AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 See you again ~ with Reggie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : Ian Somerhalder
▴ inscrit le : 27/02/2017
▴ messages : 323
▴ multi-comptes : Rue Kingsley
▴ points : 686
▴ sac : Un carnet de feuilles accompagné de quelques crayons, ton portefeuille et un couteau suisse ; le tout rangé dans vieux sac à dos
MessageSujet: See you again ~ with Reggie   Jeu 9 Mar - 20:27

Reggie & Shawn

   
« J’aurais reconnu cette voix n’importe où ; j'aurais répondu à son appel, que je fusse éveillée, endormie...ou morte, j'imagine. Pour elle, j'aurais marché sur des tisons ardents, ou, de façon moins théâtrale, j'aurais enduré chaque jour le froid et une pluie incessante. Edward. » Vulgaire bouquin refermé aussitôt. Seulement sept ou huit pages lues, et tu t'en lassais déjà. Existait-il vraiment sur cette planète des gens qui aimaient ce genre de livres ? Pire encore, qui rêvaient de prendre la place des personnages ? Personne ne pouvait dire le contraire, Bella était d'un ennui à mourir. Et tu étais prêt à parier que Edward l'était tout autant. Dire que tu avais espéré que ce livre puisse te divertir tout l'après-midi. Ou au moins t'occuper l'esprit. Mais ce n'est pas non plus comme si tu avais quelque chose de mieux à faire.

Tu étais contraint de rester ici tout l'après-midi. Pourquoi fallait-il que le seul livre que tu ais réussi à dénicher soit Twilight ? Le tome numéro deux en plus. Lorsque l'épidémie s'était déclenchée, personne n'avait pensé à ramener du Shakespeare ou tout autre livre qui ne parlait ni de vampires ni d'histoire d'amour pour ados ? Quel ennui... Assis sur ton lit, avec ce livre en main, la scène pouvait sembler quelque peu surréaliste. Qui pourrait croire à cet instant, que tu vivais dans un campement cerné par ce qu'on pourrait qualifier de "morts-vivants" et qui chaque jour risquaient de tous vous tuer ? Comme quoi, la vie était toujours plus surprenante que prévu. Peut-être même qu'un jour Edward et sa troupe de super-vampires débarqueraient pour tuer les rôdeurs ? Tout était possible. Ouais, ton esprit commençait vraiment à déconner. L'ennui avait toujours des effets dévastateurs sur toi.

Tu détestais tellement devoir rester là, à ne rien faire, en attendant une personne qui n'était toujours pas arrivée. C'était comme si elle faisait exprès de prendre son temps pour que tu meurs d'ennui avant. Ou alors, elle s'était perdue dans Lafayette. Si c'était le cas, tu n'aurais pas d'autre choix que de continuer cette fade lecture. D'ordinaire, tu n'étais pas aussi impatient. Mais là, les choses étaient différentes. Tu étais prisonnier de cet appartement depuis plusieurs heures déjà. On t'avait demandé d’accueillir le nouvel arrivant. Et oui, un moussaillon de plus allait rejoindre l'équipage. Donc non seulement ta seule compagnie n'était autre qu'un livre sans intérêt, et en plus, tu étais particulièrement curieux de voir ce fameux nouveau colocataire.

En ce mois de février, les arrivées dans le campement étaient nombreuses. Toi-même tu n'étais là que depuis trois semaines seulement. Tu n'étais en possession que d'une seule information sur ce mystérieux inconnu : c'était un homme. Tu ignorais tout le reste, même son âge. Au moins s'il s'agissait d'un adolescent boutonneux en manque d'amour, tu pourrais lui refiler le bouquin. Plus sérieusement, tu te fichais bien de comment serait ce dernier. Vieux, jeune, brun, blond, sympa, râleur. Dans tous les cas, tu t'adapterais. Cette rencontre ne t'inquiétait pas. Tu étais même curieux de le découvrir. Et qui que ce soit, son arrivée aurait au moins le mérite de te sortir de ton ennui aux allures sempiternelles.

Après plusieurs chapitres de Twilight, dont l'absurdité finissait par devenir comique, un frappement soudain à la porte retint immédiatement ton attention. Tu te levas paresseusement - il était si fatiguant de ne rien faire - mais tes pas rapides trahissaient ta curiosité. « C'est ouvert, entrez ! ». L'homme sembla t'entendre car l'instant d'après, tu vis la poignée s'abaisser pour laisser la porte s'entrouvrir. Un pied, puis un autre. Des chaussures abîmées par la vie rude. Celle que tout le monde menait désormais. Le reste de la tenue était classique, bien que sombre. Enfin tes yeux se posèrent sur le visage virile de l'inconnu. Enfin, inconnu... ?

La première seconde, tu ne le reconnus pas. Puis la suivante fut synonyme d'un voyage vers le passé. Lueur d'étonnement. Tu fus immobile un instant. Lui ? Quelle surprise. Un sourire amusé éclaira finalement ton visage. Apparemment, le hasard avait voulu vous jouer un petit tour. Pourquoi pas. Au moins tu ne t'ennuierais pas car les prochaines semaines risquaient d'être folkloriques. « Tiens, tiens, quelle coïncidence. Je ne pensais pas que nos chemins se recroiseraient un jour ! »

Tu l'observas un instant. Ses traits étaient marqués par la fatigue, mais il semblait plus fort, plus résilient. Probablement l'effet de son périple pour atteindre Lafayette. « Vous êtes l'agent Reggie Reinhart, n'est-ce pas ? » Les visages et les noms s'étaient toujours inscrits avec facilité dans ton esprit. « L'avantage c'est qu'on n'a même pas besoin de faire les présentations ! Par contre, je suis désolé de vous annoncer ça dès votre arrivée mais... vous allez devoir cohabiter avec moi. Si ça peut vous rassurer, je n'ai pas l'intention de vous extorquer des informations cette fois. » Sourire angélique, ou presque. Air moqueur ? Non, tu n'oserais pas voyons. « Au fait, bienvenue à Lafayette ! » En fait les prochaines semaines n'allaient pas être folkloriques, elles promettaient plutôt d'être...explosives.


   (c) chaotic evil


Dernière édition par Shawn Cayson le Lun 3 Avr - 17:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : Chris Wood.
▴ inscrit le : 27/02/2017
▴ messages : 260
▴ points : 1096
▴ sac : tu possèdes deux armes et quelques munitions, une boîte de médicaments pour t'aider à ne pas céder ou le contraire, tu as tes lunettes que tu ne mets plus, une bouteille d'eau et un peu de rations pour ton grignotage.
MessageSujet: Re: See you again ~ with Reggie   Mer 15 Mar - 19:23


my past just crossed my future
reggie&shawn

----

Février 2016 Tu marches des kilomètres en t'arrêtant à plusieurs reprises pour boire le fond d'une bouteille d'eau et ta propre salive. Tu as l'impression de voir en double, mais tu continues, t'es un guerrier et un guerrier, ça continue jusqu'au bout, ça se bat jusqu'au dernier souffle. Ton corps se bascule d'un bord et de l'autre, tu vas sûrement finir par tomber dans un trou et y crever comme un chien. Chacun de tes membres te fait souffrir, ton sac à dos devient vraiment très lourd, mais tu continues, chaque effort finit par payer et te voilà aux portes d'un endroit. Tu ne sais pas pourquoi, mais tu entends des voix, on te crie dessus, de t'éloigner, normalement, tu aurais dégainé, mais impossible. Tu as réagi à peine, pauvre garçon, faible comme un bébé, mais pas encore sur le point de chialer, ça, jamais. Tout se déroule rapidement, des gens te font entrer, t'envoie de l'eau sur la figure, tu réagis enfin, tu grognes, parce que ce geste est désagréable, mais te voilà enfin parmi les vivants, c'est ce que lance une femme. On te donne quelque chose à manger, un bout de pain et un morceau de jambon froid, déjà cuit sûrement. Ta bouche mâche à peine, tu engloutis le truc. Cette apocalypse est pleine de surprises, cet endroit ressemble à un refuge, quelque chose que tout le monde cherche après avoir compris que c'est la fin du monde. Mais toi, tu n'as besoin que de repos, quelques provisions pour pouvoir repartir. Tu ne penses pas t'éterniser bien longtemps. On t'offre un hébergement, de la nourriture, tout cela après être passé auprès de quelques personnes, un comité, tu ne le sens pas, tu n'as jamais été le genre d'hommes à aimer que l'on te dise quoi faire. Pourtant, tu as été flic pendant quelques années, tu as dû faire respecter la loi, tu les connais par cœur ses maudites règles, mais tu as parfois pris des libertés, t'es comme ça, ta liberté, tu t'y connais, la prison, ce n'est pas pour toi. Tu hoches la tête, de toute manière, t'es trop faible pour fuir. On te conduit aux habitations, on te laisse devant la porte de ta nouvelle maison, tu tiens ton sac, tu jettes un coup d'œil alentour, c'est plutôt joli, peut-être trop, trop beau pour être vrai. Ta main finit par frapper à la porte, tu y entres après avoir entendu une voix. Où se trouve le matelas ? C'est la seule question que tu te poses dans ton cerveau fatigué.

Tes mains viennent frotter tes yeux, tu as l'impression de ne pas avoir dormi depuis des jours, enfin, c'est un peu le cas. Tu as dormi là où tu savais que tu ne te ferais pas bouffer le cerveau ou tuer par un humain. Parce que oui, ils sont aussi dangereux que les morts-vivants, même pires. Ta jolie tête d'endormi se lève vers le brun devant toi. Tu ne comprends pas trop ce qu'il veut dire, apparemment, vous vous connaissez. Et là, une lumière s'allume, tu le reconnais ce mec, le monde est toujours aussi petit. Tu n'as clairement pas envie d'être auprès de lui. Tu commences à faire demi-tour, tu trouveras un autre lit. L'homme, Shawn, continue de parler, tu as oublié à quel point les journalistes, ce sont souvent des grandes gueules, des pipelettes. Tu lèves les yeux vers le truc qui sert de plafond. Ton corps se retrouve près de la porte, prêt à quitter les lieux, mais en même temps, c'est la seule personne de ton passé que tu te connais. Tu es arrivé ici avec trois autres personnes, mais des gens qui sont devenus proches de toi, des frères, des sœurs. Finalement, tu décides de lui faire face, restant près de la porte. Tes bras se lèvent avec une expression sarcastique. « Super ! Je ne pouvais pas tomber mieux, hein ? Je veux dire, c'est l'apocalypse, tout doit sortir, les démons d'abord, les anges cornus, les mauvaises langues. » Mauvaise langue, ça faisait référence à lui, à ton nouveau colocataire. Tu soupires et décides de faire quelques pas, tu ne sais pas pourquoi tu ne franchis pas cet endroit. « C'est le seul endroit où tous les survivants s'y trouvent ou il y a d'autres lieux, où je pourrais crécher ? » T'es curieux Reggie, parfois trop, mais là, tu as besoin de savoir si tu dois vivre ailleurs ou l'endurer. Cela fait un bail que tu ne lui as pas parlé, pourtant, tu n'oublies pas le passé, pas la moindre du monde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : Ian Somerhalder
▴ inscrit le : 27/02/2017
▴ messages : 323
▴ multi-comptes : Rue Kingsley
▴ points : 686
▴ sac : Un carnet de feuilles accompagné de quelques crayons, ton portefeuille et un couteau suisse ; le tout rangé dans vieux sac à dos
MessageSujet: Re: See you again ~ with Reggie   Mar 21 Mar - 19:37

Reggie & Shawn

 
Peu de temps après ton arrivée dans ce campement, tu avais réalisé qu'il fallait tirer un trait définitif sur ta vie d'avant. Le chapitre s'était terminé, il était temps d'en commencer un nouveau. Ton enfance, tes études, ton job et toutes les relations que tu t'étais construites ; l'épidémie avait tout balayé comme si rien n'avait jamais compté. Emportant aussi sur son passage toutes tes certitudes et tes plans pour l'avenir. Personne ne te connaissait ici, toi-même tu ignorais si tu étais toujours le même qu'avant. En fait, tu n'étais qu'un survivant parmi d'autres.

Ton passé avait été enterré si profondément que plus jamais il ne pourrait remonter à la surface. Plus jamais il ne se dévoilerait à la lumière du monde. Il avait purement et simplement disparu, sans laisser de trace. Du moins c'est ce que tu avais cru ces dernières semaines. Tu t'étais même plutôt bien fait à cette idée, comparé à d'autres. Pour toi, il était temps de s'adapter et d'avancer. Pleurer le passé ne changerait pas la situation, alors ce qui comptait désormais c'était de rester en vie. À n'importe quel prix.

Mais ce visage... c'était comme une réminiscence de ton passé qui tentait de reprendre ses droits. Tu avais résolument tourner la page et voilà que ce flic débarquait de nulle part. L'ironie de la vie avait fait de vous ses cibles. Cela n'avait rien de dramatique, après tout tu n'avais rien contre cet homme toi. Par contre, on ne pouvait pas dire le contraire. Tu étais certain qu'il te tenait toujours rancœur pour ce que tu lui avais fait. Mais tout était de sa faute, pas la tienne évidemment. Si l'on ne veut pas que ses secrets se retournent contre soi et risquent d'être révélés au grand jour, il suffit de ne pas en avoir. Ou au moins de ne pas se mettre en travers du chemin d'un journaliste buté comme toi.

Au moins avec lui comme nouveau colocataire, tu ne t'ennuierais pas. Cela ne faisait aucun doute. À vrai dire, tu prendrais même un malin plaisir à jouer avec ses nerfs susceptibles. Il pensait savoir quel genre d'homme tu étais, il était loin d'avoir tout découvert....Alors tu continuais de le regarder avec ce sourire trop angélique pour être honnête. Ce sourire jubilatoire à l'idée de s'être trouvé un nouveau jouet. Ce sourire agaçant pour tous ceux en percevant la sournoiserie. Et impossible de ne pas remarquer l'épuisement de l'agent. Il était plus vulnérable que lors de votre dernière rencontre. En tout cas pour aujourd'hui, tu n'avais probablement pas grand chose à craindre de lui.

Son reproche t'amusa plus qu'autre chose. En t'avançant de quelques pas, tu répliquas sarcastiquement. « Mauvaise langue ? Je prends ça pour un compliment ! Après tout, c'est toujours mieux que d'être un drogué qui vole sa propre brigade, non ?  » Peut-être que tu aurais pu éviter cette moquerie acerbe, cette allusion peu subtile mais tu avais bien trop besoin de te divertir. Et tu voulais voir ce qu'il avait dans le ventre. Au moins maintenant, il savait que non seulement tu te souvenais de son nom, mais aussi de tout le reste. Rien de surprenant en fait. Comment aurais-tu pu oublier ton amusement lorsque tu avais découvert que cet homme à l'air si irréprochable, volait en fait la drogue récupérée par lui et ses coéquipiers pour sa consommation personnelle ? Bien sûr, tu t'étais empressé de lui faire part de ta découverte en menaçant de tout révéler s'il ne te livrait pas les informations d'une affaire en cours. Une affaire houleuse digne d'un véritable scoop.

Bien évidemment, tu n'avais jamais regretté tout cela. Ni aucun autre de tes actes. Les moyens qu'on utilisait n'avait aucune importance. Tout ce qui comptait c'était de parvenir à la fin souhaitée. En tout cas, le fameux Reggie semblait espérer pouvoir loger ailleurs. Espoir que tu brisas aussitôt. « Tu as été assigné ici, tu n'as pas d'autre choix que de rester là. Mais tu as déjà la chance d'être vivant et tu verras, je suis d'une compagnie très agréable quand je le veux. » Sourire en coin lorsque certaines pensées te vinrent à l'esprit. Mais tu les gardas pour toi. Pour l'instant. Tu te reculas légèrement, et d'un grand geste du bras tu lui désignas le reste de la pièce. « Tu veux peut-être visiter ? Je serais ton guide personnel, profites-en ! »





  (c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : Chris Wood.
▴ inscrit le : 27/02/2017
▴ messages : 260
▴ points : 1096
▴ sac : tu possèdes deux armes et quelques munitions, une boîte de médicaments pour t'aider à ne pas céder ou le contraire, tu as tes lunettes que tu ne mets plus, une bouteille d'eau et un peu de rations pour ton grignotage.
MessageSujet: Re: See you again ~ with Reggie   Jeu 30 Mar - 4:57


my past just crossed my future
reggie&shawn

----

On ne sait jamais sur quoi ou sur qui on l'on va tomber. Cela peut s'agir d'un zombie, d'une bête sauvage ou d'un inconnu, quelqu'un du passé dont tu aimerais bien oublier. Tu voudrais avancer pour vivre ta vie de survivant, peut-être même un jour, retrouver ta vie d'avant ou dans le même genre. Les zombies, ça craint, mais l'être humain, encore plus. La race est devenue encore plus vicieuse, les règles, ça n'existent même plus. D'ailleurs, toi, qui étais du côté de la force de la loi, tu ne suis pas ses règles, tu ne le faisais déjà pas toujours avant l'apocalypse. Ta liberté, tu y tiens énormément, tes gestes, doivent venir de toi, pas d'un ordre direct, d'une obligation que tu emmerdes profondément. Aujourd'hui, tu es un visiteur sorti de nul, qui arrive dans une communauté dont tu ne sais absolument rien, si ce n'est qu'il y a des survivants de partout et d'ailleurs et lui, ce mec du passé, celui que tu avais réussi à oublier, comme tous les autres. Tu n'aimes pas le chantage, tu ne t'es jamais laissé faire et ce n'est pas aujourd'hui, que cela va commencer. Et de plus, maintenant, il ne peut rien faire contre toi, tu t'en fiches complètement de ce qu'il pourrait dire. Tu fais tes choix, il fait les siens. Si à l'époque, tu en avais honte, au final, tu y repenses en te disant que c'était juste pour ton bien, ton sommeil, c'est tout. Il n'y a rien de mal à vouloir bien dormir la nuit, surtout avec le sale boulot que tu avais. Tes yeux se lèvent vers le plafond en le voyant répliqué de la sorte. Tu aurais pu dire plus que ça et l'envoyer balader, mais t'es fatigué et tes jambes commencent à faiblir, même si tu continues de tenir debout. Tu veux vraiment partir, changer d'appartement, que l'on te place avec une autre personne, quelqu'un avec la langue coupée si possible ou de réserver, très réservé. Mais tu as juste l'impression que tu vas devoir l'endurer pendant un long moment.

Il se recule et toi, tu fais deux ou trois pas pour mieux entrer dans la demeure qui va te servir de refuge, enfin, surtout pour dormir. « Tu vas me faire visiter les toilettes et la cuisine ? Je pense que ça va être bon, je vais trouver le chemin tout seul. » Tu tiens ton sac d'une main, tu serres la bretelle tout en observant alentour de toi, tu es observateur, mais là, tu ne remarques rien d'anormal. Tu ne sais même pas si tout est fonctionnel. Tu n'as même envie de lui demander, pas envie de sympathiser et tu sais, que tu vas finir par le faire, tu n'auras pas le choix un jour ou l'autre. « Où se trouve ma chambre, s'il y a ? » Finis-tu par lui demander après quelques secondes de silence. Tu avances encore, tu te diriges vers la pièce qui ressemble au salon et te retourne vers lui. Tes yeux le regardent de haut en bas avant de soupirer légèrement. Il faut croire que tu n'as aucune chance. Vraiment aucune. Quelle était la possibilité que tu puisses tomber sur lui ? Aucune. Pourtant, vous voilà, face à face, face à votre passé. Tu fais glisser son sac à dos et l'ouvres, tu récupères ta bouteille d'eau, tu l'ouvres, mais tu oublies que tu l'as terminé depuis déjà quelques heures. Tu soupires, un soupir lourd qui se fait bien entendre, tu balances la bouteille dans le fond de ton sac et croises les bras, tel un enfant, tu boudes, mais plus discrètement, ou tu essayes en tout cas. « Donc, je vais devoir t'endurer ? Ça s'annonce long tout ça.. » La gentillesse, tu ne connais pas ça, enfin, pas tellement, tu sais qu'entre vous, il y a aura toujours un peu d'hostilité, de blagues sarcastiques, des jeux de mots, drôles ou pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : Ian Somerhalder
▴ inscrit le : 27/02/2017
▴ messages : 323
▴ multi-comptes : Rue Kingsley
▴ points : 686
▴ sac : Un carnet de feuilles accompagné de quelques crayons, ton portefeuille et un couteau suisse ; le tout rangé dans vieux sac à dos
MessageSujet: Re: See you again ~ with Reggie   Lun 3 Avr - 18:33

Reggie & Shawn

 
Il ne t'avait toujours pas mis un poing dans la figure. C'était un exploit. Après tout, il avait de bonnes raisons de le faire. Peut-être qu'il avait tourné la page, que ce que tu lui avais fait n'avait aucune importance. Tant mieux car de toute façon, il n'était pas prêt de recevoir la moindre excuse. Faire du chantage, mentir, manipuler n'étaient synonymes d'aucun problème de conscience. C'étaient des moyens comme n'importe quel autre afin de parvenir à tes fins. Et ce flic malhonnête pouvait difficilement te faire la morale. À vrai dire, tu préférais avoir affaire à un mec tel que lui plutôt qu'à un flic utopique et manichéen. Qu'est-ce qu'elles étaient agaçantes toutes ces personnes qui voyaient le monde en noir et blanc, avec les gentils d'un côté et les méchants de l'autre, et qui pensaient pouvoir sauver le monde grâce à leurs valeurs hypocrites. En réalité, les gens innocents ça n'existait pas. Tout le monde avait des choses à se reprocher. Ton métier de journaliste te l'avait prouvé maintes et maintes fois. Dès qu'on faisait l'effort de gratter la surface pour voir ce qu'il y avait à profondeur, on finissait toujours par tomber sur de sombres secrets. Cette complexité humaine était fascinante. Et c'était pour cela que tu ne te considérais pas plus mauvais qu'un autre. Tu n'étais pas un saint, mais au moins tu l'assumais. Et tu avais hâte de découvrir qui était vraiment ce fameux flic. Cachait-il d'autres pêchés, d'autres vices ? Et quelles étaient ses limites ? Tu étais curieux de le savoir.

Son manque de réaction face à ta remarque sarcastique t'étonna. Était-il le genre d'homme qui ne perdait jamais son calme ? Même face à des types agaçants dans ton genre ? Tu en doutais. Il était probablement trop fatigué pour te prêter le moindre intérêt. Mais tu finirais par capter son attention. C'était certain. Au moins, il paraissait apparemment abandonner l'idée d'habiter ailleurs. Peut-être qu'en insistant, il aurait pu parvenir à être logé dans un autre endroit mais tu te gardais bien de le lui dire. Tu sentais que les semaines à venir seraient prometteuses. Pour le moment, il semblait t'avoir assez vu pour le reste de la journée car il refusa ta proposition. L'air indifférent, tu haussas les épaules. Tu avais même le regard posé sur la fenêtre, observant ce qu'il se passait à l'extérieur. Pour une fois, tu gardais le silence quelques instants. Après tout, c'était un appartement. Pas une villa. Aucune chance qu'il ne se perde. Mais lorsqu'il te demanda où se trouvait sa chambre, tu lui jetas un regard surpris. « Personne ne t'a prévenu ? Je pensais que tu étais au courant ! » Après une seconde de pause, tu poursuivis. « Il n'y a que trois chambres ici et désormais, on sera quatre. Comme il y a de la place pour deux lits dans ma chambre, tu devras dormir dans la mienne ! T'inquiètes, je ne ronfle pas la nuit. J'espère que toi non plus. »


Tu te retournas, et avanças plusieurs pas. Tu te dirigeais vers l'étroit couloir, comme pour lui montrer le chemin. Tu attendis sa réaction en silence. Les secondes défilèrent et après un certain temps, ta tête se retourna enfin vers lui. Un sourire moqueur apparu, signe qu'aucun de tes mots précédents n'étaient vrais.   « Blague de mauvais goût, je l'avoue. Rappelle-toi de ne jamais croire ce que je raconte. Conseil d'ami. Allez suis-moi. Ta chambre est au fond du couloir, près de la salle de bain. Et pour information, la mienne est juste à côté aussi. On sait jamais, si un jour tu as besoin...  » Ou comment passer d'une plaisanterie bas de gamme à un sous-entendu à peine dissimulé. Regard malicieux. Ce flic était pas mal gâté par la nature après tout. Peut-être que tu aurais l'occasion d'en profiter à l'avenir. Enfin, ce n'était pas encore le moment. Tu le regardas prendre sa bouteille d'eau avant qu'il ne constate qu'elle était vide, et qu'il la balance dans son sac. Quel manque de politesse tu ne lui avais rien proposé. Ni à boire ni à manger. Tu rejoignis aussitôt la cuisine. À travers l'encadrement de la porte ouverte, tu pouvais encore voir Reggie attendant dans le salon. Tu te penchas pour ouvrir le tiroir et pris le verre le plus grand parmi tous ceux que possédait Emma. Pendant ce temps là, Reggie te demandait ouvertement comme il allait pouvoir te supporter. Question pertinente. L’avantage d'être toi, c'est que tu n'avais pas à te supporter. C'étaient les autres qui devaient endurer ça. Que la vie était bien faite. « Ne te fais pas autant de soucis. Tu verras, croiser ma gueule d'ange tous les matins, c'est un vrai privilège. » Il n'y avait personne pour te faire des compliments, alors autant t'en faire toi-même. C'était bon pour la confiance en soi et pour garder le moral apparemment.

Bref, pour en revenir au verre, tu avais ouvert le robinet et l'eau coulait rapidement. En trois secondes, c'était fait. Il t'en fallu que cinq de plus pour retourner aux côtés de Reggie. Avec un sourire, tu lui donnas le verre. « Tiens, c'est cadeau. J'ai cru comprendre que tu avais soif. » Tu étais un salaud, pas un sadique qui allait le laisser mourir de soif. Tu attendis qu'il assouvisse sa soif, et tu te remis à marcher une seconde fois en direction du couloir. « Je vais enfin te montrer ta chambre, et si tu veux tu pourras manger un truc après. » Au son des pas, tu savais qu'il était derrière toi. Il devait probablement avoir hâte de prendre un peu de repos. Après être passé devant plusieurs portes, tu en ouvris enfin une. La dernière pièce disponible de l'appartement. Une chambre modeste, mais agréable. Niveau confort, c'était incomparable avec le fait de dormir dehors ou dans des bâtiments antiques, parmi les rôdeurs. Tu te souvenais du soulagement et de la satisfaction que tu avais ressenti en arrivant dans cet appartement. Retrouver du confort, c'était comme un miracle inespéré. Reggie devait ressentir les mêmes choses que toi à ton arrivée. « Ce n'est pas une plaisanterie cette fois : ce lit, et même toute la pièce, est rien que pour toi. »





 (c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : Chris Wood.
▴ inscrit le : 27/02/2017
▴ messages : 260
▴ points : 1096
▴ sac : tu possèdes deux armes et quelques munitions, une boîte de médicaments pour t'aider à ne pas céder ou le contraire, tu as tes lunettes que tu ne mets plus, une bouteille d'eau et un peu de rations pour ton grignotage.
MessageSujet: Re: See you again ~ with Reggie   Jeu 20 Avr - 0:09


my past just crossed my future
reggie&shawn

----

Tu fronces les sourcils en l'écoutant. Tu n'as pas l'intention de dormir dans la même pièce que lui. Tu as quand même tes limites. Heureusement, tout cela n'est qu'une blague, une mauvaise blague, il le dit si bien. Tu n'as pas l'intention de faire le naïf de toute manière, t'es pas non plus dupe. « Tu crois que je vais en avoir besoin pourquoi ? Je pense pouvoir me débrouiller, mais merci quand même. » T'es débrouillard, pas un gamin. Tu as su te démerder pendant longtemps, tu finiras par trouver ce que tu souhaites au moment venu. Pour l'heure, tu as faim, mais surtout soif. Ta bouteille est vide, une vraie poisse. Rien ne s'améliore. « Je pense que tu ne verras pas la mienne aussi souvent. » Parce que tu n'as pas l'intention de passer tes journées au lit ou enfermer. Tu vas faire tes preuves, montrer que t'es un homme sérieux, que tu veux contribuer à la vie de Lafayette. Même si cela risque de ne pas durer très longtemps. Tu as besoin de temps, de tout prendre en compte, d'observer les gens. Ta tête s'agite d'un bord et de l'autre, regardant la décoration, des plus banales, ambiance assez froide. Tu entends le plancher craquer et lorsque tu te retournes, il est devant toi, avec son verre d'eau. Tu hésites, parce que ça fait un peu beaucoup, peut-être qu'il s'agit d'un piège. Tu n'es pas con à ce point, mais tu as terriblement soif quand même. Tu attrapes le verre d'un geste brusque, seulement parce que ta gorge réclame le liquide transparent, qui vient immédiatement rafraîchir l'intérieur de ton cou. Tandis qu'il veut te montrer ta nouvelle chambre, toi, tu termines ton verre d'eau. Tu le suis, prends le temps de déposer le verre sur une table qui était sur ton chemin.

Tu entres dans la pièce qu'il te désigne comme étant la tienne dorénavant. Là, encore, tu fais ton curieux, tu regardes partout. Tout cela est souvent, tu as l'impression d'être à l'académie, de partager ta demeure avec d'autres personnes. Excepté que là, c'est une ambiance différente. « Tu vas me faire visiter le jardin ? » Un peu sarcastique lorsque tu sors cette phrase. « Je pense que je vais me reposer. » Avec un œil ouvert et un couteau sous ton oreiller. Tu ne prends pas de chance. Les rôdeurs ne viendront sûrement pas te chercher dans ton sommeil aujourd'hui, mais les humains, peut-être bien. Tu finis par t'asseoir sur le bord du lit. « Je dois m'adresser à qui pour me trouver un rôle ? Pour faire mes preuves ? » Tu te demandes ce que tu dois faire pour être actif. Tes compétences de policier et d'entraînement te seront bien utiles, comme ils l'ont toujours été, surtout depuis l'apocalypse. Tu sais te défendre, tu sais comment fonctionnent les armes et tu as une bonne vision, de l'agilité. Sûrement que tu iras prendre tes marques plus tard, après que tu aies retrouvé pleinement tes forces.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : Ian Somerhalder
▴ inscrit le : 27/02/2017
▴ messages : 323
▴ multi-comptes : Rue Kingsley
▴ points : 686
▴ sac : Un carnet de feuilles accompagné de quelques crayons, ton portefeuille et un couteau suisse ; le tout rangé dans vieux sac à dos
MessageSujet: Re: See you again ~ with Reggie   Lun 1 Mai - 0:05

Reggie & Shawn

« On n'a pas vraiment d'organisation, mais les militaires essayent de prendre les choses en main. Je te conduirais à eux demain si tu veux. Tu es un ancien flic, tu dois les intéresser. » Tu serais bien rester là encore un moment pour te divertir et échapper à l'ennui mais il aurait fallu être aveugle pour ne pas voir à quel point Reggie n'en pouvait plus. Il devait rêver de dormir depuis un moment déjà tant la fatigue semblait peser sur lui. Pour t'être trouvé dans la même situation que lui quelques semaines plutôt, tu ne comptais pas l'importuner plus longtemps. « Profite bien de ce lit moelleux. » Avec ce sourire insolent, tu le regardas un instant avant de faire volte-face et de quitter la pièce. Il ne te restait plus qu'à retourner lire ce fichu bouquin.



Le Lendemain


Tu étais parvenu à le convaincre de t'accompagner. Dans une folle aventure ? Non, simplement pour faire le tour de la ville, lui montrer les endroits importants et le mener aux militaires. Peu glamour. Ce n'était pas le but. Il était clair que ton nouveau colocataire deviendrait fou s'il devait rester à l'appartement sans rien faire des jours durant. Et autant qu'il s'adapte à cette nouvelle vie aussi rapidement que possible. Vous alliez sûrement resté coincé ici pendant des années, alors mieux valait s'y intégrer. Lafayette c'était une chance pour vous, c'était votre bouée de secours. Des murs avaient été construits, bientôt vous seriez totalement coupés du monde extérieur. Abrités de ces créatures abjectes. Tu avais toujours tenu à ta liberté mais lorsqu'il était question de survie, tout était différent. Ce qui comptait, c'était de sauver sa peau. Tes airs sociables ne t'empêchaient pas d'être l'une des personnes les plus égoïstes de ce campement. Les gens finiraient par se rendre compte le jour où la situation deviendrait encore plus critique et que tu leur planterais un couteau dans le dos pour te sauver toi, et uniquement toi. Mais pour l'instant, tu n'en étais pas là puisque tu traversais les rues de Lafayette en compagnie du beau brun. Tu venais de lui montrer une maison aménagée pour faire office de mini-hôpital dans le quartier ouest. Le véritable hôpital ne se situait pas dans la partie sécurisée de la ville. Aucun blessé ou malade ne souhaitait prendre le risque de s'aventurer là-bas. Désormais vous vous dirigiez vers le supermarché, enfin ce qu'il en restait. C'était là où tous les échanges avaient lieu.

Des éclats de voix te stoppèrent soudainement. Que se passait-il ? Au vu de ce que tu croyais entendre, ce n'était pas des cris de terreur. Pas d'attaque surprise de rôdeurs. Non, c'était plutôt comme une violente dispute. Évidemment, tu ne pus t'empêcher d'aller dans cette direction. Ta curiosité te poussait à voir ce qu'il se passait. Peut-être que Reggie ne te suivait plus mais tu n'y prêtais pas vraiment attention. Tu avais suffisamment avancé pour enfin être témoin de la scène. Une dispute explosive se jouait devant ton regard indifférent. Tu aurais sûrement dû intervenir mais tant que cela ne te concernait pas, tu ne comptais pas te retrouver mêlé à des embrouilles. Tu ignorais ce qu'ils s'étaient dit mais un homme rétif semblait refuser de se soumettre à l'autorité d'un jeune militaire à l'air tyrannique. Ce dernier semblait d'ailleurs sur le point de s'en prendre physiquement à l'homme qui se révoltait. Tu sentais la présence de Reggie à tes côtés. Allait-il lui intervenir en séparant les deux hommes ? Ou allait-il se montrer aussi insensible et lâche que toi ? Car la suite des événements étaient parfaitement prévisible. Le jeune militaire allait faire passer un sale quart d'heure à ce type si ce dernier continuait de l'insulter. Qui plus est, le militaire était armé. Les choses pourraient déraper si rapidement. « Alors monsieur le super flic, on reste caché au lieu d'aller sauver la veuve et l'orphelin ? » Mais avant qu'il ne puisse faire quoi que ce soit de toute façon, un autre militaire était arrivé. Plus âgé et moins sanguin que le premier, il allait peut-être calmer la tension. Quoi que. Tu ne compris pas tous ces mots, ils étaient trop éloignés de vous, mais il sembla se montrer autoritaire et même menaçant avec le civil qui n'appréciait pas la présence des militaires dans sa ville autrefois si paisible. « S'il continue de jouer aux rebelles, je crois que cet homme va le regretter amèrement. Quel imbécile. »





(c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : Chris Wood.
▴ inscrit le : 27/02/2017
▴ messages : 260
▴ points : 1096
▴ sac : tu possèdes deux armes et quelques munitions, une boîte de médicaments pour t'aider à ne pas céder ou le contraire, tu as tes lunettes que tu ne mets plus, une bouteille d'eau et un peu de rations pour ton grignotage.
MessageSujet: Re: See you again ~ with Reggie   Lun 1 Mai - 3:57


my past just crossed my future
reggie&shawn

----

Cette nuit de sommeil, tu l'as mérité, tu l'as demandé, tu l'as presque prié dans tes pensées. Sur cette longue route, tu ne voulais que ça, t'allonger au sol et t'endormir, mais cette route était dangereuse, comme toutes les autres. Tu te serais sûrement réveillé transformé en rôdeur, avec un bras en moins, une jambe à moitié ouverte et un corps décomposé. Ouais, c'était ce qui t'attendait. Heureusement, cet endroit t'est apparu presque par magie, tu as rampé jusqu'aux portes, portes de l'enfer ou du paradis, selon ce que les gens en pensent. Mais toi, tu t'en fiches, tu veux un putain de lit moelleux ou juste de quoi pour t'allonger et ne pas risquer de jamais te réveiller. Tu l'as trouvé ce confort, certes, pas là où tu aurais voulu, pas dans la même maison que ce journaliste maudit, mais te voilà quand même, en train de dormir profondément. Les heures défilent, même la journée, tu te réveilles, avec le soleil au visage, tu as oublié de mettre les rideaux, tant pis, tu y penseras la prochaine fois. Ta matinée ou plutôt, la fin de ta matinée se passe rapidement. Tu avales un truc, enfin, plusieurs, ton estomac, tu le remplis au max, tu fais ton glouton, pour une fois, tu en profites. Il y a Shawn, ton nouveau colocataire, qui te propose de te faire visiter la ville. Tu hésites, tu aurais voulu découvrir les lieux sans lui, mais ainsi, tu pourras l'envahir de questions, l'agacer même, tu acceptes, après avoir pris une douche et t'être changé de vêtements. Vous sortez de l'appartement, tu fermes les yeux un court instant, t'es vivant, tu respires, tu n'es pas mort dans ce trou, dans cette forêt.

Pour le moment, il te montre quelques endroits moins intéressants, mais qui te seront utiles pour plus tard. Tu le sais, tu vas sûrement finir un jour à l’infirmerie, tu auras sûrement besoin d'aide pour tes blessures. T'es un ancien policier, tu as été blessé à quelques reprises. L'apocalypse ne va pas t’épargner. Tout semble si passible, enfin presque. On attire votre attention par le biais de cris, d'insultes, du bruit que tu connais que trop bien dans ton métier. Vous vous y rendez, Shawn le premier, mais tu le suis de près. Tu es curieux, toi, qui étais flic, tu pourrais intervenir facilement, tu pourrais jouer les héros ou un truc dans le genre. Pourtant, tu te tiens à l'écart, tu ne connais pas la situation, ni la gravité des choses. « Ce ne sont pas de nos affaires. » Avec cette phrase, tu aurais hérité d'un coup de règle sur les doigts, de la part de tes supérieurs. Tes affaires ou pas, tu devais intervenir. Mais là, t'es maître de toi-même. Tes yeux bougent d'un sens et de l'autre, tu tentes de suivre la conversation, le sujet de la dispute, tu t'avances légèrement, donc, pas assez pour que l'on pense que tu vas intervenir. Un autre militaire s'emmène. Tu as l'impression de bouillir, ton sang commence à se réchauffer. Tu sais déjà que tu ne les aimes pas. Tu les juges déjà et de loin. Tu fronces les sourcils aux paroles de Shawn. « Imbécile ? Pourquoi ? Parce qu'il s'affirme ? Tu trouves que les gens qui osent dire leur opinion, ce sont des imbéciles ? » Ta voix se fut presque susceptible, tu essayes de ne pas t'emporter, pas question qu'attirer l'attention, mais tu as l'impression de comprendre ce civil. Peut-être que tu iras le voir, pour comprendre la situation, quand tout le monde sera seul. La situation s'envenime. Si cela continue, ça va exploser. Le pire, c'est qu'un autre civil s’en mêle. Un ami du rebelle, probablement. Tu te retournes vers Shawn. « Je suis certain qu'il y a une excellente raison à tout cela. Il n'est pas en train de s'engueuler pour rien. Même si c'est un soi-disant imbécile. » Tu secours la tête, regardes à nouveau la scène qui se roule sous vos yeux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : Ian Somerhalder
▴ inscrit le : 27/02/2017
▴ messages : 323
▴ multi-comptes : Rue Kingsley
▴ points : 686
▴ sac : Un carnet de feuilles accompagné de quelques crayons, ton portefeuille et un couteau suisse ; le tout rangé dans vieux sac à dos
MessageSujet: Re: See you again ~ with Reggie   Mar 16 Mai - 23:38

Reggie & Shawn

L'air était en train de changé à Lafayette. Là depuis trois semaines seulement, tu n'étais pas dupe. Les militaires faisaient de plus en plus parlé d'eux. Des rumeurs se faufilaient entre les murs de la ville. Un soldat aurait été soit-disant exécuté par les autres pour avoir osé se rebeller. Certains prévoyaient déjà que les militaires transforment cet endroit en une dictature impitoyable, plus dangereuse que les monstrueux rôdeurs. Des visionnaires sans aucun doute. Mais ce n'est pas ce genre d'idées qui te préoccupaient. Au lieu de vouloir fuir d'ici, ou de rester en imaginant avec crainte l'avenir, tu étais déjà en train de chercher un moyen de te rapprocher d'eux. Ils étaient probablement ta meilleure chance de rester en vie dans ce monde instable. Pour l'instant, il n'y avait ni chef, ni pseudo-gouvernement ici. Mais ceux qui craignaient les militaires ne faisaient pas erreur. Après tout, c'était bien eux, les militaires, qui avaient les armes, l'autorité. Toi tu ne pouvais rien contre eux. Donc à quoi bon leur faire face ? À quoi bon s'opposer à eux ? Et cette soit-disant liberté et égalité ne durerait pas, tu en mettrais ta main à coupé. Ceux qui avaient un tant soit peu de pouvoir finissait toujours par en vouloir plus. Lafayette deviendrait probablement un jour où l'autre sous le coupe totale des militaires. Vous n'en étiez pas rendu là. Finalement, peut-être que tu étais juste aussi paranoïaque que le vieil homme sénile qui te faisait office de voisin. Mais rien n'était plus salvateur que la prévoyance. Alors oui peut-être que tu te trompais, que tout resterait ainsi à Lafayette, que les militaires se contenteraient de se charger de la sécurité et qu'ils ne chercheraient pas à imposer des règles ou leur volonté. Mais mieux valait être trop méfiant que naïf lorsqu'il était question de sauver sa peau.

Cette dispute, là, qui se produisait sous vos yeux était exactement le genre de signe prémonitoire. Une prémisse des mois qui allaient suivre. Reggie sentait-il lui aussi tout cela ? Comprenait-il que ce havre de "sécurité" n'était pas aussi paradisiaque qu'il en avait l'air ? Comprenait-il que vous aviez tout intérêt à être du côté de ceux qui avaient les armes plutôt que de jouer aux héros stupides ? Allait-il utilisé son passé de flic pour devenir comme ces militaires ? Tu l'observais autant que la dispute qui se déroulait à quelques dizaines de mètres. En tout cas, il n'avait pas l'air de vouloir intervenir. Lui et toi n'étiez peut-être pas si différents que cela finalement. Comme toi, il n'aspirait probablement qu'à rester en vie. Qu'importe si cela implique d'être lâche ou égoïste. C'est ce que tu crus l'espace d'un instant. Alors sa réaction te prit par surprise. Il avait l'air agacé, non pire révolté par tes paroles. Était-il vraiment en train de prendre la défense du trouble-fête ? Alors finalement Reggie était un mec plein de convictions morales ? Arg. Il allait vite se rendre compte que toi tu ne l'étais pas. En temps normal, tu jouais le rôle du mec lambda, du mec bien mais là c'était trop tard. Reggie avait vu ton dédain envers le rebelle pris entre deux militaires. Et il avait déjà vu ton vrai visage, caché sous ce masque chaleureux et trompeur, lorsqu'il avait été victime de ton chantage. Inutile de jouer la comédie donc. « Oui, imbécile. Imbécile de crier haut et fort ses opinions sans en mesurer les conséquences. Imbécile de s'en prendre à un mec qui a un flingue. Un tir et il crèverait là tout seul sans que personne ne fasse rien. Se taire est parfois la meilleure preuve d'intelligence. » Horrible ? Non, réaliste.

Reggie se rendrait vite compte que là vie ici n'était pas à la même que celle qu'il avait avant. Ni que celle à l'extérieur des murs. Ici, vous n'étiez pas seuls. Vous deviez prendre sur vous, cohabiter les uns avec les autres. Autant avec les habitants banals que les militaires. Des alliés ou de futurs ennemis ? Les deux selon toi. « Excellente raison ou non, je crois il aurait mieux fait de prendre sur lui ou de se défouler sur autre chose que sur un militaire. Si cela se termine mal pour lui, cela sera entièrement sa faute. Et quoi qu'il arrive, comme tu viens à peine d'arriver à Lafayette, tu ferais mieux de rester là avec moi et de pas t'en mêler. Car à mon av... » Le son brusque d'un coup t'arrêta. Ton regard se porta immédiatement vers les trois hommes au milieu de la rue. L'homme, visiblement incapable de se calmer ni de battre en retraire, avait eut la "brillante" idée de frapper le jeune militaire à l'air arrogant.  La haine qui se matérialisa dans le regard du concerné te fit froid dans le dos. Même loin tu pouvais la percevoir. Le second militaire, pourtant plus calme, commençait lui aussi à menacer l'insoumis avec son arme. Comme tu t'y attendais, tout cela prenait une mauvaise tournure. Ne jamais taper un mec qui a un flingue lorsque soi-même on n'en a pas.





(c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : Chris Wood.
▴ inscrit le : 27/02/2017
▴ messages : 260
▴ points : 1096
▴ sac : tu possèdes deux armes et quelques munitions, une boîte de médicaments pour t'aider à ne pas céder ou le contraire, tu as tes lunettes que tu ne mets plus, une bouteille d'eau et un peu de rations pour ton grignotage.
MessageSujet: Re: See you again ~ with Reggie   Ven 19 Mai - 22:08


my past just crossed my future
reggie&shawn

----

Ce n'est pas le genre de situation que tu pourrais te retrouver. Tu n'es pas assez idiot pour agir de la sorte. Enfin. Pour le moment. Tu viens tout juste d'arriver, tu ne sais pas encore ce que l'avenir te réserve. Tu ignores tout. Tu ne sais même pas si demain, tu pourras encore te lever sur tes deux jambes. L'avenir est incertain. L'apocalypse s'en assure bien. Elle retire la vie comme elle le veut. Les rôdeurs s'en chargent, si ce ne sont pas eux, ce sont les humains. Pour l'heure, tu regardes une scène qui te dérange, une scène dans laquelle tu ne t'interviens pas. Certes, tu as été entraîné pour cela. Soyons honnête, tout a changé. Tu n'es plus en service, tu ne le sauras sûrement plus jamais. Tout comme ta pauvre mère, elle ne se réveillera plus jamais. Certainement pas, après que tu lui as tiré plusieurs fois dessus, sur son corps décomposé. Cela t'a pris par surprise. Tu as été effondré, anéanti et tu l'es toujours. Un sujet sensible, que tu évites de parler aux gens. Tu es rendu plus fort, en tout cas, pas question de te montrer faible. Tu te demandes comment le journaliste a pu faire face devant son premier zombie ? Et si c'était un proche ou non. Tu te questionnes, mais tu as peur de devenir comme lui, bavard et curieux. Tu te montres presque insensible à la scène, presque. Tu es remonté au fond de toi, tu le fais savoir discrètement à ton nouveau colocataire, Shawn. Tu lâches un long soupir qui en dit long. Certes, tu avais la même réaction avant, tu sais que c'est un geste imprudent et qu'il vaut mieux s'éloigner lorsqu'on a envie de s'en prendre à l'autorité, mais quand même. Tu réalises que là, ils ont tout aussi droit à leurs avis, de faire entendre leur voix, comme dans une campagne d'élection présidentielle.

« Tout le monde à droit à son avis. Tu vas me faire croire que tu fermeras ta bouche face à cette soi-disant autorité ? Toi, qui n'hésites jamais à l'ouvrir pour faire valoir tes propos. » Tu n'as pas vraiment le temps d'avoir une réponse que la situation dégénère. Tu n'as pas l'intention d'intervenir, comme il te l'a fait savoir. Tu viens d'arriver, tu veux entrer dans les bonnes grâces et non pas repartir aussitôt. Tu sais qu'au fond, tu ne vas pas rester bien longtemps dans ton coin. Tu te doutes bien que tout le monde n'est pas droit ici, qu'il y a forcément un soulèvement contre l'autorité ou quelque chose dans le genre. Tu fixes la scène un instant, ce qui se déroule sous tes yeux, pourrait bien arriver à n'importe qui. Ça te révolte déjà. Une foule s'est précipitée sur le spectacle. C'est ce dont la scène est devenue, un spectacle. Toi, tu préfères t'éloigner. « Tu sais quoi ? Je n'ai pas envie de me prendre une balle perdue. Tu viens, tu ne viens pas, j'y vais. » C'est bien connu, les coups peuvent partir rapidement et souvent, la cible n'est qu'un pauvre inconnu. Et toi, Reggie, tu n'as pas envie d'être ce pauvre inconnu. Tu commences ou plutôt, essaye de te frayer un chemin à travers ses gens curieux, tout comme tu l'es. Néanmoins, ta vie, tu y tiens. Tu aimerais que Shawn te fasse visiter l'endroit. Tu en as assez vu, assez pour te faire une opinion ? Elle commence déjà à se former dans ta tête.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : Ian Somerhalder
▴ inscrit le : 27/02/2017
▴ messages : 323
▴ multi-comptes : Rue Kingsley
▴ points : 686
▴ sac : Un carnet de feuilles accompagné de quelques crayons, ton portefeuille et un couteau suisse ; le tout rangé dans vieux sac à dos
MessageSujet: Re: See you again ~ with Reggie   Mar 23 Mai - 19:01

Reggie & Shawn


Ils n'oseraient pas tuer cet homme. Les militaires n'avaient pas les pleins pouvoirs ici. Et la moitié de leurs troupes avait déserté en l'espace de quelques semaines. Ils ne pouvaient pas prendre le risque de se mettre tous les habitants de Lafayette à dos. Ils avaient besoin d'être respectés, appréciés. Si les habitants avaient le sentiment que les militaires représentaient une menace plutôt qu'une protection, les choses prendraient alors une toute autre tournure. Ils devaient gagner la confiance des habitants, et ce n'était pas avec ce genre de dispute en pleine rue qu'ils allaient y parvenir. Continuant de fixer le triste spectacle, tu répondis à la question de l'ancien flic. « Figure toi qu'ici, j'ai vite compris qu'il ne vallait mieux pas parler à tord et à travers. Notre seule protection contre ces monstres dehors, ce sont les militaires. Alors je préfère les avoir de mon côté.  » Oui, tu trouvais ce rebelle stupide et tu ne lui offrais aucune compassion, mais les militaires avaient tout intérêt à calmer les choses. Surtout que les gens commençaient à remarquer ce qu'il se passait. Ils s'approchaient, certains semblaient prêts à intervenir. Si l'un des deux militaires s'en prenait physiquement au rebelle enragé, il y aurait des dizaines de témoins. Tous les habitants n'étaient pas aussi insensibles que toi. Ils prendraient cet homme en pitié et ils commenceraient à se méfier des militaires.

Cet imbécile avait de la chance, ses deux opposants armés n'étaient plus vraiment en mesure de lui faire quoi que ce soit. Trop de regards étaient braqués sur eux. Mais si le rebelle s'acharnait à attaquer les militaires, cela dégénérerait forcément. Reggie l'avait compris et semblait décidé à partir tout de suite. Fuir loin de cette bagarre imprévisible. « Bonne idée. Je ne souhaite pas m'éterniser là non plus. » Tu allais sûrement continuer à lui faire visiter la ville. À moins que cette scène peu commune l'avait ébranlé au point qu'il veuille déjà rentrer chez vous. Mais tu ne l'imaginais pas si fragile. Dans son ancien boulot, il avait dû être confronté à des trucs biens plus violents et impressionnants. Était-ce justement ce boulot qui l'avait fait tombé dans les médocs et la drogue ? Ou avait-il rejoint la brigade des stupéfiants uniquement dans le but de satisfaire sa conso personnelle ? C'était peu probable. Vous alliez devoir cohabiter ensemble, tu aurais tout le temps nécessaire pour le faire parler. Vous parveniez enfin à vous extirper de la foule. Reggie était silencieux tandis que vous vous éloigniez de cette rue tumultueuse. Lorsque ton regard croisa de nouveau le sien, tu déclaras sérieusement : « Je sais que tu peux pas me voir en peinture, mais sache qu'ici on veut tous la même chose : survivre. »



FIN



(c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: See you again ~ with Reggie   

Revenir en haut Aller en bas
 

See you again ~ with Reggie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Reggie chez les Canidés
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
hearts still beating :: What happened and what's going on. :: dead things :: les rps :: rps terminés-
Sauter vers: