AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 chain of sin / ANJA.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: chain of sin / ANJA.   Sam 8 Avr - 15:59

anja glazkova
Il reprit le crâne misérable de ses dents qui broyèrent l'os comme celles d'un chien.
The Day Will Come When You Won't Be
nom : L'héritage des aïeux pèse sur ses épaules, comme un inconcevable poids qui ne cesse de croître. Enfant Glazkova, patronyme d'une famille de scientifiques où il n'y avait nulle place pour l'échec ; une immense souffrance qui ne cessera jamais de la hanter. prénom : Il résonne comme la promesse d'un avenir nouveau, d'un enfant regretté et regrettable. Anja, la petite fille insouciante et innocente, devenue femme ignorante. âge : Depuis sa naissance, cinquante-deux années se sont écoulées. La majorité demeurent pathétiques et lui laissent un vague goût d'amertume sur les lèvres. Cinquante-deux années et aucune ne lui aura suffi pour briller sous le feu des projecteurs et graver son nom dans l'Histoire ; la fin du monde a précipité sa perte et l'a éternellement menée à l'anonymat. date et lieu de naissance : Atlanta a accueilli son corps fébrile d'enfant in-désirée, à une date révolue. Elle a enterré cette période de sa vie dans les entrailles de sa cervelle, en espérant ne jamais s'y confronter à nouveau. nationalité : Les États-Unis ont été son berceau, mais la Russie a été sa terre d'accueil, là où elle aurait aimé cracher son dernier souffle. origines : Le sang chaud, au parfum russe, de sa mère coule dans ses veines, alors que le tempérament glacial du père américain forge son âme. situation civile : L'amour est une futilité à laquelle elle n'accorde aucune importance ; le choix de sa carrière a été fait il y a longtemps déjà, alors qu'elle n'était qu'une jeune scientifique prometteuse. orientation sexuelle : On pourrait la croire dénuée de tout intérêt pour la sexualité -ce qui n'est que trop vrai-, et pourtant ses draps se sont déjà souillés du parfum masculin et du délicat arôme féminin. ancien métier : Brillante scientifique à l'avenir prometteur, assoiffée de connaissances et de savoir, spécialisée en virologie et immunologie. Sa carrière s'est éteinte quelque temps après le début de l'épidémie, alors que le monde de la science s'est essoufflé, emporté par les vecteurs. ancien lieu d'habitation : Elle a erré à travers le monde, parcouru des milliers de paysages, mais son cœur est toujours resté attaché à Atlanta, sa terre natale. camp actuel : Lafayette depuis peu et pour peu ; elle n'est que de passage. Comme elle l'a toujours été. groupe : Bury me here, veillant tout particulièrement à ce qu'on lui foute la paix. crédits : Eden memories.  

just survive somehow.

(001), On ne sait trop que dire du passé de cette femme imposante et impartiale, qui se masque derrière un mur de glace. Rigide, elle n'éprouve ni le besoin, ni l'envie, de se fondre dans la masse. Qu'on la haïsse ou qu'on l'admire, ça lui importe peu puisqu'elle ne daigne s'occuper du regard des autres. De cette femme, on ne retient que son obsession pour sa propre personne, son inassouvissable envie de réussite et étrangement, d'être adulée non pas pour son physique, mais pour son intelligence ; sur quoi elle se repose un peu trop. (002),  L'arrogance de ses paroles lui a maintes fois valu des regards noirs, des murmures indiscrets et des rires moqueurs. Qu'à cela ne tienne, elle n'a jamais apprécié la compagnie d'autrui et a tout particulièrement veillé à être mise de côté. La peur d'être rejetée n'en a jamais été vraiment une, puisqu'elle sait pertinemment qu'une fois le masque tombé, nulle ne voudra d'elle. Alors elle s'évertue à jouer l'interminable mascarade de la femme moderne, forte et indépendante, alors même que grouille en elle l'éternelle solitude. (003), Peut-être est-ce la faute de son père, un peu trop strict et un peu trop froid, qui n'a jamais dénié à lui donner l'amour qu'elle méritait. Ou peut-être est-ce la faute de sa mère, trop absente et trop inexistante pour lui offrir la confiance qu'elle aurait dû avoir, alors qu'elle n'était qu'une jeune enfant déjà moquée. De ses parents, elle ne retient que sa mise au monde et rien de plus ; des géniteurs et des malfaiteurs pour qui elle n'a aucun amour, ni même aucune pitié. Et lorsque les lumières s'éteignent, dans l'ombre de la nuit, elle prie secrètement pour que le virus les ait emporté et qu'elle n'ait jamais plus la malchance de les revoir, en bonne fille qu'elle est. (004), Qu'elle remercie le Ciel pour lui avoir apporté la force nécessaire à grandir seule, à moins que cela ne tienne plus de la malédiction. Son caractère de glace, entremêlée de flammes écarlates, lui a forgé la personnalité exigée à sa survie, avant même que l'épidémie ne débute. Déjà, elle sentait la fin arriver ; faim de l'autre, faim de vivre. Vivait-elle avant que les morts ne se relèvent ? Alors qu'elle passait ses nuits à étudier des virus dont nulle n'avait connaissance et des bouts d'Histoire qui n'avaient aucune importance. (005), Et l'amour, c'en est-elle déjà préoccupée ? De longues nuits désolées n'auront pas suffi pour la persuader de se laisser enlacer par un amant. Il y en a eu, certes, mais tous ne furent que de passage. Des amours, elle n'en a connu que très vaguement, veillant à ne jamais s'attacher pour ne jamais être blessée. Elle en a laissé partir de beaux, des amants ; avec le cœur serré et les lèvres pincées, mais jamais elle ne s'est prêtée au jeu de l'amour pur et simple. Elle les aura laissés défiler à une vitesse folle, ces hommes et ces quelques femmes qui ont partagé ses nuits de solitude, sans jamais repenser à eux. Juste des comètes et de petits bouts de bonheur, désormais ensevelis avec les ruines du passé. (006), L'épidémie lui aura donné un second souffle, pour ne pas dire un ultime souffle. Elle aura fait tomber son masque, mais lui aura forgé une personnalité encore plus médiocre. L'espoir de trouver un remède, pendant un temps, lui aura procuré un bien fou. Comme si le monde et son destin reposaient sur ses épaules. Alors lorsque tout s'est écroulé, ça a été le début de la fin. Un beau jour, elle s'est résignée et a abandonné - elle, la femme imposante a tout bonnement baissé les bras. (007), C'est lorsqu'elle a vu la mâchoire tremblante de son partenaire de laboratoire, lorsqu'elle a vu l'ultime vecteur du virus qu'elle a décidé de prendre les choses en mains. Grossière erreur, car ses actes l'auront fait plonger un peu plus dans la solitude et la médiocrité. Elle en ressortira pathétique, bouleversée à jamais et étrangement, emplie d'un vide immense qu'elle ne se connaissait pas et qu'elle s'évertuait à combler avec le travail, du moins jusqu'à aujourd'hui. (008), Et sans rien pour l'occuper, pour s'évader de ses misérables pensées, elle a été assaillie par les remords du passé. Les fantômes sont venus la hanter un beau jour, alors qu'elle naviguait seule sur les routes troubles de la Louisiane. Elle s'est laissée emportée par le vent, pensant trouver refuge grâce à un gouvernement, mais à la place, c'est la solitude qui l'a emportée. (009), Pourtant, derrière son apparente folie, demeure l'éternelle femme indépendante, qui n'a besoin de personne pour survivre dans la nature. Seule ou accompagnée, dévastée ou sur pieds, elle ne tendra la main que pour frapper. Plutôt crever que de s'avouer vaincue, dira-t-elle, en se tapissant dans l'ombre pour ne pas attirer l'attention. Comme tétanisée à l'idée de faire tomber les masques, de s'avouer faible et effrayée par ces monstres, incapable d'éradiquer cet infâme virus. (010), Le pire, c'est qu'elle se pense protégée du danger, désormais à l'abris derrière les hauts murs de son refuge. Ce qu'elle ne sait pas, c'est que le danger s'est déjà immiscé à Lafayette et qu'il la suivra partout où elle ira, qu'importe la distance, les ténèbres et le vent, car le danger s'est logé déjà dans son esprit. Les hallucinations sont arrivées trop vite, trop fortes et trop masquées ; elle ne sait si elles sont réelles ou fictives, ces images qui la hantent -comme cet éternel visage du partenaire du passé, ou de l'amant oublié-.
we are the walking dead.
lafayette, louisiane, qu'en pense votre personnage ?

Il a sonné le glas d'un esprit sain, ce campement sorti de nulle part. Elle s'y est précipitée sans trop réfléchir, sans trop savoir pourquoi il était important qu'elle s'y rende. Elle y est entrée pleine d'espoir, ce qui était étrange pour une femme rationnelle comme elle. Mais l'espoir s'est éteint très tôt, peut-être trop tôt même. Elle s'est sentie prisonnière dès le premier jour, alors qu'elle s'efforçait à ne rien laisser paraître. J'étais médecin, ou bien pharmacienne, disait-elle.  Je peux être ce que vous voulez, tant que je ne suis pas une immunologiste vouée à l'échec, aussi inutile que l'un d'entre vous en ces temps d'épidémie. Alors, elle esquissait un faible sourire et priait pour qu'on la laisse entrer. Qu'elle soit utile ou non à ces gens, peu lui importait. Qu'ils vivent ou qu'ils crèvent, ça lui était égal, ça aussi. L'importance, c'était qu'elle ne soit plus dehors, avec eux et avec lui. S'habituer au confort de Lafayette n'a pas été difficile, parce qu'elle venait à peine de quitter son laboratoire. Ce qui a été difficile, -et ce qui l'est toujours, d'ailleurs-, c'était de vivre avec eux. Aujourd'hui encore, elle peine à porter le masque d'une femme docile, fragile et discrète. On justifie son silence et sa réserve par les épreuves qu'elle avait dû endurer dehors, cette pauvre femme, mais s'ils savaient ! S'ils savaient qu'elle avait entre ses doigts fins la possibilité de réduire à néant ce virus - si elle se donnait un peu de mal -, s'ils savaient qu'elle connaissait un endroit où mille ressources attendaient patiemment d'être cueillies et utilisées, qu'il était inutile de chasser et de se terrer derrière ces vieux murs pourris de cette vielle ville qui l'était davantage. S'ils savaient, alors ils ne l'auraient jamais acceptée. Pire encore, ils ne l'auraient jamais laissée tranquille et alors, nulle ne serait venue la défendre car dehors, elle était, est et sera toute seule.
Alors elle prend son rôle de pharmacienne très à cœur, ce qui détonne étrangement avec sa véritable personnalité. Elle n'en a que faire de la santé des autres, et tout particulièrement de ces gens. Elle ne veut que la gloire, le pouvoir et la réussite, mais pour ça il est bien trop tard. Le monde s'est crevé, le gouvernement s'est tué et désormais, il n'y a plus que Lafayette pour accueillir ses rêves défraichis. Alors elle joue à cet éternel jeu auquel elle s'adonnait déjà avec la fin du monde ; le jeu d'une femme indépendante et forte, qui manipule par sa prétendue faiblesse d'esprit, par sa fragilité féminine qu'on lui connaît tant. Mais s'ils savaient ; s'ils savaient, jamais ils ne l'auraient accueillie au sein du groupe.


conquête.
ft. robin wright. personnage inventé.

âge : vingt-et-un ans. fuseau horaire : france. fréquence de connexion : très variable, avec de possibles longues absences. où avez vous connu le forum : après l'errance. avis & suggestions : nope. votre mot de la fin : si vous voulez des liens, demandez donc.  :pervers:


Dernière édition par Anja Glazkova le Mar 11 Avr - 11:44, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: chain of sin / ANJA.   Sam 8 Avr - 16:00

dead man walking.
Amour nous a conduits tous deux à la même mort.

18.12.2016

Elle reste immobile quelques secondes, obnubilée par l'image que lui renvoie la vitre ; où une silhouette qui n'est pas la sienne se reflète. Elle ne se reconnaît pas, alors que ses cheveux blonds tombent sur ses épaules en une cascade sans volume ; elle est négligée et négligeable, comme son abandon tend ironiquement à lui faire remarquer. Une brillante femme sacrifiée, errante au cœur d'un laboratoire oublié, où nulle ne viendra la chercher et où ses recherches finiront par devenir poussière. La peur la paralyse, où démence danse dans son esprit, emporté par la solitude. Devant ses deux billes brunes, la fenêtre laisse transparaître les horribles hurlements d'une créature qui n'en était pas une, autrefois. Vitali Syvatoslav s'acharne sur l'immense vitre et frappe de ses poings désarticulés contre le verre. Son regard animal ne parvient pas à croiser son propre reflet, à voir le monstre qu'il est devenu ; il en serait horrifié s'il était capable de voir à quel point sa peau est devenue livide, pourrie jusqu'à l'os. Une larme roule le long de sa joue et glisse jusqu'à son cou, recouvert d'un épais tissu. Elle se croit protégée du virus, et de ce monde qui l'entoure. Maladroitement, elle joue avec la lame qui est ancrée au creux de sa main, sans trop savoir quoi en faire : entrera-t-elle pour le soulager de cette éternelle faim, ou se laissera-t-elle emportée par sa cupidité, trop effrayée ? Elle connaît déjà la réponse à ce dilemme qui n'en a jamais été un, mais elle tente vainement de se persuader qu'une part d'humanité réside en elle et qu'abandonner Vitali Syvatoslav lui est difficile. En réalité, elle est étonnée de voir à quel point il est facile de le laisser derrière elle. Pour autant, elle n'imagine pas une seconde que ses grognements la hanteront. Déchirée par la peur, sans un dernier regard, elle tourne le dos à cette bête immonde. Derrière elle, les dents de Vitali claquent contre le verre ; les frissons sont intensifiés par les néons qui s'éteignent, par les machines qui cessent de souffler et de filtrer l'air extérieur, alors que la lourde porte de métal s'ouvre. Anja entre dans le nouveau monde pour la première fois.


FLASHBACK : 22.09.2015

« Enchanté de vous rencontrer. » dit-il, en tendant une main tremblante vers l'imposante silhouette. Elle lui adresse un sourire gracieux, empli de l'hypocrisie qu'on lui connaît tant, sans daigner tendre une main amicale en retour -ne serait-ce que par courtoisie-. « Il est préférable d'éviter les contacts physiques. On ne sait pas encore comment se transmet le virus. » Aussitôt, ses yeux se teintent de leur noirceur habituelle ; celle qui laisse penser qu'Anja n'a nullement besoin de compagnie et qu'elle a toujours embrassé la solitude comme si c'était ce à quoi elle aspirait. « Docteur Syvatoslav, je suis persuadée que vous êtes de bonne foi et plein d'espoir, mais mon expérience me pousse à ne jamais espérer. On évite les politesses ; allons droit au but. Maintenant, mettons-nous au travail, docteur. Nous avons un virus à éradiquer. » Aussitôt, elle tourne les talons et piétine tout espoir d'un possible avenir pour l'un d'eux.


19.12.2016

Devant elle, tout n'est que chaos. Le monde qu'elle a connu jusqu'à aujourd'hui n'est plus qu'un vague souvenir ; les immeubles sont ravagés, les rues sont jonchées de cadavres. Comme si la vie s'était soudainement figée, laissant un monde endormi qui, à l'aube, se réveillerait d'un coup. Elle reste encore perplexe devant ce vide immense qui peuple sa ville, alors qu'un grognement s'éveille derrière elle. Son regard croise celui d'un vecteur - un monstre à la mâchoire arrachée, à la peau calcinée et au regard éteint. Machinalement, elle recule et manque de trébucher sur un vieil objet abandonné. Ses mains se dressent devant son visage, comme pour se protéger de toute morsure alors qu'elle sait que s'il approche encore un peu plus, elle sera vulnérable. Elle se maudit de n'avoir emporté aucune arme, aucun couteau, mais juste quelques seringues et rares denrées alimentaires qui, désormais, lui seront inutiles. Plus d'une année passée à pourrir dans ce laboratoire sans jamais avoir approcher l'une de ces bêtes et pourtant, elle avait fait l'erreur de se croire prête à sortir. Sans entraînement, sans arme, elle est désormais à la merci de cette chose qui ne cesse de s'avancer vers elle, en balançant ses bras désarticulés le long de son corps. Elle aimerait se retourner, prendre ses jambes à son cou, mais son regard est rivé sur cette chose. Elle ne peut s'empêcher de faire la comparaison entre elle et la créature qu'elle a laissé dans le laboratoire, la veille. Vitali Syvatoslav. Était-elle dépourvue de toute empathie pour avoir osé abandonner une vieille connaissance à son propre sort ? Aussitôt, elle chasse cette idée saugrenue de son esprit. Elle ne peut s'empêcher de penser que c'est ainsi qu'elle va mourir et que, peut-être, le destin est un peu trop ironique avec elle. Elle ferme ses paupières, incapable de bouger ; la peur la tétanise.
Elle trouve la créature trop longue à approcher et la mort beaucoup trop longue à arriver. Elle prend le risque d'ouvrir un œil, puis l'autre. Devant elle, le monstre a disparu et a laissé place à une femme ; une blonde comme elle, mais bien plus jolie et plus habile de ses mains. « Vous l'avez tué ? N'attendez pas des remerciements de ma part pour m'avoir sauvée. » lâche-t-elle pour planter le décor. Elle admettrait volontiers être surprise de la force mentale et physique de cette jeune femme, si elle n'était pas trop occupée à se faire haïr d'ores-et-déjà. « Mais peut-être que vous pourriez m'apprendre à me défendre, mmh ? On ne peut pas dire que je sois une experte dans ce domaine. En revanche, je peux vous être utile autrement. » dit-elle en désignant son sac à dos et ses multiples ressources.


01.01.2017

Quatre-vingt-dix-huit jours et pas un de plus. Quatre-vingt-dix-huit jours auront suffi pour qu'elle perde la tête, accablée par les remords et par autant de visions d'horreur, de sinistres hurlements que de rôdeurs rencontrés. Ses talons claquent sur la terre sèche à une course folle, laissant derrière elle le peu que son sac contient.
Il était apparu sans prévenir alors qu'elle errait à travers les arbres. Comme prise de panique, elle s'était laissée emportée par les émotions ; la peur, la haine, la culpabilité et la colère. Elle n'avait pas réfléchi - chose rare car elle n'agit jamais sous l'impulsivité, habituellement. Peut-être aurait-elle dû car alors, elle aurait vu les hauts murs d'un campement à quelques mètres à peine. Elle se serait arrêtée, aurait frappé à la porte et aurait trouvé refuge plus tôt.
Elle ne s'arrête que lorsqu'elle se retrouve hors d'haleine. Sous ses pieds, la terre tremble. Sa lourde carcasse s'écroule au sol, prends appui contre l'écorce d'un arbre. Ses paupières se ferment si vite, que d'étranges formes se dessinent sous ses yeux. Elle manque de perdre connaissance et de basculer dans le monde de l'inconscient ; elle qui frôle déjà dangereusement celui de la folie. « Docteur Glazkova ?» entend-elle crier à l'orée des bois. Ses lèvres tremblantes et horriblement livides laissent échapper un cri : il est venu la chercher. Elle prend le risque d'ouvrir un œil, puis l'autre. Devant elle, il n'y a que l'immensité des arbres et le silence glacial de la forêt. Soudain, une silhouette familière apparaît - c'est celle d'un homme. Il s'approche, tend une main amicale et l'empoigne avec force. « Je vous l'ai déjà répétée mille fois, Docteur Glazkova. On ne se sépare jamais ; vous et moi ne formons qu'un. » Il essuie d'un geste de la main une trace noire sur la joue pâle d'Anja, lui adresse un sourire rassurant et plein d'espoir, comme il avait l'habitude de le faire autrefois. « Venez, on se remet en chemin. » Sa voix est autoritaire, presque menaçante. Sans protester, elle se relève et le suit, dans l'espoir de retrouver son sac abandonné. Elle rassemble ses affaires d'un geste las, qu'elle a répété maintes fois après ses innombrables fuites.
Son pas est lourd et irrégulier ; la fatigue s'est manifestée un beau jour, alors qu'elle n'avait ni mangé, ni bu depuis des lustres. Depuis, c'est l'errance et le désespoir. La solitude. « Regardez ! Une ville ! » dit-elle soudainement, brisant le silence habituel qui régnait entre eux deux.  À quelques mètres à peine, là où elle avait tenté de s'échapper quelques instants plus tôt, se dressait l'imposante silhouette de Lafayette. « Nous ne savons pas ce qui s'y trouve. C'est vous et moi, Docteur Glazkova. » Elle lui lance son regard noir, celui qui trahit sa colère et l'immonde rancœur qui la hante depuis des mois. Elle a envie de s'écrouler au sol, de tout abandonner, mais la rage brûle toujours au creux de ses seins. Elle relève la tête et crache : « Je suis épuisée de marcher. J'y vais, restez ici si vous voulez. Adieu, Docteur Syvatoslav. » Elle lui tourne le dos avec un étonnant pincement au cœur. Elle n'est pas prête à abandonner ce vieil ami, venu la hanter des tréfonds de son esprit.
Pourtant, si elle s'était retournée plutôt que d'avancer sans regrets, elle aurait vu que hormis l'immensité de la Louisiane, il n'y avait personne. Mieux encore, elle aurait réfléchi à deux fois avant d'entrer dans ce campement où elle ne saurait que faire, si ce n'est prétendre être quelqu'un d'autre. Elle aurait probablement passé ses journées à errer, comme elle le faisait déjà, plutôt que de se retrouver sous la coupe de militaires, obligée de mettre ses connaissances en veille pour ne pas attirer l'attention. Pour avoir une porte de sortie, une chance de s'enfuir lorsqu'un jour, elle se rendra compte que son vieux laboratoire lui manque indéniablement.


EXTRAIT DU JOURNAL DU DOCTEUR VITALI SYVATOSLAV.

JOUR 002 - Envoyé au laboratoire d'Atlanta.
JOUR 04 - Ai récupéré un  vecteur, nommé SUJET 01.
JOUR 018 - Nombre de vecteurs : 025. Perte des communications avec l'extérieur. Sommes coupés du monde. Pense à ma famille.
JOUR 036 - Docteur Glazkova refuse d'approcher les vecteurs et de sortir à l'extérieur du laboratoire. Ai eu une violente altercation avec elle pour la convaincre de m'aider, mais elle reste murée derrière ses recherches.
JOUR 120 - Ai commencé à tester des vaccins élaborés.
JOUR 122 - ÉCHEC.
JOUR 135 - ÉCHEC.
JOUR 182 - ÉCHEC.
JOUR 185 - ÉCHEC ! Suis las de cette solitude. Docteur Glazkova s'est muée dans un silence face à nos échecs. Veux quitter le laboratoire et tout abandonner. PLUS D'ESPOIR.
JOUR 192 - Nombre de vecteurs : 02. Presque plus de sujets à tester et Docteur Glazkova refuse de me laisser sortir.
JOUR 204 - Docteur Glazkova est persuadée d'avoir trouvé un antidote. Espoir.
JOUR 208 - Nombre de vecteurs : 01 (SUJET 19). Sans vecteur, pas de vaccin. Docteur Glazkova ne m'écoute pas.
JOUR 211 - J'AI ÉTÉ MORDU PAR LE SUJET 19 ; IMPOSSIBLE QU'IL SE SOIT DÉTACHÉ SEUL. ANJA EST RESPONSABLE. JE SUIS BLOQUÉ EN SALLE D'ISOLEMENT. ELLE REFUSE DE ME LAISSER SORTIR POUR TESTER UN AUTRE VACCIN SUR MOI ET ME DONNER UNE SECONDE CHANCE. JE VAIS CREVER DANS CE TROU À RATS À CAUSE DE CETTE GARCE.




Dernière édition par Anja Glazkova le Lun 10 Avr - 14:36, édité 25 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: chain of sin / ANJA.   Sam 8 Avr - 17:22

Robin, définitivement Robin :bave:
Mais bienvenue officiellement à toi alors xD

Ouais ouais... je retourne sur ma fiche ^^'
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: chain of sin / ANJA.   Sam 8 Avr - 18:49

BIENVENUE SUR LE FORUM :brille: :(oo): :smiile: :v: :gaa: :hola: :kissou: :flirty:
hmm, je dirais Cate ou Robin. OU LES DEUX AUTRES OMG JE LES AIME TOUTES :gaa: ouais, mon aide est remarquable, ne me remercie pas. :creep: j'ai trop hâte de lire ta présentation, tes idées de perso sont topissimes. :haa: bon courage pour cette fiche, n'hésite pas en cas de question I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : evangeline lilly
▴ inscrit le : 23/02/2017
▴ messages : 1038
▴ multi-comptes : Ivy Albrizio
▴ points : 2783
▴ sac : ▬ un stylo ▬ un carnet ▬ mon glock 19 ▬ mon couteau de combat ▬une bouteille d'eau ▬ une trousse de premiers secours ▬ un pot de beurre de cacahuètes entamé ▬ un talisman ayant appartenu à ma grand-mère ▬ une lampe de poche ▬ un couteau-suisse ▬ une polaire ▬ un foulard ▬
MessageSujet: Re: chain of sin / ANJA.   Sam 8 Avr - 19:49

BIENVENUE officiellement !! :fou: :luv:
Robin sied comme à charme à ton personnage ! :cute:
On se mpotte vite pour peaufiner notre lien ^^.
Bonne rédaction ! :ananas:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ inscrit le : 03/02/2017
▴ messages : 2744
▴ points : 4577
MessageSujet: Re: chain of sin / ANJA.   Sam 8 Avr - 20:29

BIENVENUUUUUUE :v: :brille: :ange: :oo: J'aurai dis Cate moi, parce que c'est une déesse :bave: :bave: :bave: mes tes choix sont tous parfaits :foulove: :haa: :red: Bonne chance pour ta fiche, si tu as des questions, n'hésite pas :luv: :haa: :titcoeur: :red: :cute:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: chain of sin / ANJA.   Sam 8 Avr - 20:58

raah, ce perso a l'air super intéressant, les idées sont awesome :héé:
bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche :cute: :lilheart:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: chain of sin / ANJA.   Sam 8 Avr - 21:54

Quel choix, Robin est juste parfaite. I love you
Bienvenue parmi nous ! :keur:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: chain of sin / ANJA.   Sam 8 Avr - 22:23

bienvenuuuuue :brille: j'adore le choix d'avatar, et le persoooo :lov:
dommage que je n'aie pas été dan les parages quand tu cherchais des liens, j'avais peut-être une idée avec nora, mais voilà :mdr: :hm: bonne chance pour ta fiche :aw:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: chain of sin / ANJA.   Sam 8 Avr - 23:03

Welcome! :heeart: Ton personnage a l'air vraiment très intéressant et quel superbe choix d'avatar, c'est bien la première fois que je vois cette célébrité sur les forums. Hâte de voir Anja en jeu du coup.
:smile:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : alycia debnam-carey.
▴ inscrit le : 01/04/2017
▴ messages : 904
▴ multi-comptes : aucun.
▴ points : 2440
▴ sac : un sac à dos usé, une bouteille d'eau toujours pleine, un couteau de cuisine qu'elle a piqué chez elle avant de partir, un iPod à 50%, une photo des Sykes au complet.
MessageSujet: Re: chain of sin / ANJA.   Dim 9 Avr - 1:28

BIENVENUE. :titcoeur:
je ne connaissais pas la dame sur ton avatar, mais elle est vraiment... magnétique ! :heartie: du coup, je ne vais pas être d'une très grande aide non plus pour ton choix, parce que dans le fond je les aime toutes. je suis plus familiarisée avec les trois autres, ceci dit. au final, il faut suivre celle qui te donne le déclic, et peut-être celle avec laquelle tu te sens plus à l'aise. de mon côté, j'aime avoir la pelle de ressources, généralement c'est le dernier critère qui m'aide à choisir mon avatar :mdr:

en tout cas, j'ai zieuté tes idées en tant qu'invitée, et j'ai vraiment hâte de voir ce que ça va donner ! :red:
bon courage pour la suite, et si j'ai une illumination, je viendrais aussi te harceler en MP :huhu:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Cillian Murphy
▴ inscrit le : 26/03/2017
▴ messages : 380
▴ multi-comptes : Aliénor & Levia
▴ points : 2932
MessageSujet: Re: chain of sin / ANJA.   Dim 9 Avr - 12:51

La voilà !
Quel choix mes aïeuls ! ♥ Cate ou Robin, elles sont toutes les deux perfs !

Hâte d'en savoir plus et je te garde le lien bien au chaud si tu as toujours envie ♥

_________________
you better run

☠️ we don't need a bigger knife


We're killing strangers, so we don't kill the ones that we love. We pack demolition, we can't pack emotion. You better run because we got guns. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: chain of sin / ANJA.   Dim 9 Avr - 18:43

Merci pour votre accueil. J'ai choisi Robin, finalement, elle collait mieux au personnage. :smiile: Pour ceux qui veulent un lien, vous pouvez me contacter par MP. :pervers:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ inscrit le : 03/02/2017
▴ messages : 2744
▴ points : 4577
MessageSujet: Re: chain of sin / ANJA.   Mer 12 Avr - 16:54



validation, validation
t'es beau, t'es charmant, tu m'as l'air sincère
Hohoho, tu viens d'être validé(e) jeune sauterelle des îles, mais avant de passer aux hostilités, laisse-moi te dire une chose ou deux : j'adore le personnage, la fiche était vraiment cool à lire I love you

Maintenant, laisse-nous t'abreuver avec ce tumblr de folie où tu retrouveras des gifs très très drôles (attention aux spoilers). Si ce n'est pas déjà fait, va jeter un coup d'oeil dans le bottin des avatars afin de vérifier si on ne t'a pas oublié au passage, puis tu pourras aller recenser ton rôle et ton habitation si ton personnage vit à Lafayette. Et pour que ton intégration se passe bien, va te créer une fiche de liens et, si l'envie t'en prend, une chronologie. Tu vas pouvoir également te renseigner sur la gestion de tes points et participer à un rp mission. Si tu veux, tu peux aussi aller créer un scénario ou des pré-liens afin d'aider de futurs intéressés dans la construction de leur personnage. Mais puisqu'un forum est là aussi pour te distraire un max, viens nous rejoindre dans le merveilleux flood et supporte-nous dans la promotion du forum (on te le rendra bien, avec un max de bisous et de love).

voilà, maintenant que tu es validé(e), tu peux venir faire la fête avec nous et n'oublie pas que les admins sont à ta disposition 24h/24 (et même 38h/24 si des offrandes sont faites). amuse-toi bien parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: chain of sin / ANJA.   Mer 12 Avr - 17:53

Merci bien.
Revenir en haut Aller en bas
 

chain of sin / ANJA.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Clarification de règles] Chain lightning VS Kairos FateWeaver et Sanguinaires VS redirection de dommages
» Chain réaction, en vf
» [Estim] Kingdom hearts : chain of memories GBA
» —Xerxes Break. « The candyman » ~ !
» Liste Food Chain Gob
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
hearts still beating :: What happened and what's going on. :: dead things :: vieilles fiches-
Sauter vers: