AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 (event + Sam) ▬ Go ask Alice, I think she'll know

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : evangeline lilly
▴ inscrit le : 23/02/2017
▴ messages : 1073
▴ multi-comptes : Ivy Albrizio
▴ points : 3004
▴ sac : ▬ un stylo ▬ un carnet ▬ mon glock 19 ▬ mon couteau de combat ▬une bouteille d'eau ▬ une trousse de premiers secours ▬ un pot de beurre de cacahuètes entamé ▬ un talisman ayant appartenu à ma grand-mère ▬ une lampe de poche ▬ un couteau-suisse ▬ une polaire ▬ un foulard ▬
MessageSujet: (event + Sam) ▬ Go ask Alice, I think she'll know   Lun 6 Nov - 0:58



GO ASK ALICE, I THINK SHE'LL KNOW
sam & thalia



Il a un goût particulier, ce moment où la conscience émerge du néant. Il est insaisissable, ce fil de pensées ouvrant la voie à la mise en route progressive des autres fonctions cognitives. Un écran du noir le plus total se dressait derrière mes paupières closes et j’étais persuadée de me trouver dans mon lit, à Lafayette. Cette certitude mourut lorsque mes perceptions s’éveillèrent et que ma raison fut assez aiguisée pour interpréter comme dissonant le contact de la terre humide et froide sur ma peau. Lafayette était tombée, je n'étais pas dans un lit. Une décharge d’adrénaline se répandit dans mon organisme et j’ouvris brutalement les yeux.

Je vis le ciel couvert de quelques nuages vers lequel semblaient se dresser des déchets amoncelés. Je fronçai les sourcils et me redressai, c’est alors qu’une violente douleur me transperça le crâne. C’est à cet instant que je me souvins, j’avais été attaquée alors que j’étais partie chasser. En appui sur mes avant-bras, je balayai furtivement les alentours du regard. J’étais seule, coincée entre deux murs d’ordures. Mon souffle se coupa lorsque je réalisai que mon sac avait disparu. Je portai ma main à ma ceinture et remarquai avec horreur qu’il en était de même pour mes armes. Mon regard se fixa ensuite sur le pistolet posé comme par enchantement sur le sol, à quelques centimètres de moi. Ce n’était pas le mien, il s’agissait vraisemblablement d’un Smith & Wesson. Perplexe, je tendis le bras pour l’attraper. C’est alors que je vis mon nom inscrit sur l’arme à feu. Mon sang se glaça et je me levai précipitamment. Mon coeur battait la chamade, j’ignorais si j’étais coincée dans un cauchemar bien trop vivide ou plongée dans le jeu pervers d’un psychopathe.

Un grognement lointain fendit soudain le silence. Je me figeai, tendant l’oreille. Il n’y avait aucun doute, il s’agissait d’un rôdeur. Je démontai le pistolet afin de m’assurer qu’il contenait un chargeur ce qui était fort heureusement le cas, impossible néanmoins de savoir dans l’urgence combien de balles il contenait. Le faible poids de ce dernier ne me rassurait toutefois guère. Le concert macabre reprit de plus belle. Je me mis en marche, suivant la route tracée par les murailles de détritus qui ne tardèrent pas à former un angle, puis une intersection. Je pris le chemin de droite et me retrouvai quelques mètres plus loin face à un nouveau croisement. Je sentis la panique m’envahir et un sourire nerveux se dessiner sur mes lèvres. J’étais dans un foutu labyrinthe.






Dernière édition par Thalia Davenport le Sam 27 Jan - 1:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Charlie Hunnam
▴ inscrit le : 05/03/2017
▴ messages : 466
▴ multi-comptes : Ash & Luke
▴ points : 1087
MessageSujet: Re: (event + Sam) ▬ Go ask Alice, I think she'll know   Jeu 28 Déc - 20:45

Don't get too close, it's dark inside
Sam& Thalia
C’est le contact du sol froid contre ta joue qui a d’abord attiré ton attention. Puis le vide à tes côtés,l’absence de couverture sur ton corps d’habitude collé à celui d’Aliénor. Un grognement significatif de ta frustration se fait entendre alors que tes yeux s’acclimatent à la lumière de cet endroit . Une main sur ton crane,tu tentes de te souvenir comment tu as atterris ici. Peu de chose te viennent à l’esprit,c’est trop flou pour que cette situation puisse faire aucun sens. Tu as quitté le clan des Horsemen pour trouver des vivres et…C’est tout. Après ça, c’est un puzzle avec trop de pièces manquantes. Tu scrutes les alentours sans pour autant te relever .Ton regard se pose sur un sifflet posé à ta droite. Le reste de tes affaires à disparu…C’est le genre de chose que feraient les Horsemen pour s’amuser sauf que cette fois, tu es loin de trouver ça drôle. Aliénor est-elle toujours au camp ?

Une fois sur tes pieds, le cœur battant un peu plus vite qu’à l’accoutumé, tu avances de quelques pas sans comprendre ce qu’il se passe. Les murs constitués d’objets en tout genre sont impossibles à grimper. Bien trop dangereux, ils pourraient s’écrouler sur toi et te blesser. Tu continues à avancer ,tournant parfois à gauche et parfois à droite , jusqu’à ce que l’évidence te frappe enfin en plein visage : Un labyrinthe. Tu rigoles nerveusement à cette découverte avant de fourrer le sifflet dans ta poche . T’as perdu a la loterie de la chance mon pauvre Sam , un sifflet va pas grandement t’aider.

Le grognement familier d’un Walker amène toutefois un sourire sincère sur ton visage. Assoiffé de sang que tu es, la violence et la seule réponse à la panique qui s’empare doucement de ton être. Tu suis les bruits en espérant que cela te guidera vers la sortie. Mais non, tu te retrouves devant un cul-de-sac, face au walker visiblement aussi perdu que toi. Alors tu le mets à terre et – avec l’aide de tes rangers – lui explose le crâne. Le sang gicle sur ton visage et d’un point de vue extérieur, tu dois avoir l’air d’un psychopathe. Après tout , n’est-ce pas la vérité ? Le vrai visage que tu dévoiles simplement durant l’absence de la femme que tu aimes ? À bout de souffle,et étant certain que ce macchabée ne reviendrait pas vous hanter, tu te tournes pour faire face à une jeune inconnue. Tu remarques directement l’arme qu’elle tient entre ses mains. Le pauvre sifflet dont tu as hérité ne fera pas le poids contre son revolver. « Content de voir que je ne suis pas le seul perdu dans ce trou à rat »
electric bird.

   

_________________
+a world of ice and fire+
▴  I'm a killer, I'm a demon. But now I do it for the right reason.  ▴
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : evangeline lilly
▴ inscrit le : 23/02/2017
▴ messages : 1073
▴ multi-comptes : Ivy Albrizio
▴ points : 3004
▴ sac : ▬ un stylo ▬ un carnet ▬ mon glock 19 ▬ mon couteau de combat ▬une bouteille d'eau ▬ une trousse de premiers secours ▬ un pot de beurre de cacahuètes entamé ▬ un talisman ayant appartenu à ma grand-mère ▬ une lampe de poche ▬ un couteau-suisse ▬ une polaire ▬ un foulard ▬
MessageSujet: Re: (event + Sam) ▬ Go ask Alice, I think she'll know   Sam 27 Jan - 2:00



GO ASK ALICE, I THINK SHE'LL KNOW
sam & thalia



Des bruits de pas vinrent troubler le duo monotone de la nature et de la mort. Je me figeai à nouveau. Mon regard descendit jusqu’aux extrémités de mes mains qui ne pouvaient s’empêcher de trembler. Je serrai mes doigts autour de la crosse de cette arme qui ne m’apportait qu’un maigre réconfort. J’appréciai un instant la relativité de l’extraordinaire dans l’existence. Une forme de routine s’était brodée dans l’horreur. Les rôdeurs, la mort, la folie des hommes ne suscitaient plus en moi le même effroi qu'auparavant et la peur elle-même avait perdu de son piment. L’adrénaline prenait des vacances jusqu’à ce qu'une atypie ne lui fournisse une raison suffisante pour se répandre à nouveau dans mes veines. Ce maudit labyrinthe semblait remplir les critères. Cette situation inédite me plongeait dans l’inconnu, me ravissait mes repères et faisait renaître en moi cette vieille ennemie qui m’avait tant ravagée depuis les prémices de l’apocalypse : l’angoisse.

J’entendais à quelques mètres de moi, derrière la paroi d’ordures le concert bien trop familier du corps à corps et les percussions d’un crâne qui s’apprête à être brisé. Derrière, plus loin, les grognements. J’étais à nouveau confrontée à cet éternel dilemme : puisqu’il fallait se jeter dans la gueule de l’un ou de l’autre, qui de l’homme ou du monstre était le loup le plus féroce ? Je pris la première intersection vers la gauche. Mon regard croisa aussitôt la silhouette imposante d’un homme de dos. A ses pieds, le cadavre du rôdeur dont j’avais entendu le fracas des os. Je dégageai le cran de sûreté de mon pistolet. L’individu se retourna. Réflexe absurde, je frémis à la vue du sang frais sur son visage. Il engagea la conversation, semblant se réjouir de ne pas être la seule âme piégée dans ce foutu  labyrinthe. Venais-je de trouver un allié ? Etait-ce un piège ?  Mon intuition me disait que sur ce coup, j’allais devoir renoncer aux certitudes et me contenter de paris hasardeux.

Certaines situations appellent à masquer sa méfiance, il serait en effet fort fâcheux qu’elle soit interprétée comme une forme de faiblesse. L’homme ne semblait pas armé et n’était pas directement menaçant. J’optai donc pour un semblant de sociabilité et laissai mon arme le long de mon corps, désignant la dépouille putride du menton. « Joli. » Je fis quelques pas en avant. « Tu sais où on est ? Qui est le tordu qui est derrière tout ça ? » Je ne pouvais m’empêcher de voir à travers le décor de ce jeu vicieux les stigmates d’une profonde perversion, probablement nourrie par des mois de violence primaire et de sang. L’ignominie ces jours-ci manquait de ce ludisme et de cet esthétisme dont seul un esprit humain peut revêtir la souffrance et la mort. Les grognements des rôdeurs s’intensifiaient. Je m’approchai du mur de détritus, tentant de dégager ce qui ressemblait à une barre de fer. Nous avions besoin d’armes. Or, si nous parvenions à en trouver dans ce labyrinthe, c’était que telle était la volonté de l’esprit malade qui nous avait amenés ici. Cette pensée m’arracha un frisson glacial. C'était un cauchemar, un effroyable cauchemar.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Charlie Hunnam
▴ inscrit le : 05/03/2017
▴ messages : 466
▴ multi-comptes : Ash & Luke
▴ points : 1087
MessageSujet: Re: (event + Sam) ▬ Go ask Alice, I think she'll know   Mar 30 Jan - 11:51

Don't get too close, it's dark inside
Sam& Thalia
 La jeune femme te scrute du regard, elle te jauge et doit se décider entre te faire confiance ou user l’une de ses balles pour toi. Elle n’a pas l’air si naïve,tu ne vas pas te fier à son visage innocent. Chez les Horsemen,vous êtes des experts de la manipulation en tout genre. Cest même ainsi que vous tenez toujours debout,bien que la roue semble tourner. L’incendie,des prisonniers échappés et des hommes de votre propre rang vous tourne le dos. Tu pensais être invincible  il y a de cela quelques mois,mais à l’approche de la naissance de ton futur enfant, la menace pèse sans cesse au-dessus de vos tête, telle une épée de Damoclès prête à sceller votre sort.

Ton regard azur passe du revolver au cadavre en haussant les épaules. « Moins il y en a… Plus on a de chance de sortir d’ici ». On,un pronom que tu n’emploies pas à la légère. Tu as besoin de cette femme, ou plutôt de l’arme qu’elle tient entre les mains. Et puis elle pourrait également devenir une monnaie d’échange si vous croisez une bande de types aux attentions malsaines. Car ce n’est pas vraiment sortir su labyrinthe qui t'effraie, mais bien ce que tu y trouveras dehors. Un long soupire vient ponctuer la question de la brune. « J’en sais rien. Sûrement des sadiques qui n’ont rien de mieux à faire pour égayer leurs misérables vies ». Oui,un peu comme toi au final. C’était bien le but de l’arène et du sang coulé en son sein. Mais elle ne doit pas savoir que tu fais parti des Horsemen,ce secret contribuera à ta survie. Parce que si elle vient de dehors…Ou même de Lafayette, il y a des chances pour que l’une de ses connaissances se soit retrouvé l’un de vos prisonniers. La marque caractérisant ton clan et caché sur ton omoplate de toute manière,elle n’est visible que lorsque tu es torse nu ou que tu tires le tissu de ton t-shirt vers le bas de ton dos. Alors pour quelques heures – jusqu’à ce que la jeune femme ait été intelligemment utilisée – tu décides de ne rien dire sur ton clan. Pourtant,il y a ce terrible doute qui plane. Si cette idée macabre ne vient pas de vous, cela veut dire qu’un ennemi potentiellement aussi dangereux est dans les parages. Pire : ils semblent avoir une longueur d’avance sur vous.

De tes mains sales, tu essuies le liquide carmin sur ton visage et regardes autour. « Je doute. Qu’on soit les seuls » Tu montres son arme d’un signe de tête « Et on a pas tous la même chance. Ce qui veut dire que d’autres peuvent être nettement mieux armés que nous ». Tu sors le sifflet de ta poche « A part attirer les mort vivants ou annoncer ma position… Je ne vois pas à quoi ça peut me servir ». Quelques pas t’éloignent du cadavre et t’emmènent à une nouvelle intersection. « Les jours sont courts. Le froid et la nuit vont arriver trop rapidement. On doit trouver un moyen de sortir. On ne peut pas tourner en rond indéfiniment » Plis facile à dire qu’à faire « Faut marquer les passages qu’on a déjà emprunté »    
electric bird.

   

_________________
+a world of ice and fire+
▴  I'm a killer, I'm a demon. But now I do it for the right reason.  ▴
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : evangeline lilly
▴ inscrit le : 23/02/2017
▴ messages : 1073
▴ multi-comptes : Ivy Albrizio
▴ points : 3004
▴ sac : ▬ un stylo ▬ un carnet ▬ mon glock 19 ▬ mon couteau de combat ▬une bouteille d'eau ▬ une trousse de premiers secours ▬ un pot de beurre de cacahuètes entamé ▬ un talisman ayant appartenu à ma grand-mère ▬ une lampe de poche ▬ un couteau-suisse ▬ une polaire ▬ un foulard ▬
MessageSujet: Re: (event + Sam) ▬ Go ask Alice, I think she'll know   Sam 10 Fév - 0:14



GO ASK ALICE, I THINK SHE'LL KNOW
sam & thalia



Le mur de détritus m’opposait une certaine résistance et je m’écorchai les doigts sur les aspérités métalliques des matériaux que je tentais d’extraire. J’avais été contrainte de coincer mon pistolet à ma ceinture pour avoir les mains libres ce qui ne me rassurait guère, je tentais néanmoins d’en faire abstraction et de me concentrer sur les éléments concrets. L’homme qui me tenait compagnie semblait également plongé dans l’obscurité en ce qui concernait notre situation. L’éventualité qu’il puisse se jouer de moi restait toutefois en suspend, flottant entre nous comme une barrière invisible venant renforcer la méfiance habituelle qui caractérisait désormais systématiquement la phase précoce de mes relations. J’enlevai ma veste pour l’enrouler autour de ma main en guise de protection et m’attaquai à nouveau aux déchets. Je parvins enfin à dégager la barre de fer dont l’extrémité vulgairement tranchée en faisait un objet tranchant, désenclavant une seconde pièce de métal qui vint rebondir sur le sol. Je n’avais plus qu’à espérer que ma dernière rencontre n’interprète pas mon empressement à me dégotter une arme blanche comme une preuve de mon manque de munitions. Il était absolument nécessaire que je conserve cet ascendant sur lui.

Je me retournai brusquement vers mon compagnon d’infortune lorsque celui-ci souleva l’éventualité que ce labyrinthe maudit puisse héberger d’autres survivants. Cette pensée occupait mon esprit depuis plusieurs minutes déjà et je ne pouvais m’empêcher de l’associer à quelques bribes mnésiques d’un film japonais mettant en scène une classe de lycéens envoyée sur une île pour s’entretuer.  Je remis ma veste puis fixai un instant l’homme qui me faisait face, envisageant mille scénarios tandis qu’il se lamentait sur l’utilité restreinte du sifflet dont il avait été muni. Une forme de tension m’enserrait progressivement et je sentais mon thorax s’oppresser. Je levai mon menton vers le sifflet. « Si on trouve d’autres malchanceux et un ballon on pourra faire une partie de foot dans les règles de l’art… » Je regrettai immédiatement cette malheureuse intervention spontanée. Je devenais experte en mauvais humour lorsque je me retrouvais en situation de stress. Si ce réflexe pouvait sembler terriblement anodin, il s’agissait toutefois d’un mécanisme psychologique bien trop commun pour ne pas être reconnu. Je me baissai pour ramasser les deux armes improvisées avant de focaliser à nouveau mon attention sur le blond qui était de toute évidence bien décidé à avancer.

Mon regard se perdit un instant dans le vide tandis que s’égrenèrent quelques pensives secondes.  Je m’approchai de l’homme jusqu’à frôler la frontière de son espace vital. « On va sortir de ce merdier. » Je lui tendis la barre de fer affutée, laissant un léger sourire se dessiner sur mon visage. « Je m’appelle Thalia. » Mon regard pénétrant s’accrocha au sien, lestant encore davantage le contrat de confiance éphémère que je tentais de sceller entre nous grâce à mon offrande. C'était la décision qui m'avait parue la plus censée. Qu'avais-je à y perdre ? Nous avions tous deux besoin d'un allié et s'il n'était pas celui qu'il prétendait être, il avait certainement d'autres armes à disposition et jouer le jeu me permettrait de gagner du temps. Mes yeux attendaient qu'une réaction vienne habiller les siens. On pouvait à peine y deviner l’émotion qui me bouleversait encore à chaque fois que je me présentais à un inconnu en utilisant mon véritable prénom, ce prénom que je m’étais efforcée d’effacer avec mon identité, mon passé, mon histoire. Je sentis furtivement mes failles et mes forces vibrer à l’unisson. Quelques secondes trop tard peut-être, je décollai mon regard des iris bleutées de l’homme. et posai ma main droite sur le mur. « Si en plus on suit cette paroi sans la lâcher, on devrait finir par trouver la sortie. » A condition que le labyrinthe ne comporte pas d’îlots et que les rôdeurs et autres distractions ne nous contraignent pas à nous écarter du plan. Si je parvenais à feindre l’assurance et l’optimisme, je savais intérieurement que l’affaire ne serait pas aussi aisée que je le prétendais. Le pervers qui était à l’origine de ce scénario insensé ne pouvait s’être donné autant de mal pour n’y gagner qu’un spectacle fade et expéditif. Il faudrait certainement y laisser davantage que du temps.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (event + Sam) ▬ Go ask Alice, I think she'll know   

Revenir en haut Aller en bas
 

(event + Sam) ▬ Go ask Alice, I think she'll know

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Event Djaul]
» Problème avec Alice !!!
» MTGO Sealed Premier event.
» Pour les fans de Burton, d'alice aux pays des merveilles
» [event]La Famakna souffle sa première bougie
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
hearts still beating :: Somewhere only we know. :: far far away :: labedieville :: The Maze-
Sauter vers: