AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (Demetrius) You close your eyes and the glory fades

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Hugh Dancy
▴ inscrit le : 24/02/2017
▴ messages : 855
▴ multi-comptes : Samuel, le horseman & Ash, le gourou
▴ points : 1452
MessageSujet: (Demetrius) You close your eyes and the glory fades   Mar 28 Mar - 15:05

You close your eyes and the glory fades
Demetrius ft. Matthew


L'astre lunaire vient à peine de faire place aux rayons dorés du soleil quand tu arrives à la lisière de la forêt. Devant toi s'étendent les plaines de l'ancien parcours de golf, au nord de Lafayette. Ce qui était autrefois un lieu de détente familiale se définit maintenant comme une large étendue verte, sans aucune âme. Quelques rôdeurs se trouvent au sol, immobiles. Quelqu'un s'est déjà occupé d'eux, et peut-être bien que c'est toi. Tu ne gardes pas en souvenirs les marcheurs qui ont succombé sous ton tantō, ton précieux poignard Japonais que tu as trouvé dans un musée en ville. Avant tout cela, tu n'étais pas un grand amoureux des armes, tu étais même un pacifiste qui prônait le langage diplomatique plutôt que les poings. Tu te cachais derrière tes livres et ta soif de savoir t'avais amené vers les mangas et l'univers asiatique en tout genre. C'est ainsi que tu as appris les différents sabres, devenant rapidement passionné par les Samouraï et leurs techniques de combats. Ainsi, quand tu as compris que ta survie dépendait de tes capacités à te battre, tu t'es dirigé vers le musée où tu passais autrefois des heures à étudier la culture asiatique. Tu as été dans la section des armes et comme tu t'en doutais, personne n'était venu dévaliser cet endroit. Tu savais exactement où aller, et c'est au détour d'un couloir - entre le Katana et le Daishō - que tu as trouvé ta future arme de prédilection : Ton Tanto.

La fatigue se lit sur les traits de ton visage alors que tu avances en direction du Sud. Tu ne sais pas vraiment où tu vas, alors tu laisses tes pas te guider en gardant un regard averti sur les environs. Et puis il y a une silhouette qui retient ton attention, un corps qui semble moins décomposé que les autres. Tu dévies vers la gauche, tenant fermement le manche de ton arme pour le planter dans le crâne du cadavre. On ne peut jamais être trop prudent. Tu espères simplement qu'il a encore des choses utiles sur lui. Peut-être même de l'eau ou un peu de nourriture. Ta lame fend l'air mais tu t'arrêtes à seulement quelques centimètre de son cou. Ce type là... Il ne semble pas mort. Du moins, pas encore. Tu serres les dents en balançant les possibilités dans ta tête. T'es pas du genre à faire dans la compassion Matthew, et ce type ne survivra pas la journée de toute manière. Tu vois les marques sur son visage, témoignant d'une bagarre plus ou moins récente. Des rôdeurs peut-être ? Ou alors un groupe d'humain mal attentionné. Les images de la mort de ton frère te reviennent en tête, alors tu serres les dents et grogne pour toi même. Accroupis à côté du corps, tu soulèves son t-shirt pour vérifier qu'il n'y a pas de marque de morsures. Tu ne vas pas t'encombrer avec quelqu'un qui finira par tourner dans quelques heures. Un rapide coup d’œil t'affirme qu'il a été chanceux à ce niveau là. Alors tu fouilles ses poches, profitant du fait qu'il soit inconscient pour lui voler ses effets personnels. Il devrait déjà s'estimer heureux que ta lame n'ai pas transpercé son crane plus tôt. Même pas d'arme, il a du les perdre dans la bataille. Tu regardes autour, cherchant un sac qui traînerait pas loin. BINGO. Tu avances de quelques pas et attrape la lanière en cuir pour décoller l'objet du sol humidifié par la rosée matinale. Quelques boites de conserves et une gourde neuve, voilà qui égaie déjà ta journée. Tu repères aussi une petite boite avec des plantes à l’intérieur. Tu les sens et hausses les épaules en refermant le couvercles. Ça pourrait toujours servir, on sait jamais.

Et puis tu retournes près de l'homme. "Qu'est ce que je vais foutre de toi moi...?" Tu pourrais bien le laisser là, à la merci des prochains rodeurs. Ça ralentirait l'avancée de certain d'entre eux au moins. Ou alors tu pourrais l'amener dans un coin tranquille et lui soutirer des informations. Peut-être qu'il vient d'un camps avec plus de provisions? Peut-être qu'il connaît un endroit remplit d'armes ? Oui, ça semble la meilleure chose à faire. Alors tu attrapes ses pieds et tire son corps pour le faire glisser au sol, jusqu'à la forêt longeant le terrain de golf. "Eh" Tu vois bien qu'il a les yeux à moitié ouvert, la balade à du le réveiller un minimum. "T'as été mordu ? Qu'est ce que tu fou là tout seul ?" Tu le regardes, suspicieux, avant de lui donner un petit coup avec ton pied contre sa jambe afin qu'il réponde. Tu veux pas lui faire de mal non, juste le réveiller un peu "T'es de Lafayette ?"



made by black arrow

_________________
+ the fairytale got twisted and decayed +
▴  Being stuck in a world where you don't belong, half awake, half asleep. Is There a Worse Nightmare Than Waking Up Into REALITY?▴
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Cillian Murphy
▴ inscrit le : 26/03/2017
▴ messages : 394
▴ multi-comptes : Aliénor & Levia
▴ points : 3149
MessageSujet: Re: (Demetrius) You close your eyes and the glory fades   Jeu 30 Mar - 0:47

You close your eyes and the glory fades
Demetrius ft. Matthew

Ash lui dit de ne pas partir ce matin quand il a ouvert les yeux à ses côtés. Cela faisait maintenant plusieurs mois que sa chambre était devenue leur chambre. Le clan le savait, ils ne trouvaient rien à redire parce qu'ils faisaient la paire. Le chef qui partageait sa couche l'avait mis en garde, préférant probablement que Demetrius reste à ses côtés toute la journée. Le doc avait cependant en tête d'accompagner le groupe qui s'aventurait dans les environs pour trouver des vivres même s'ils commençaient petit à petit à se reconstruire. Doucement, mais surement. Il était tombé par miracle sur lui après avoir échappé aux militaires qui voulaient l'emmener à Lafayette. Ash lui a permis de revenir dans le groupe, son père avait en effet bannit Rosenbach pour une raison idiote. Parce qu'il était loyal à son ami, plus qu'à son géniteur. C'est lors de son retour qu'il a pris le taureau par les cornes et qu'il a avoué qu'il avait tout simplement refusé de lui donner des médicaments. S'il s'était tourné de son village, de sa culture : il ne voulait pas que d'autres fassent cela sans avoir pleinement conscience des résultats. Hors si le chef aurait été pris en flagrant délit de prendre des comprimés pharmaceutiques : cela aurait sonné le glas de la communauté. Demetrius ne voulait pas être responsable d'une telle chose et c'est pour cela qu'il a été bannit. 
Après avoir rapidement enlacé Ash, le docteur a suivi la bande en dehors des murs d'enceinte de leur camp. Tout se passait bien, Demetrius avait trouvé des plantes et ils avaient trouvé des ressources pour la communauté. Mais sur le chemin du retour : rien ne se passa comme prévu. Un groupe de rôdeurs leur a coupé le chemin. Peu habitué à voir un macchabée marchant : il avait clairement paniqué. Malgré les directives du leader des opérations, il s'est vu séparer des autres. Par réflexe, il est monté dans en hauteur dans un arbre pour tenter d'échapper aux mains puantes et en décompositions de ces choses. Perché en haut de l'arbre, il ne sait pas combien de temps il a attendu, mais ils ont été attirés par autre chose ou plutôt quelqu'un. Un groupe d'hommes à moto les ont exterminés un à un avant de passer leur chemin. A peine partit que Demetrius décida de descendre de son perchoir mais une branche céda sous son poids et il tomba lourdement au sol : inconscient. Par chance, sa chute fut amortit quelques corps de rôdeurs. Ce n'était cependant pas la fin de son calvaire, il y eut une voix grave puis plus rien.

Inconscient, il divague. Son esprit le pousse dans ses retranchements et il replonge amèrement dans le passé. Il revoit la ferme où il a grandi, les chevaux qu'ils élevaient et le refuge qu'il trouvait chez les équidés. Il peut voir distinctement sa mère ouvrir ses bras mais il a beau courir : il ne peut pas s'approcher d'elle et c'est finalement une taloche donnée par son père qui le fait ouvrir les yeux dans la réalité. Il entend une voix qu'il ne connait pas. Un homme. Il ne semble pas hostile, mais Demetrius sent très bien qu'il n'hésiterait pas à achever sa misérable vie. Ou pire. Son corps endoloris est douloureux. Il a l'impression qu'une voiture est passée sur lui. Lafayette... Voilà un nom familier.

« Non... » Un son rauque sort finalement de sa gorge. Sa respiration est lourde, saccadée. Chaque inspiration réveille une nouvelle douleur : « Où... Je suis... ? » Balbutie-t-il en tentant de se redresser sans pour autant être en mesure de bouger. « Oh boy... » Demetrius serre les dents. Il devait retrouver Ash ou plutôt... Se taire sur l'emplacement de leur campement. « Si tu.... veux pas.... crever … j'espère que... t'as... pas pris... les herbes... de mon sac... » Parce qu'elles étaient poisons pour l'être humain qui ne sait pas les utiliser. Il tentait de mettre au moins un onguent qui pourrait recouvrir leurs lames et ainsi empoisonnés leurs assaillants. Le monde était dangereux. Il en a fait les frais aujourd'hui même. « Tu... Tu vas me tuer... ? » Articule-t-il avec la moitié de son visage contre le sol, il ne savait même pas si l'homme pouvait l'entendre distinctement. Le comprendre tout court. Il n'avait pas réellement le choix de toute façon. Étrangement... Il voulait vivre. Pas pour lui, mais pour les autres. Parce qu'aujourd'hui être docteur était une chose précieuse.
made by black arrow

_________________
you better run

☠️ we don't need a bigger knife


We're killing strangers, so we don't kill the ones that we love. We pack demolition, we can't pack emotion. You better run because we got guns. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Hugh Dancy
▴ inscrit le : 24/02/2017
▴ messages : 855
▴ multi-comptes : Samuel, le horseman & Ash, le gourou
▴ points : 1452
MessageSujet: Re: (Demetrius) You close your eyes and the glory fades   Dim 2 Avr - 21:23

You close your eyes and the glory fades
Demetrius ft. Matthew


Tu installes l’inconnu contre le tronc d'un arbre, à l’extrémité du parcours de golf. Tu souffles en le regardant et tu espères qu'il va survivre un moment au moins. Le brun se décide enfin à répondre. C'est plus un râle qu'un mot qui passe la barrière de ses lèvres. Alors t'es obligé de t'accroupir en face de lui pour le comprendre. Tu lèves les yeux à sa questions. Est-ce qu'il pense que savoir l'endroit où il se trouve est le plus important pour le moment ? Il devrait revoir le sens de ses priorités. "Complètement paumé, voilà où t'es." Pour être honnête, tu ne pourrais pas vraiment dire. Vous vous trouvez au Nord du camps de Lafayette, c'est plus ou moins ce que tu sais. Tu as eu le loisir d'explorer les environs ces derniers mois, mais tu étais plutôt à l'Est du camps, parfois même tu t'aventurais dans le Sud. Tu aimes te déplacer, ça évite que l'on te suive, que l'on te traque. Et puis tu as toujours ce stupide espoir de retrouver les membres de ta famille vivants. « Si tu.... veux pas.... crever … j'espère que... t'as... pas pris... les herbes... de mon sac... » Tu hausses les épaules en te souvenant du petit boitier que tu as refermé. T'es pas du genre à goûter tout ce qui te tombe sous la main. Du moins, pas sans être certain que ce soit comestibles. Avec les rôdeurs et les humains mal intentionnés, ce serait quand même un comble de mourir à cause d'un poison ingurgité. Tu ne réponds cependant pas et décide de  faire doublement attention à la trouvaille de l'inconnu. Si les herbes pouvaient devenir une arme, tu sauras t'en servir au moment venu. « Tu... Tu vas me tuer... ? » Tu es surpris. Parce que c'est toujours l'une des premières questions que tu entends quand tu croises la route d'un autre nomade. La vie est-elle si importante ? Pourquoi la plus grande peur des gens reste t-elle la mort, alors qu'ils en sont constamment entourés ? Tu te demandes pendant une secondes si toi aussi tu réagirais de la même façon mais t'es incapable de répondre. Vivre ne te semble pas toujours la meilleure solution depuis la perte de ton frère. T'es pas aussi fort que tu aimerais le montrer, c'est bien ça ton problème. "Ça depend. Si tu te tiens bien, tu pourrais peut-être même t'en sortir". Est-ce que tu mens ? Est-ce que tu as déjà décidé de lui tirer une balle dans la tête ? C'est possible oui, t'es pas encore certain du destin que tu lui réserve. T'es toujours accroupis devant lui à le scruter. D'où est-ce qu'il pourrait bien venir ? Il a l'air trop propre pour être sur la route depuis longtemps. Ou alors il a trouvé refuge dans l'une des maisons aux alentours ? Ou pire...Il n'est pas seul.

Tu remarques que le bas de son pantalon est déchiré. T'as un doute d'un coup. Alors tu déchire le tissus pour vérifier sa jambe. CLEAN. "Qu'est ce que tu fais ici ? Tu viens d'où ?" Tu le regardes et voit qu'il a du mal à rester éveillé. "Et ne t'avises pas de répondre avec une autre question, parce que tu risques de réaliser que je suis pas du genre patient". Tu l'étais avant, tu t'en souviens pas ? Quand ton frère arrivait toujours en retard mais que tu l'attendais à chaque fois, sans même t’énerver à son arrivé. Tu sors ta gourde et la pèse dans ta main pour voir s'il te reste beaucoup d'eau. Après vérification, tu décides que tu peux en boire un peu. Chose faite, tu continues de regarder l’intrus. "Dis-moi où t'as chopé tes provisions . T'es avec qui ? Me dis pas seul, t'es pas du genre à voyager seul"

made by black arrow

_________________
+ the fairytale got twisted and decayed +
▴  Being stuck in a world where you don't belong, half awake, half asleep. Is There a Worse Nightmare Than Waking Up Into REALITY?▴
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Cillian Murphy
▴ inscrit le : 26/03/2017
▴ messages : 394
▴ multi-comptes : Aliénor & Levia
▴ points : 3149
MessageSujet: Re: (Demetrius) You close your eyes and the glory fades   Mer 5 Avr - 22:10

You close your eyes and the glory fades
Demetrius ft. Matthew

Son corps lui faisait un mal de chien et il regrettait amèrement d'être parti ce matin. Il aurait dû rester auprès de son compagnon. Demetrius sait que lorsqu'il allait retrouver Ash il entendrait encore et encore cette histoire. La seule fois où il ne l'a pas écouté. Cela lui apprendrait à désobéir à son chef. Le doc voulait s'accrocher au fait qu'il allait le revoir. Tôt ou tard. Ils étaient destinés à être ensemble et même s'il n'était plus un loyal croyant : Demetrius aimait croire que Dieu avait mis Ash sur son chemin pour qu'ils restent ensemble. Avec Sasha, ils faisaient une famille hors du commun : la meilleure peut-être parce qu'elle était loin d'être parfaite. Il n'aurait cru avoir ce luxe. Le quarantenaire, allongé la tête contre le sol se souvenait des raclées qu'il prenait par son père quand il n'était encore qu'un enfant. Combien de fois avait-il demandé à l'être divin de prendre sa vie dans ces moments ? Même lui ne savait pas. Une impression de déjà vu il avait donc. Une saveur familière : celle de son sang dans sa bouche. Demetrius s'était battu pour son bonheur et aujourd'hui il avait peur de le perdre. S'il mourait ici... Il serait un danger pour les deux personnes les plus importantes de sa vie. A la douleur psychologique s'ajoutait la douleur physique. Le médecin se sentait mal, comme si une voiture lui était passée dessus et pourtant il ne comptait pas ranger son arrogance au placard. Même sur son lit de mort il serait ainsi. Demetrius était fidèle à lui-même alors quand il sent qu'on le frappe à la jambe. Installé contre ce qui semblerait être un tronc, il entrouvre finalement son œil droit : qui n'était pas bloqué par un hématome comme sa paupière gauche. Paumé... Cela ne l'aide pas.

« J'connais pas... Cette ville... C'est nouveau ? »


Souffle-t-il. Il le met en garde : ce qui ne fait pas réagir l'inconnu. Tant pis pour lui. Il aurait prévenu le malheureux. La question qu'il pose par la suite est un automatisme. Un instinct : est-ce qu'il respirait pour la dernière fois ? Son calvaire prendrait-il fin dans quelques minutes ou bien la personne en face de lui l'épargnerait ? Demetrius se met alors à penser à Ash. Il aurait aimé lui dire au revoir ou bien juste croiser son regard une dernière fois sans avoir à parler. Cela faisait depuis longtemps que la parole était facultative entre eux. Il tente de rire, ce qui sonne comme un grognement à cause de l'excès de sang dans sa bouche qu'il crache d'ailleurs ou plutôt laisse couler de sa bouche entrouverte.

« Tu fais partie... De ces personnes... Qui ne savent pas prendre... Une décision comme ça... Hein ? » Constate le bougre qui titille celui qui pourrait devenir son bourreau en un claquement de doigt, en une pression sur la détente. L'homme déchire le bas de son pantalon ce qui le fait dire : « Tu pourrais... Me payer... Un verre... Avant de me... Déshabiller... » Non content de sa connerie : il sourit comme il peut. Il offre plus une grimace qu'autre chose mais il est incapable de faire mieux que ça.

« Que de questions... T'es Sherlock ...? De la police ? » Demetrius referme son œil et détend ses muscles en gémissant de douleur. « Une ballade de santé... »

Hors de questions qu'il parle du camp. Jamais. Même sous la torture. Sasha et Ashton seraient en danger et il ne pourrait pas les trahir. Il préférait mourir seul, souffrir et hurler de douleur plutôt que de mettre en péril la vie de ceux qu'ils considèrent comme sa famille. Jamais.

« Rien qui te concerne... »
Finit-il par répondre sérieusement. Il avale difficilement sa salive. « Qu'est-ce que... T'en sais hein ? » Demetrius trouve la force de rouvrir ses yeux : « J'suis seul. » Il savait mentir. Il avait passé des années à duper son père : ce n'était pas un merdeux dans le genre de son sauveur qui allait lire en lui.

« Je peux... Avoir ma gourde ? » Après tout : elle lui appartenait non ? Il était en droit de réclamer de l'eau. « Les provisions... Suffit d'être... Logique et de … Chercher. Même toi... Je suis sûr que... Tu en es capable. Fais confiance... A ton instinct... »
made by black arrow

_________________
you better run

☠️ we don't need a bigger knife


We're killing strangers, so we don't kill the ones that we love. We pack demolition, we can't pack emotion. You better run because we got guns. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Hugh Dancy
▴ inscrit le : 24/02/2017
▴ messages : 855
▴ multi-comptes : Samuel, le horseman & Ash, le gourou
▴ points : 1452
MessageSujet: Re: (Demetrius) You close your eyes and the glory fades   Dim 9 Avr - 12:51

You close your eyes and the glory fades
Demetrius ft. Matthew


Fallait que tu tombes sur un comique. Il n'a pas vraiment l'air de réaliser la gravité de la situation pour parler ainsi. Ton arme pointée sur lui ne semble pas lui faire peur. Est-ce qu'il attend de mourir ? Est-ce qu'il espère secrètement que tu vas planter ta lame pour lui tirer son dernier souffle ? Ou alors il pense que tu bluff, il ne croit pas à ton regard noir et tes paroles menaçantes. "Je fais partie des personnes qui réfléchissent avant d'agir,différence". Tu ne sais même pas pourquoi tu lui réponds. Il essaie évidemment de tester tes nerfs et ton calme. L'idée que son groupe le cherche te vient à l'esprit. Tu ne veux pas être coincé avec eux, prit la main dans le sac en train de soutirer des informations à l'un des leurs. Depuis la mort d'Aiden, tu considères tout les étrangers comme des dangers potentiels. S'il n'y avait que les rôdeurs, la survie serait une partie de plaisir. Ils sont devenus une seconde menace à présent, comme un problème passager dont il faut se sortir. Parce que les vrais ennemis, ce sont les humains. La nature de l'homme à rapidement prit le dessus, cherchant le pouvoir, le confort et peut-être même la vengeance. Ça ne t’étonne pas, l'histoire à toujours prouvé que l'homme est meilleur pour se détruire que pour s'aider. Bien sûr que vous pourriez construire un grand camps et tous y survivre, mais non, la guerre se déclencherait à l’intérieur même des murs. Autre raison pour laquelle tu ne veux pas aller à Lafayette, même si la première et la plus importante reste  de celle  trouver ta famille.

Il continue de parler pour ne rien dire, il te regarde avec ce semblant de sourire. Il ne doit rien avoir à perdre...Ou alors justement il a trop à voir s'envoler en fumée. Il préfère mourir plutôt que tu trouves son camps. Peut-être qu'il y a sa famille, il a bien l'âge d'avoir des enfants ou une femme qui est toujours en vie. Il affirme être seul mais t'as du mal à le croire. Il y a quelque chose dans son regard qui prouve qu'il protège quelqu'un, quelque chose. Il a cette volonté que tu as perdu en même temps que ta famille. Il reste trop pragmatique, ses pieds sont encore sur terre alors que tu peine à ne pas déraper. Tu ne dors pas la nuit, tu revois le corps d'Aiden qui s'écroule au sol sous le sourire glacé de son bourreau. T'as beau prétendre le contraire, tu sursautes à chaque bruit et te demande quand ton tour viendra. Quand est-ce que quelqu'un pressera la détente pour que tu tombes à ton tour ? Non, lui il n'est pas seul, tu le sais. Alors tu soupires en le regardant, ne bougeant pas quand il demande ta gourde. "J'ai un autre programme pour toi" . Il te dit de faire confiance à ton instinct, et c'est ce que tu fais en lui balançant ton pied contre sa tête.

Tu marches, son corps inconscient sur tes épaules. Il est lourd, trop lourd. Mais tu continues à avancer, t'es pas loin de ta planque, persistes.

Solidement attaché sur une chaise, tu toises ton prisonnier du regard. Mais qu'est ce que tu fabrique Matthew ? Depuis quand tu prends des pauvres type pour les emmener chez toi et les torturer ? Tu profites de son inconscience pour souffler un bon coup. C'est pour ta sécurité, ta survie. S'il est avec un groupe comme celui qui a tué ton frère, tu dois savoir où il sont...et les éliminer. Ou les fuir, selon la grandeur du camps. Tu te poses en face de lui et attends qu'il daigne finalement se réveiller. Tu devrais peut-être soigner ses plaies, mais c'est pas l’hospice ici. "Je réitère ma question. D'où est-ce que tu viens ?" Ton regard se fait plus noir, t'as pas envie qu'il te teste. Tu veux juste qu'il réponde à ta question. Tu fais tourner ton poignard entre tes doigts, attendant une phrase de sa part. "Sois pas stupide et réponds"

made by black arrow

_________________
+ the fairytale got twisted and decayed +
▴  Being stuck in a world where you don't belong, half awake, half asleep. Is There a Worse Nightmare Than Waking Up Into REALITY?▴
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Cillian Murphy
▴ inscrit le : 26/03/2017
▴ messages : 394
▴ multi-comptes : Aliénor & Levia
▴ points : 3149
MessageSujet: Re: (Demetrius) You close your eyes and the glory fades   Dim 9 Avr - 17:57

You close your eyes and the glory fades
Demetrius ft. Matthew

Oh naturellement il devrait se la fermer, mais depuis qu’il avait quitté le domicile familial : cela n’était pas dans ses plans. Justement, c’est parce qu’il avait tant de fois fermées, qu’il avait souffert à ce point qu’il ne voulait plus mâcher ses mots. Demetrius avait payé le prix fort de sa liberté et il était bien décidé à la savourer pleinement. Il avait tellement sacrifié qu’il n’allait pas baisser la tête pour un jeunot dans le genre de son sauveur. Son arme est pointée sur lui pourtant il ne frémit pas. Qu’il lui prenne sa vie. Il s’en moquait. Clairement. Parce qu’après tout : il n’avait plus rien à foutre. Ash devait le croire mort, il allait passer à autre chose, toucher d’autre personne et il préférait clairement crever que d’imaginer son aimé avec un homme ou une femme qui n’est pas lui.

« Etonnant que... Tu sois encore en vie... »


Souligne-t-il ; il se fait menaçant mais le Doc n’est pas intimidé. Et alors quoi ? Il allait le torturer ? Le jeter aux rôdeurs ? Demetrius ne voulait juste pas se laisser faire par un petit con de sa trempe. Des mecs qui se pensent des dieux vivants parce que le monde n’avait plus de sens. Des petits merdeux si vous voulez son avis sur la question. Un seul regard sur lui et il comprend que le jeune homme semble hanté. Ce genre de regards, il en avait vu dans le camp. L’arrogance du docteur le fait sourire. Il pouvait clairement être insupportable quand il se décidait. Un autre programme ? Il arque un sourcil puis plus rien.

Demetrius se réveille. Il sent ses mains attachées et soupire longuement. La voix de l’homme perce tes tympans et tu grimaces :

« Tu peux parler moins fort ? » Grogne-t-il avant de tousser plusieurs fois et cracher l’excès d’hémoglobine. Il ouvre son œil valide, remarque le regard : « Pff ce n’est pas … Ton regard… Qui va changer… Ma réponse… Je viens… De nulle part… » Un long râle sort de sa gorge : « Et en vue… De ta situation… De l’endroit où… Tu es… Je suppose que… T’es dans le même… Cas… »

Une lumière vive attire ton œil : il fait tourner une lame dans ses mains ? Demetrius révulse sa tête et sourit difficilement :

« La torture interroge… Et la douleur répond. » Dit-il dans un français presque parfait. « Fais ce que… Tu veux mate… Tu ne trouveras pas de paix… En me torturant et t’auras… Toujours la même réponse… Me faire souffrir… Va pas te donner une paire de couilles… Ou impressionner quiconque… Tu devras… Vivre avec ça… Pour toujours… C’est moche de… Devenir quelque chose… Qu’on déteste… »

Demetrius ne parlerait pas. Si l’homme en face de lui ne l’avait pas compris tant pis. Qu’il aille jusqu’au bout et embrasse la folie même de l’humain. Rien de bon ne résulte de la torture et surtout pas les réponses. Un homme serait prêt à dire n’importe quoi pour qu’on arrête la lame qui lacère, qui ouvre. Son bourreau n’aurait de toute façon jamais les moyens de vérifier ses dires. Il garde sa tête en arrière, ferme ses yeux et imagine Ash près de lui. Il aimerait sentir sa présence, la douceur de ses lèvres sur sa peau meurtrie… Bon sang il allait mourir dans ce trou à rat sans avoir eu la chance dire au combien il aimait celui que beaucoup appelaient Chef. Il murmure une prière, cela faisait longtemps qu’il n’avait pas parlé à Dieu mais peut-être était-ce le moment. Qui sait si le jeune homme serait assez idiot pour aller jusqu’au bout de sa pensée et mettre sa menace à exécution.
made by black arrow

_________________
you better run

☠️ we don't need a bigger knife


We're killing strangers, so we don't kill the ones that we love. We pack demolition, we can't pack emotion. You better run because we got guns. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Hugh Dancy
▴ inscrit le : 24/02/2017
▴ messages : 855
▴ multi-comptes : Samuel, le horseman & Ash, le gourou
▴ points : 1452
MessageSujet: Re: (Demetrius) You close your eyes and the glory fades   Mar 11 Avr - 17:51

You close your eyes and the glory fades
Demetrius ft. Matthew


Tu te permets de le regarder alors qu'il est encore inconscient, sur cette chaise. Comment tu as pu devenir ce genre d'homme ? Toi qui était si pacifiste, végétarien et qui défendait la cause des plus démunis ? Tu avais un bon fond, trop bon d'après ton frère. Tu étais celui qui se faisait marcher sur les pieds,celui qui ne savait pas se défendre. Et maintenant tu te retrouves devant un homme ayant pratiquement le double de ton âge, à agiter un couteau. Est-ce vraiment le prix de ta survie ? Ne prends-tu pas trop au sérieux les conseils de ton jumeau ? Il voulait que tu deviennes plus fort, il voulait que tu sois en sécurité. Tu n'es cependant pas certain qu'il serait fier s'il se trouvait dans la pièce en ce moment. Il réaliserait peut-être qu'il en demandait trop, que ce n'est plus vraiment toi qui se tient devant cet homme.

La requête de ton prisonnier te fait arquer un sourcil. Baisser d'un ton ? Pourquoi ? Tu regardes autour alors qu'il parle de ta planque. C'est précaire, tu n'as jamais eu besoin de grand chose. De toute manière, tu ne restes jamais bien longtemps au même endroit. Il n'y a aucun objet personnel, aucun souvenir de ton passé. Parfois, tu envie ceux qui avaient une vie difficile avant, parce qu'ils avaient moins à perdre. Toi tu étais heureux. Bien sûr, tu avais des problèmes qui te semblaient à l'époque insurmontables. Mais tu donnerais tout pour revenir en arrière et avoir le luxe de stresser pour un appel professionnel, ou un examen scolaire. Tu as perdu ta famille, ils sont tous morts devant toi, l'un après l'autre. Et à l'époque tu n'as rien pu faire. Parce que tu étais trop faible, trop...stupide. Maintenant il n'y a que Sam, ton dernier espoir de voir un visage de votre famille. Mais plus tu attends et plus tu te rends à l'évidence: elle aussi a disparue.

Tu vas pour répondre quand il parle en français. Ton couteau reste immobile entre tes doigts alors que tu penches légèrement la tête sur le côté, signe que tu es surpris. "Tu...Tu parles Français". Ça te déstabilises, ça te rappelle ce que tu étais. Tu n'aimes pas quand un événement ou une parole te plonges dans les souvenirs d'un homme plus doux. Aimant le théâtre et Molière tu avais étudié la langue du dramaturge pour pouvoir étudier ses pièces. Et comme si ce n'était pas assez, il en rajoute une couche en disant ce que tu ne souhaites pas entendre. Tu serres les dents et fermes les yeux quelques secondes. Tu voudrais que toutes les voix dans ta tête se taisent, tu aimerais entendre le silence pour une fois. Tu as l'impression constante qu'on te dicte quoi faire, qu'il y a un morceau de ta conscience qui ne veut pas lâcher l'affaire. Tu te masses le front en soufflant légèrement et ouvres finalement les yeux "Samantha Wheeler ? D'où que tu viennes, tu l'as vu ? Entendu parler d'elle ?" S'il ne veut pas donner son camps, alors vous pouvez peut-être trouver une terrain d'entente. Tu veux juste retrouver ta grande sœur, être en sécurité. Tu pourrais bien dire qu'elle te ressemble, mais ce n'est pas le cas. Vous étiez 6 enfants, tous adoptés, tous différents. A part Aiden évidemment, avec qui tu partageais un visage similaire. "Grande, brune, yeux bleus ...jolie..." Du moins c'est ce que tu as entendu d'elle. Tu as du mal à voir ta propre sœur  comme attirante évidemment, adopté ou non, elle reste ta sœur. Il y a un peu d'espoir dans ta voix. Tu sais pourtant que c'est une mauvaises question à poser. Parce qu'après l'espoir il y a la déception. Et souvent en suit la folie destructrice qui s'empare de ton être.

Tu le regardes murmurer quelques mots et soupire. Tu n'as jamais cru en dieu, ni en aucune force suprême. Tu respectes ce genre de conviction bien que tu ne le comprennes pas. "S'il y avait un dieu...On en serait pas là. Où alors il a oublié de préciser certaines choses dans la bible, le coran, le Torah ou... quoi que ce soit d'autre"

made by black arrow

_________________
+ the fairytale got twisted and decayed +
▴  Being stuck in a world where you don't belong, half awake, half asleep. Is There a Worse Nightmare Than Waking Up Into REALITY?▴
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Cillian Murphy
▴ inscrit le : 26/03/2017
▴ messages : 394
▴ multi-comptes : Aliénor & Levia
▴ points : 3149
MessageSujet: Re: (Demetrius) You close your eyes and the glory fades   Jeu 13 Avr - 0:03

You close your eyes and the glory fades
Demetrius ft. Matthew

Il se sait dans une position plus délicate. Il suffisait que le malheureux en face de lui ne soit pas de bonne humeur et il se retrouvait directement aux portes des enfers. Contrairement à Orphée : aucune Eurydice ne viendrait le délivrer. A l'heure qu'il est : Ash devait déjà le croire mort. Allait-il partir à sa recherche ? Probablement. Mais il ne retrouverait rien. Aucun indice qui puisse laisser entendre que son bras-droit était encore en vie. L'était-il seulement ? Même lui n'en était pas certain tant son corps n'était que douleurs et agonit. Demetrius tentait pourtant de garder la tête haute. Supplier ne servait à rien. Si le tuer était le but de son ‘sauveur' alors il le ferait quoiqu'il dise. Autant utiliser donc une dernière fois ce qui a toujours été un don chez lui. L'art de la parole. Il parle français et récite une phrase d'un livre dont il en a oublié le nom mais qui l'avait marqué car lourde de sens. Autant dire qu'elle convenait parfaitement à sa situation. Demetrius était sur le point d'être torturé après tout bien que son vis-à-vis ne semblait pas tout à fait à l'aise avec la chose. S'attendant toujours au pire pour savourer le meilleur, il se contente de le regarder comme il le peut avec son œil à peu près clean. Son tortionnaire semble surpris, il hoche la tête pour répondre à sa question. Pourquoi cela était-il si étonnant ?

« Je t'ai dit… Tu ne sais rien… Mais prétends tout savoir… Ca va te perdre… Tu peux me croire… Moins dangereux de prétendre… D'être con comme ses pieds.  »

Grimace-t-il. Demetrius ne perdait pas une seule occasion pour montrer au combien cette situation était stupide. Allait-il réellement infliger des supplices à son prisonnier ? Il fallait tomber bien bas aux yeux du médecin pour faire une pareille chose. Un nom sort de la bouche, il réfléchit :

« Non… Je ne connais pas. »
Il ne mentait pas. Jamais il n'avait rencontré une personne avec ce nom. La description ne fait pas écho dans sa mémoire : « Cela ne me dit rien… » Il faut dire que leur communauté était petite et depuis qu'il avait rejoint Ash : il n'avait pas quitté le camp. « Y'a pas beaucoup… De vivants dans la région… Je n'y ai croisé que des morts… Et ils ne parlent pas notre langue… »

Parler de Dieu le fait sourire. Il n'était pas pieux, ce n'était plus un croyant non plus et si jamais il y avait une divinité quelconque : elle devait bien se marrer où qu'elle soit.

« Ou peut-être que… Cela l'amuse de voir… Ses créations se déchirer… » Demetrius referme ses yeux, respire doucement et tente d'occulter la douleur qui a pris possession de son corps. « Si tu ne comptes pas… Me torturer… Tu peux me laisser dormir un peu… ? Ou me donner de l'eau… ? » Cela ne le guérirait pas, ne ferait pas passer la douleur : mais la situation serait un temps soit un peu plus confortable. « Si tu comptes me tuer… Prends ça comme ma dernière volonté… » Après tout rien ne lui disait que l'homme devant lui se montrerait miséricordieux à son égard.

made by black arrow

_________________
you better run

☠️ we don't need a bigger knife


We're killing strangers, so we don't kill the ones that we love. We pack demolition, we can't pack emotion. You better run because we got guns. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Hugh Dancy
▴ inscrit le : 24/02/2017
▴ messages : 855
▴ multi-comptes : Samuel, le horseman & Ash, le gourou
▴ points : 1452
MessageSujet: Re: (Demetrius) You close your eyes and the glory fades   Dim 28 Mai - 15:56

You close your eyes and the glory fades
Demetrius ft. Matthew

S'il pense réellement que son arrogance va le sortir de cette situation, cet homme se trompe compltement. Les cartes sont entre tes mains et c'est une sensations que tu as rarement eu depuis le début de l'apocalypse. C'est bien la première fois que tu te sens maître d'une situation et non victime des évenements. Tu dois cependant faire attention à ne pas laisser ta chance tourner. La vengeance du brun en face de toi pourrait être terrible, mortelle même. Tes yeux dérivent vers les liens pour t'assurer qu'ils sont assez serrés. Il vient de dire que jouer les imbéciles est plus intelligent que montrer toutes ses forces, alors il ne serait pas du genre à tirer sur les cordes sous tes yeux. S'ils jouent les faibles, tu ne sais pas ce qu'il prépare réellement dans un coin de sa tête.

Alors tu décides de parler de ta sœur, de celle que tu cherches depuis plusieurs semaines maintenant. Tu as arrêté de compter les jours,mais le soleil s'est levé des dizaines de fois depuis votre séparation. Tu le vois réfléchir et il y a cet infime espoir qui s'installe en toi, ton cœur se met à battre légèrement plus vite alors qu'il ouvre la bouche pour te répondre. Et encore une fois, c'est une déception. Ça se lit dans tes yeux et tu soupires en continuant de jouer avec ton couteau. Personne ne semble connaître Samantha, personne n'a jamais croisé son chemin. Tu devrais te faire une raison et accepter la possibilité qu'elle n'ait pas survécu. Mais tu es encore trop attaché aux souvenirs de ta famille pour penser ainsi. Tu as vu tes parents et la plupart de tes frères tomber, tu as besoin de croire qu'elle croisera ton chemin un jour. Demain, dans une semaine...Tu n'en sais rien. Mais votre séparation rapide à cause de la horde de rodeurs n'étaient pas un adieu. "Ma soeur n'est pas morte" Tu relèves les yeux et ta voix est devenue un peu plus ferme. Le simple fait qu'il le dise te rend dingue. "Ce n'est pas parce que tu as croisé que des morts qu'elle en faisait partie" Tu ne sais même pas qui tu essaie de convaincre : lui ou toi ? Il doit bien se ficher du sort de ton aînée de toute manière, il n'a fait que répondre à ta question.

Et voilà qu'il parle de sa dernière volonté, qu'il demande un peu d'eau ou du repos. Avant quoi hein ? Reprendre la route le lendemain? Il est maintenant une menace et s'il décide de se venger tu pourrais passer un mauvais quart d'heure. Le couteau cesse de tourner entre tes doigts et tu le regardes quelques secondes. Il doit comprendre que tu n'es pas une proie, il doit savoir que s'il revient il sera tué. Alors tu t'approches et garde un visage impassible alors que la lame de ton arme glisse sur son torse, ouvrant son épiderme par la même occasion. Le liquide peint son torse d'une couleur carmin, contrastant avec la pâleur de sa peau. Tu es subjugué par le spectacle et laisse tes yeux suivre la course du sang. Tu as la vie d'un homme entre tes mains, et étrangement tu trouves ça jouissif. Pourtant, en regardant tes mains et en voyant l'air de ton prisonnier, tu reviens doucement à la réalité. Qu'est ce que tu deviens ? Tu regardes le brun et lui donne un coup sur le crâne afin qu'il tombe inconscient.

Tu as besoin d'une minute, tu dois reprendre tes esprits. La tête entre les mains, tu chuchotes pour toi même "Matthew Wheeler. Je viens du Texas et je suis étudiant en cinéma. Matthew wheeler, Je viens du Texas et je suis étudiant en cinéma" Tu répètes ces phrases comme un disque rayé, méprisant ce que tu viens de faire tout autant que ce que tu es devenu. Il te faut 10 bonnes minutes pour reprendre tes esprits. Tu te passes la main sur le visage et t'avances vers l'homme pour défaire ses liens. Tu t'assures cependant que ses poignets sont toujours attachés devant lui et l'attrapes par dessous les bras pour le porter en grimaçant. Merde, il est plus lourd que tu ne le pensais. Tu tire de toute tes forces et te diriges vers le camps de Lafayette, espérant qu'il ne se réveille pas en chemin.

made by black arrow

_________________
+ the fairytale got twisted and decayed +
▴  Being stuck in a world where you don't belong, half awake, half asleep. Is There a Worse Nightmare Than Waking Up Into REALITY?▴
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (Demetrius) You close your eyes and the glory fades   

Revenir en haut Aller en bas
 

(Demetrius) You close your eyes and the glory fades

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [L5A] Glory of the Empire
» Close action - CoA
» Field of glory Moyen
» VV 86 - Pursuit of Glory (PoG et TS)
» 1805: Sea of Glory - GMT
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
hearts still beating :: What happened and what's going on. :: dead things :: les rps :: rps terminés-
Sauter vers: