendre : allez-vous faire foutre et nettoyez moi ça ! » Elle tourne les talons et sort. Une fois loin des regards, dans une remise elle prend appui sur le mur et se retient de vomir : elle avait perdu toutes les couleurs sur son visage mais au moins elle l’a fait.
made by black arrow

_________________
emporte-moi

☠️ Loin des remords, des crimes, des douleurs.


La débauche et la mort ont deux aimables filles, prodigues de baisers et riches de santé, dont le flanc toujours vierge et drapé de guenilles sous l'éternel labeur n'a jamais enfanté. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Charlie Hunnam
▴ inscrit le : 05/03/2017
▴ messages : 466
▴ multi-comptes : Ash & Luke
▴ points : 1087
MessageSujet: Re: Where the fuck were you ?! || Samuel   Jeu 25 Mai - 18:19

Embrass the darkness
Samuel ft. Aliénor

Au départ, ton père ne savait pas quoi penser de la jeune chanteuse d'Opéra. Elle n'était pas de votre monde et semblait bien trop fragile pour un jour le devenir. Mais il a su voir les qualités d'Alienor,apprenant à l'accepter un peu plus chaque jour. Et puis il savait que s'il ne voulait pas te perdre une seconde fois, il devait faire un effort. Elle te rend heureux et c'est un sourire sincère qui orne ton visage quand elle entre dans ton champs de vision. Et n'importe quel père remarque ça. Il n'a pas pu t’élever pour des questions de distances et d'argent, mais il n'empêche qu'il a tenté de garder un contact régulier avec toi. Alors non, tu ne lui en veux pas pour les années d'absence, tu as plutôt décidé de profiter du temps que vous avez devant vous. Et Alienor fait partie de l'équation, bientôt il y aura même un enfant. "Si je lui dis que tu veux faire un entrainement intensif, il serait prêt à te le donner personnellement" Tu souris à ta remarque,imaginant le leader des Horsmenen entrainer la jeune femme "Il aime les femmes fortes. Mais il sait surtout que tu es intelligente,logique et fiable."

Cette nouvelle vie qui grandit dans le ventre de ta compagne est déjà votre priorité. Ce bébé, bien que vous ne sachiez pas encore le sexe ou le prénom, est devenu un trésors à protéger de tout danger. Il est difficile de ne pas comparer ce futur enfant à Charles, et tu espères au fond de toi que ce sera une petite fille. Parce qu'il serait plus simple de ne pas voir la ressemblance, qu'ainsi vous pourrez tourner la page même si elle ne sera jamais effacée. Perde un enfant est une douleur qui ne peut pas s’éclipser, c'est un morceau de soi que l'on ne retrouve jamais . Même si Charlie n'était pas ton fils, que ses cheveux bouclés te rappelaient toujours ceux de son père, tu as su l'aimer. Tu as vite compris qu'il avait fait le bonheur d'Alienor, qu'il l'avait aidé à sortir de l'enfer sans même le savoir. Comment en vouloir à un enfant pour les actes de son géniteur ? Il n'avait rien à voir avec le mari de Lizzie, et tu as rapidement su t'attacher à son air jovial. Son décès a donc été un coup dur pour toi aussi, même si le plus difficile a été de voir Alienor sombrer. C'est une chose que tu ne laissera plus arriver. Toi présent, elle n'aura plus jamais cet air si triste sur le visage. "L'homme que je suis en leur compagnie, c'est celui qui gardera notre bébé en sécurité" Tu souris avant de passer une main dans ses cheveux "Celui que je suis en privé...c'est l'homme qui prend soin de toi". Bien sûr, tu sauras être aussi doux avec ton enfant, d'une autre manière. Mais le respect des Horsemen ne doit pas disparaître parce que tu deviens père. Ils ne peuvent pas te penser faible, au contraire.

Les vêtements d'Alienor se retrouvent au sol et tu ne perds pas une miette de la vision qui s'offre à toi. Un léger sourire étire tes lèvres alors que tes yeux parcours les formes de celle qui porte désormais ton enfant. Il est trop tôt pour le voir physiquement mais toi tu le sais, et c'est bien sur son ventre encore plat que tu arrêtes ton regard. Le tissus recouvrant sa peau te fait relever les yeux et tu en profites toi même pour te préparer pour la journée. "Executions ce sera". Cette idée ne te dérange pas, le sang ne te fait pas peur. Il a été répandu par ta faute des centaines de fois, et tu sais que c'est loin de s'arrêter. C'est votre quotidien désormais, il faut savoir s'adapter.

Avant qu'Alienor ne sorte, tu passes une main dans son dos."Ca va aller. Je serais là". Un hochement de tête entendu et vous voilà en direction du réfectoire. L'homme y sera avec les membres des Horsemen, c'est le meilleur endroit pour passer un message aussi important que celui-ci. Tu l'a laisses guider la marche, ce qui est plutôt rare dans votre couple. Tu es d'habitude celui qui arrive en premier,Alienor est dans ton ombre. Vous devez changer cela également. Tu repère directement le frère de celui ayant tenté de tuer celle que tu aimes, et ta main serre le revolver accroché à ta ceinture. Pourtant tu ne sors pas l'arme et te contente de te poster à l'entrée de la pièce. Alienor peut faire ça seule, tu le sais. Pas besoin d'être juste derrière elle. Le coup de feu retentit est un silence de mort règne dans la salle. Tu es aussi surpris que les autres, même si tu le savais. Voir Alienor tenir cette arme et la porter avec autant d'aisance est étrange. Elle quitte la salle et donne ses ordres. Les hommes se tournent vers toi "Bah alors? Vous l'avez entendu non ?" Ils s'activent et tu sors à ton tour, sachant pertinemment où Alienor s'est rendue.

"Je suis fier de toi" Tu t'approches et souffles longuement en voyant son visage si pale. "Il le méritait. Le message est passé. Ils réfléchiront à deux fois avant de s'en prendre à toi maintenant" Tu soupires avant de poser ton doigt sur son menton afin qu'elle te regarde "Comme moi, tu apprendra à avoir deux facettes. Lady Errington en privé...Mais une Horsemen redoutée en publique" Tes doigts caresse son visage tendrement "En tout cas, ils ne sont pas près d'oublier ça..."
made by black arrow

_________________
+a world of ice and fire+
▴  I'm a killer, I'm a demon. But now I do it for the right reason.  ▴
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Evan Rachel Wood
▴ inscrit le : 11/04/2017
▴ messages : 219
▴ multi-comptes : Demetrius & Levia
▴ points : 718
MessageSujet: Re: Where the fuck were you ?! || Samuel   Sam 27 Mai - 17:13

Embrass the darkness
Samuel ft. Aliénor

Parler de son père intimidait toujours Aliénor. Quand ils se sont rencontrés pour la première fois : elle se souvient de son regard surpris. Sa peau opaline, ses grands yeux verts et innocents. Vrai qu’elle n’avait rien des femmes qui gravitaient autour des Horsemen. Elle était une Lady, une personne qui n’a jamais manqué de rien financièrement. Habituée au luxe et aux bonnes choses, elle n’était pourtant pas comme les autres et ne se pavanait pas. Bien au contraire, humble elle préférait se fondre dans la masse et à se contenter de peu. De toute façon, la seule chose qui comptait à l’heure actuelle était Sam et ils étaient ensemble. Dans quelques mois ils accueilleraient l’enfant dans ce monde terrifiant. Une conception faite avec amour et c’est bien pour cela qu’Aliénor était à même de vouloir le garder, en prendre soin. Elle n’aurait pas gardé un bébé résultant d’un viol. Si elle était capable d’accepter beaucoup de choses : il était hors de question qu’un homme se force en elle ou ne la frappe. Et la meilleure façon pour cela que n’arrive pas était de s’endurcir et d’apprendre des meilleures. Alors elle sourit à l’idée de voir son beau-père l’aider à devenir ce genre de femme qui est capable de se faire respecter dans le monde impitoyable des Horsemen.
Les paroles réconfortantes de Sam la font tendrement sourire et son regard se fait encore plus doux. Il était réellement l’amour de sa vie. Chaque instant à ses côtés le confirmait même si elle était consciente qu’elle ne savait pas un quart de ce qu’il faisait en dehors des murs de leur chambre à coucher. Cela ne la regardait pas au fond. Elle était prête à fermer les yeux même si cela va à l’encontre de ses croyances. Comme il l’a si bien dit : si cela permet à leur enfant d’être en sécurité quand il verra le jour alors Aliénor ne se mêlerait pas de ça. Pourtant, une part d’elle-même avait peur qu’il dérape et qu’il n’arrive plus à redevenir aimant et doux en sa compagnie. Même si elle sait Sam incapable d’une telle chose, elle craint d’un jour subir le courroux de son compagnon. La chanteuse d’Opéra espérait alors, quand elle doutait de la sorte, qu’elle serait assez forte pour le quitter.
Aliénor se déshabille sans se cacher, laissant le loisir à Sam de la regarder à défaut de pouvoir s’aimer toute la journée comme ils le faisaient avant l’apocalypse. Ils avaient à faire ou plutôt elle avait à faire. Mais elle était consciente que son homme ne serait pas loin. Elle apprécie la caresse dans son dos et le regarde pour y puiser sa force avant de sortir.

Lady Errington est surprise de voir que Sam se met en retrait pour la laisser ouvrir la marche. Il n’avait jamais fait ça et les horsemen qu’ils croisaient les regardaient avec des yeux ronds. A peine rentrer dans la salle qu’elle repéra l’homme à abattre. Une fois ses poumons remplis, elle sort l’arme et ne réfléchit pas quand elle lève son bras pour appuyer sur la gâchette. La balle transperce avec une aisance déconcertante le crâne et elle abaisse son bras avant de d’ordonner à ceux qui étaient présents de nettoyer ça. Sa voix est cassée et elle fluctue sans qu’Aliénor puisse y faire grand-chose. Nul doute qu’elle allait mettre du temps avant de récupérer un timbre normal.
Une fois sortie, elle part se cacher, pour reprendre un peu de couleurs et sa respiration. Elle venait de tuer un homme… Le bruit du coup de feu raisonne dans sa tête, elle n’arrive pas à l’enlever. La scène se répète encore et encore. Quand Sam arrive elle met du temps à relever sa tête. Aliénor hoche la tête et souffle longuement avant de poser ses mains sur ses hanches. Elle se redresse et son front trouve le haut de son torse. Elle avait besoin de sa chaleur, de son amour : comme un enfant qui venait de vivre un épisode traumatisant de sa vie. Elle redresse son visage, se plonge dans son regard et hoche à nouveau la tête avant de venir l’embrasser.

« Allons-y. » Dit-elle sans plus de cérémonie avant de se dégager de ses bras pour remonter le couloir et sortir. Ils avaient un run à faire. Des plus plaisants, pour préparer l’arrivée de leur enfant.
made by black arrow

_________________
emporte-moi

☠️ Loin des remords, des crimes, des douleurs.


La débauche et la mort ont deux aimables filles, prodigues de baisers et riches de santé, dont le flanc toujours vierge et drapé de guenilles sous l'éternel labeur n'a jamais enfanté. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Where the fuck were you ?! || Samuel   

Revenir en haut Aller en bas
 

Where the fuck were you ?! || Samuel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le choc des civilisation (Samuel P. Huntington)
» Le lapin ventriloque
» [Bar] El'Baraque à Frites
» Liste des Capitouls
» [question] couronne de l'hiver et couronne de Azor Ahai
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
hearts still beating :: What happened and what's going on. :: dead things :: les rps :: rps terminés-
Sauter vers: