AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (int. 2 + luke) ▬ remember how it used to be, when the stars would fill the sky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : evangeline lilly
▴ inscrit le : 23/02/2017
▴ messages : 1072
▴ multi-comptes : Ivy Albrizio
▴ points : 3003
▴ sac : ▬ un stylo ▬ un carnet ▬ mon glock 19 ▬ mon couteau de combat ▬une bouteille d'eau ▬ une trousse de premiers secours ▬ un pot de beurre de cacahuètes entamé ▬ un talisman ayant appartenu à ma grand-mère ▬ une lampe de poche ▬ un couteau-suisse ▬ une polaire ▬ un foulard ▬
MessageSujet: (int. 2 + luke) ▬ remember how it used to be, when the stars would fill the sky    Lun 31 Juil - 3:09



REMEMBER HOW WE USED TO FEEL,
 THOSE NIGHTS WOULD NEVER END

luke & thalia / kisatchie national forest



Il n’y avait que la douce mélodie de la pluie d’été tambourinant sur les vertes feuilles, il n’y avait que le ciel étincelant de mille étoiles que prenait pour cortège la lune argentée. Je sentais l’écorce d’un cyprès laisser son empreinte contre mes reins à mesure que ma respiration saccadée me faisait épouser les courbes de son tronc. J’osais à peine laisser à mon coeur la permission de battre et mes paupières résistaient contre l’urgence de cligner. Je plaquai sur ma bouche la paume moite de ma main, peinant à réprimer les spasmes qui me secouaient.  Il fallait que je disparaisse, que je me dissolve dans l’atmosphère jusqu’à ne plus exister. L’horreur. L’horreur m’avait retrouvée et, à cette occasion, elle m’offrait en spectacle l’émanation de son essence la plus épouvantable. Devant mes yeux embués, c’étaient les boyaux d’une amie que deux rôdeurs affamés déroulaient hors de son abdomen avant de s’en repaître entre deux grognements. Elle m’implorait du regard, elle qui presque incrédule assistait à son propre engloutissement. Elle à qui le destin dans son cynisme le plus absolu n’avait même pas daigné offrir l’inconscience. Je l’implorais en silence de me délivrer enfin de son regard pénétrant qui me retournait les tripes tandis qu’on dévorait les siennes. Elle s’y accrochait, pourtant. Je ne pouvais pas être celle qui baisserait les yeux, je n’avais pas le droit de l’abandonner dans cette ultime épreuve. Il y avait une échappatoire. Pour elle, pour moi. Une alternative qui risquait de signer mon arrêt de mort mais qui me paraissait à cet instant plus acceptable que la perspective de tolérer une minute de plus la vision de cette scène. Doucement, mes doigts vinrent se serrer contre le manche de mon Glock 19. J’élevai mes bras tremblants vers le festin macabre. Un instant plus tard, le front de la blonde se vit criblé d’une balle. Il n’y avait que la douce mélodie de la pluie d’été pour étouffer les cris d’agonie qui soudain se tarirent, il n’y avait que le ciel étincelant de mille étoiles pour éclairer d’une lueur pâle le visage d’une femme qui soudain se figea.

Je posai le dos de ma main tenant encore l’arme contre mes lèvres d’où s’échappa un bref sanglot spastique. Je laissais la pluie se mêler à mes larmes, submergée par l’horreur, la stupeur et la peine. J’avais oublié. Trop absorbée par la cruauté des hommes, j’avais oublié ces monstres qui n’étaient qu’infamie. Ces êtres semant le chaos, la douleur et l’effroi, ces êtres qui n’appartiennent ni au bien, ni au mal. Ces créatures qui portent comme seul étendard celui de la mort, des ténèbres, du néant. Ces entités dénuées de tout ce qui caractérise l’humain et qui ne laissent comme alternative que la fuite, le meurtre ou bien la reddition, l’ultime reddition. Ces bêtes ont cela d’abject qu’elles poussent à en devenir une. Elles n’ont que faire de l’argumentation, du dialogue, de l’apaisement, des fines stratégies et de tous les procédés qui donnent parfois aux affrontements leurs lettres de noblesse. Non, face à un rôdeur, seule la violence crue, basique, animale permet de survivre. Je m’étais perdue, fut un temps, aux prémices de l’apocalypse. Alors que j’avais enterré mon identité pour échapper au gouvernement et que j’avais choisi de vivre en fugitive, mon âme avait été érodée par l’isolement, l’errance et le sang. J’étais devenue un animal, un automate, un spectre et c’est douloureusement que j’avais émergé des ténèbres. Peut-être que je voyais dans mon combat face au Conseil l’occasion d’exalter, à travers la révolte, cette humanité, cette flamme qui avait manqué de s’éteindre. Qui étais-je, désormais ? Mes précieuses valeurs, ma belle morale et ma conscience apaisée avaient-elle la moindre importance alors que l’armée de la mort attirée par mon tir s’apprêtait à fondre sur moi ? L’adrénaline se répandit dans mon organisme. Je n’étais qu’une proie, seule et pétrifiée dans cette forêt obscure. Il fallait que je coure.

Je ne connaissais pas ces bois. Il était rare que nous nous aventurions aussi loin de Lafayette mais les vivres venaient cruellement à manquer en périphérie du camp. Nous étions partis à quatre, cinq jours auparavant.  Il y avait eu les Horsemen, il y avait eu la horde, il y avait eu la vie. Et surtout la mort. J’étais seule désormais. Seule et sans repère. Je filais entre les troncs, les muscles perclus de crampes. J’entendais dans mon dos la symphonie des grognements funestes qui me rappelait que c’était bien la mort que j’avais à mes trousses. Je maintenais difficilement le rythme de ma course effrénée. L’adrénaline avait soulagé mon estomac de la morsure de la faim et mes muqueuses de la brûlure de la soif mais le voile qui vint brutalement obscurcir ma vision me rappela que je n’avais presque rien mangé ni bu depuis deux jours. C’est alors qu’une racine fit basculer mon sort. Je m’étalai de tout mon long sur le sol humide et mon crâne vint violemment heurter une souche. Le temps que je regagne mes esprits, les cadavres ambulants se dressaient déjà devant moi. Je pouvais distinctement entendre le claquement menaçant de leurs mâchoires avides. Je sortis mon arme et vidai mon chargeur sur la première ligne ce qui me laissa le temps de me relever. Je troquai mon neuf millimètres contre mon fidèle couteau, pris une grande inspiration et me lançai à l’assaut de leurs crânes décharnés. Tandis que ma lame valsait entre les os et les chairs putréfiées, je tentais de réfléchir à une stratégie. Ils étaient une vingtaine, peut-être plus. Il fallait que je trouve un arbre auquel grimper, que je me mette à l’abri le temps de charger mon arme et de nettoyer le périmètre. Peut-être pourrais-je ainsi repérer un endroit où me réfugier. Tout en repoussant un zombie d’un brutal coup de pied, je reculai vers le feuillu  le plus proche. Un soudain vertige s’empara de moi et m’immobilisa, un bref instant seulement. L’instant de trop. Je vis impuissante les rôdeurs m’encercler. Je continuais à me débattre comme une lionne, refusant de me laisser accabler par l’évidence mais au fond de moi, je le savais. Des grognements lugubres se distingua le chant d’un rossignol qui vint sonner mon glas en même temps que l’aube, cette aube que je ne verrai probablement pas naître. C’était la fin. 






Dernière édition par Thalia Davenport le Dim 12 Nov - 3:14, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Hugh Dancy
▴ inscrit le : 24/02/2017
▴ messages : 855
▴ multi-comptes : Samuel, le horseman & Ash, le gourou
▴ points : 1452
MessageSujet: Re: (int. 2 + luke) ▬ remember how it used to be, when the stars would fill the sky    Lun 21 Aoû - 22:47



REMEMBER HOW WE USED TO FEEL,
THOSE NIGHTS WOULD NEVER END
Cela fait des jours que tu es bloqué dans ce grenier sombre. L'odeur de renfermé n'aide pas à s'y sentir en sécurité. Darwin tourne en rond, renifle la trappe sur le sol avant de lever la tête vers toi. Il veut sortir, il ne comprend pas pourquoi vous êtes ici depuis presque 3 jours maintenant. Les rodeurs semblent maintenant être maître dans les parages, les rues ne sont plus aussi sécurisées. Alors comme la plupart des gens en dehors d'un camps sûr, tu as du te cacher. Tu as du resté terré dans ce grenier pour survivre quelques jours supplémentaires. Et celà t'a laissé le temps de penser, de ruminer sur tes actes et les ordres donnés par le général. Tu es un agent de terrain, tu as été entraîné pour tuer, tirer si cela pouvait sauver ta vie. Mais plus rien n'a de sens dernièrement. La mort vous entoure et ta mission n'est plus de sauver, mais bien d'exterminer. Exterminer une personne innocente, une personne qui a su retourner ton coeur il y a pourtant plusieurs années. C'est un sentiment que tu pensais avoir oublié, une sensation qui était pourtant enfouie trop loin pour que tu puisses te souvenir de l'effet. Mais il n'a suffit qu'un regard, un regard et un choix qui remet en question tes ordres. Tu as tué ton coéquipier pour sauver votre cible: Thalia. C'est étrange comme le destin peut vous jouer des tours alors que vous vous y attendez le moins. Quelles étaient les chances pour qu'après tant d'années, ce soit elle qui se trouve devant le canon de ton arme ? Alors que tu avais presque oublié son existence, la vie a décidé de remettre la jeune femme sur ton chemin. Destin funèbre ? Tu en as décidé autrement. Tu as tiré sur ton coéquipier et a fuis, comme elle l'a fait après votre baiser sur les bancs de Quantico.

Cette scène tourne inlassablement dans ta tête, t'empêchant de dormir alors que le sommeil ne demande qu'à t'emporter pour quelques heures. La lune va bientôt laisser place à l'astre lunaire et tu décides finalement de prendre ton sac pour quitter cet endroit. Les vivres viennent à manquer et il est maintenant vital pour toi de sortir. La présence de Darwin te rassure, ton fidèle compagnon t'a sortit d'affaire plusieurs fois depuis que tu l'a trouvé attaché à un arbre. Même en plein milieu de l'apocalypse, certains humains abandonnent leur animaux en les laissant sans défense dans un endroit qui leur ait inconnu. Avec les rôdeurs, les anciens propriétaires de celui que tu as nommé Darwin auraient au moins pu le laisser libre. Mais non, ils ont du vouloir l'utiliser en appât.

L'air frais caresse ta peau alors que tu t'enfonces d'un pas prudent dans la forêt près de Lafayette. Ton couteau de chasse entre les mains et un revolver à la ceinture, il n'y a que les craquements des branches sous tes pieds qui brisent le silence.Tout semble calme, peut-être trop pour que ce soit bon signe. Et alors que tu te penches pour attraper le cadavre d'un pauvre lapin , c'est un coup de feu qui attire ton attention. Tu te relèves immédiatement alors que ton chien approchent en grognant. Tes pas accélèrent jusqu'à trouver une jeune femme au sol, entouré de trois rodeurs l'utilisant comme petit-déjeuné. La lame de ton couteau se plante dans le crane des bêtes de l'enfer avant de continuer ton chemin. Tu ne sais même pas combien de temps tu cours,mais l'absence de revolver à côté du cadavre te prouve que quelqu'un d'autre à tiré. Une personne qui est peut-être encore vivante. En haut d'une pente, tu peux voir une horde de rôdeurs s'approcher d'une demoiselle à terre. Tu es bien trop loin pour reconnaître un visage mais il ne te faut qu'un geste à Darwin pour qu'il se mette à aboyer en courant vers les envoyés de l'enfer. Le bruit les attire, les distrait. Assez pour laisser à la jeune femme une possibilité de s'échapper. Tes doigts passent entre tes lèvres et un sifflement aiguë ordonne à ton compagnon de revenir vers toi alors que tu plantes avec ardeur ton couteau dans le crâne des rôdeurs. Vous faîtes une bonne équipe, une équipe organisée. "Montez sur l'arbre!" Tu recules alors que les ennemis avancent, toujours attirés par les aboiements. Un par un, tu ne te laisses pas entourer. Tu as été entraîné pour ça.

code by bat'phanie

_________________
+ the fairytale got twisted and decayed +
▴  Being stuck in a world where you don't belong, half awake, half asleep. Is There a Worse Nightmare Than Waking Up Into REALITY?▴
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : evangeline lilly
▴ inscrit le : 23/02/2017
▴ messages : 1072
▴ multi-comptes : Ivy Albrizio
▴ points : 3003
▴ sac : ▬ un stylo ▬ un carnet ▬ mon glock 19 ▬ mon couteau de combat ▬une bouteille d'eau ▬ une trousse de premiers secours ▬ un pot de beurre de cacahuètes entamé ▬ un talisman ayant appartenu à ma grand-mère ▬ une lampe de poche ▬ un couteau-suisse ▬ une polaire ▬ un foulard ▬
MessageSujet: Re: (int. 2 + luke) ▬ remember how it used to be, when the stars would fill the sky    Mer 23 Aoû - 1:19



REMEMBER HOW WE USED TO FEEL,
 THOSE NIGHTS WOULD NEVER END

luke & thalia / kisatchie national forest



Je ne parvenais pas à fermer les yeux. J’aurais tellement voulu lâcher prise et attendre, attendre que la douleur me transperce, que l’inconscience m’emporte et que la Mort triomphe. Quelque chose en moi néanmoins voulait voir son visage lorsqu’elle me déroberait à cette vie si indigne et pourtant si sacrée. L’adrénaline m’avait enveloppée d’un manteau de paresthésies. Je sentais à peine mes muscles meurtris par l’effort mais il ne lâchaient pas et je gardais à une distance précaire mais suffisante mes assaillants d’outre-tombe. J’étais tombée au sol. Il n’y avait plus d’espoir. Je ne me battais pas pour ma vie mais pour ma mort, pour qu’elle soit belle et honorable devant les seuls témoins qu’étaient mes yeux et les astres, les seuls qui importaient.  Les astres et mes yeux qui restaient grand ouverts. Les instants s’allongeaient. La peur s’était estompée, la colère également. Elles avaient laissé place à un étrange et intense sentiment, aveuglant et apaisant à la fois, un sentiment que je n’avais jamais ressenti auparavant, un sentiment de paix intérieure. J’eus à peine le temps de me l’approprier que des aboiements résonnèrent entre les arbres. S’agissait-il de l’un de ces chiens de l’Enfer dont parlaient ces légendes auxquelles je n’avais jamais cru ? Si tel était le cas, les rôdeurs m’avaient suivie sous terre car ils semblaient m’oublier pour se tourner vers le bruit. Incrédule, je me redressai. Je sentis alors la flamme de mon instinct de survie se raviver et réchauffer mon corps endormi. Ce n’était pas la fin. Pas encore.

Un rayon de soleil fragile et rasant perça la végétation tandis que je me relevais avec peine. Un sifflement fendit l’air, guidant mon regard vers une silhouette au loin. Un homme, vraisemblablement le propriétaire du chien semblait attirer le bataillon des indésirables vers lui pour les éliminer méthodiquement un par un. Je n’eus guère le temps de me laisser éblouir par le caractère parfois surprenant d’altruisme de cette fichue humanité, il me fallut envoyer mon couteau valser dans les crânes putréfiés de quelques éléments qui avaient décidé de ne pas suivre le troupeau. Une voix s’éleva soudain dans les airs, m’intimant de monter à un arbre. Cette voix. Elle résonnait en moi comme un écho du passé, ravageant tout sur son passage. C’était comme si un précipice s’était ouvert sous mes pieds. Pendant une fraction de seconde, plus rien n’avait d’importance. Le claquement d’une mâchoire me ramena violemment à la réalité. Je mis un violent coup de botte dans le thorax du rôdeur qui s’écroula au sol puis écrasa son visage sous ma semelle. Il fallait que j’approche. Mon esprit altéré par la faim, la soif et l’épuisement se jouait certainement de moi, il avait sans doute distordu le timbre de ce mystérieux individu pour imposer à cette scène épique la présence d’un intrus, la présence de cet homme à qui je ne pensais plus  autant hormis dans mes rêves torturés mais dont l’empreinte marquait encore mon âme. Il fallait que j’approche. Il me fallait voir le vrai visage de cet inconnu pour effacer de mon cerveau celui que mon imagination lui avait greffé. Je progressai donc vers l’avant, réduisant la distance me séparant des silhouettes décharnées dont je clôturais les rangs. Pourtant, plus les traits de l’homme se précisaient et plus mon coeur se serrait.

Je me figeai brusquement lorsque le poids de la certitude s’abattit sur moi. Un murmure s’échappa de mes lèvres. « Luke… » Je me souvins de nos adieux précipités sur le quai de cette gare déserte vingt mois auparavant. L'émotion me submergea alors tandis qu’un sourire se dessinait sur mon visage. Quelques questions dérangeantes se bousculaient déjà aux portes de mon esprit mais je les y refoulais. Il n’y avait que cette distance entre lui et moi qui m’importait, qui m’insupportait. Entre nous, l’armée des morts. La quinzaine de rôdeurs encore animés  derrière laquelle j'étais dissimulée progressait religieusement vers sa lame. Concentré sur sa tache morbide, il ne semblait pas m’avoir reconnue. Je me repris. Je ne pouvais décemment pas le laisser combattre seul. J’inspirai puis expirai profondément avant de frapper dans mes mains. Attirée par le bruit, la moitié du groupe fit lentement volte-face et bientôt, la danse de mon couteau dans les tissus en décomposition reprit. Inexorablement, les ennemis tombèrent jusqu’à ce qu’il ne reste entre nous qu’un tapis de cadavres décharnés. Jusqu’à ce qu’il ne reste que nos respirations saccadées par l’effort et nos yeux clairs sublimés par l’aube qui se trouvèrent enfin. 






Dernière édition par Thalia Davenport le Jeu 26 Oct - 0:54, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Hugh Dancy
▴ inscrit le : 24/02/2017
▴ messages : 855
▴ multi-comptes : Samuel, le horseman & Ash, le gourou
▴ points : 1452
MessageSujet: Re: (int. 2 + luke) ▬ remember how it used to be, when the stars would fill the sky    Dim 3 Sep - 21:45



REMEMBER HOW WE USED TO FEEL,
THOSE NIGHTS WOULD NEVER END
Concentré sur la lame qui danse à travers les morts, tu ne lèves pas les yeux sur la jeune femme qui semble s'être approchée. Darwin tourne autour de toi,restant à bonne distance des revenus d'outre tombe. Et puis l'inconnue tape dans ses mains, le bruit attire ton regard alors que les traits de la femme imprègnent tes yeux. Thalia. De tout les survivants de ce monde, il fallait que ce soit elle qui se trouve dans cette sombre situation. Quel jeu le destin s'amusait-il à jouer avec vous ? Aime-t-il donc vous voir vous torturer avant de prendre des directions opposés ? La contemplation des gestes agiles de la brune te font oublier la situation critique et ce sont les grognements de ton fidèle compagnon qui te ramène à la réalité. 3 pas en arrières alors que ton couteau se plante habilement dans ce qui était les cranes de ces bêtes funèbres. Les corps tombent immobiles, tout autant que toi qui est incapable de bouger alors que tes yeux fixent de nouveau Thalia. Un long soupire et tes doigts passent dans le pelage doré du chien à tes pieds. Cette fois il n'y a que vous. Ton associé n'est plus là pour exécuter les ordres du général. Les questions que tu tentes vainement de sortir de ta tête reviennent au galop. Comment dois-tu agir ? Cet homme à l'égo disproportionné est-il toujours en vie ? Qu'en est-il de ta sœur ? Tant de questions sans réponses qui t'empêchent de dormir, de vivre. Et voir le visage de Thalia ne fait que renforcer ce sentiment d'impuissance. Tu n'as pas été capable de la tuer. Tu as donc laissé ta soeur avec cet homme sans principes. Tu as l'impression de retourner 20 ans en arrière, quand tu n'as pas pu aider à résoudre le meurtre de ton aînée.

Le bruit de l'air filant entre les branches est la seule chose qui brise le silence. Tu essuies la lame de ton couteau contre ton t-shirt déjà sale et le remet dans son étuis. Simple geste pour lui montrer que cette fois, tu ne tentera pas de lui faire du mal. Tes intentions ont changé bien que tu ne saches pas exactement comment agir. La tuer n'est plus ton objectif, il ne l'a probablement jamais vraiment été. Une partie de toi à envie d'avancer vers elle pour la serrer fort dans tes bras. Elle est en vie. Elle a survécu dans ce monde en ruine et vous avez peut-être une chance de vous retrouver. De vivre au lieu de survivre. Tes pupilles bleus ne lâchent pas les siennes alors que Darwin quitte sa place pour aller sentir la jeune inconnue...qui ne l'est pas vraiment.

Tu approches d'un pas, levant tes mains en l'air. "Je ne pensais pas recroiser ton chemin" Tu lances ça comme une simple constatation. "Tu es blessée?" Des questions qui resteront probablement sans réponses. Pourquoi prendrait-elle la peine de te répondre alors que ton arme était braqué sur elle il y a quelques mois? Bien que la balle ait finalement mit fin aux jours de ton partenaire, tu ne sais pas si les remords ont persisté.


code by bat'phanie

_________________
+ the fairytale got twisted and decayed +
▴  Being stuck in a world where you don't belong, half awake, half asleep. Is There a Worse Nightmare Than Waking Up Into REALITY?▴
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : evangeline lilly
▴ inscrit le : 23/02/2017
▴ messages : 1072
▴ multi-comptes : Ivy Albrizio
▴ points : 3003
▴ sac : ▬ un stylo ▬ un carnet ▬ mon glock 19 ▬ mon couteau de combat ▬une bouteille d'eau ▬ une trousse de premiers secours ▬ un pot de beurre de cacahuètes entamé ▬ un talisman ayant appartenu à ma grand-mère ▬ une lampe de poche ▬ un couteau-suisse ▬ une polaire ▬ un foulard ▬
MessageSujet: Re: (int. 2 + luke) ▬ remember how it used to be, when the stars would fill the sky    Dim 10 Sep - 23:53



REMEMBER HOW WE USED TO FEEL,
 THOSE NIGHTS WOULD NEVER END

luke & thalia / kisatchie national forest



Certains instants semblent capables de se soustraire au temps et à l’espace, il n’en reste à percevoir que l’essence et l’essence de ce moment m’avait dans le même temps réchauffé l’âme et suspendue au dessus d’un précipice. Il m’avait laissée là, figée et bouleversée, transie par une émotion à la fois primaire et sophistiquée qui ne laissait place à aucune forme de pensée, de réflexion, de jugement. Ce n’était pas la première occasion qu’avait le regard clair de cet homme de me rappeler avec la violence crue de la vérité que j’étais vivante, que j’étais humaine, que nous étions. Je sentis ma poitrine se soulever au rythme de ma respiration qui s’était apaisée. Doucement, la scène reprenait racine dans son décor matériel et palpable. La fraîcheur de l’aube faisait naître sur ma peau une ébauche de frisson. Le vent soufflait, il faisait bruisser les feuillages et élevait à notre hauteur les relents putrides des cadavres gisant à nos pieds. Le chien vint s’imprégner de mon odeur et je notai à quel point il était silencieux pour un tel animal, sans doute avait-il appris à l’être. Luke me fixait encore et j’en faisais de même, non plus pour le contempler mais pour l’observer. Je vis soudain sa jambe se soulever du sol et amorcer un pas. Aussitôt, je reculai. Ma main était venue instinctivement se crisper contre le manche de mon pistolet qui dépassait de la poche arrière de mon jean. Mon intuition la plus profonde et mon esprit d’analyse semblaient se contredire, la première était persuadée que je n’étais jamais plus en sécurité qu’en la présence de Luke tandis que le second m’incitait au moins par prudence à le considérer comme un ennemi. Mon instinct de survie s’était approprié la prérogative de trancher et en ces temps obscurs, l’ombre du doute n’était pas un élément que l’on pouvait aisément se permettre d’ignorer.

Je vis Luke lever pacifiquement ses mains en l’air et mes doigts serrés autour du métal froid de mon Glock vinrent se ranger le long de ma hanche. Je ne pouvais néanmoins m’empêcher de penser à l’éventualité d’une ruse. Il en avait l’intelligence et, pour sur, l’expérience. C’était bien la ruse qui lui avait permis de loger une balle dans le cerveau de l’agent Emerson, quelques mois plus tôt. La confiance la plus absolue semblait encore se lire sur son visage lorsque le projectile était venu transpercer sa boîte crânienne. Quant à ma propre confiance, elle s’était ébranlée ce jour de printemps où je l’avais vu aux côtés de celui qui avait failli mettre fin à mes jours. Etaient-ils alliés, partageaient-ils le même funeste objectif ? Etais-je en danger de mort alors que je me tenais désarmée face de lui ? C’était son procès qui se tenait dans mon esprit et l’exposé des faits était accablant. Luke McHale était le seul à savoir que j’avais mis les voiles pour Birmingham, il était le seul à qui j’avais confié mon ébauche de stratégie. Il savait que je comptais mettre le cap à l’ouest pour m’éloigner d’Alberta. Quant au reste de mon plan, j’avais vainement jugé judicieux de le taire; je savais en effet qu’il subirait un interrogatoire tendu au décours de ma disparition. Vainement car Luke n’ignorait rien ou presque des rouages de mon esprit. Plus précisément, il avait toujours su voir le monde à travers mes yeux avec une déconcertante facilité. Il se rappelait certainement que je n'appréciais guère le froid, or l’hiver était moins rude et pluvieux en Louisiane que dans le Mississippi. Il m’avait longuement vue travailler à la mise en place de ces fameux entrepôts gouvernementaux, il ne pouvait ignorer que je les utiliserais pour me ravitailler. Enfin, il savait que j’aimais l’océan, il savait qu’il me suffisait de poser les yeux sur son étendue azur nimbée de reflets argentés se fondant dans l’horizon, d’entendre le bruit des vagues se brisant sur le rivage et de laisser le vent salé soulever mes cheveux pour me sentir à la maison. Il savait que mon inconscient dévierait ma trajectoire vers le sud, vers la côte. Luke était la seule personne au monde capable de me retrouver. Luke m’avait traquée. Je sentis mon visage se crisper et un sourire désabusé se dessiner sur mon visage. Il y avait cet arrière-goût amer de trahison et il y avait cette partie de moi qui rejetait viscéralement et en bloc les conclusions de ma raison. J’étais perdue. Comme ces considérations semblaient lointaines quelques minutes plus tôt lorsque son visage s’était distingué derrière l’armée des morts ! La vie avait l’étonnant talent de revêtir un masque de simplicité dès lors qu’elle se trouvait en danger imminent. Une fois le péril passé, la complexité refaisait surface. Les contrastes s’estompaient. Les détails, les contours flous, les aspérités sinueuses apparaissaient à nouveau aux yeux et au coeur.

Après avoir laissé échappé ce que j’interprétai peut-être à tort comme une banalité, Luke me demanda si j’étais blessée. Je repris conscience de la douleur lancinante qui meurtrissait mon corps contus, de la brûlure de l’air sur mes plaies et de la céphalée qui ravageait ma tête depuis le traumatisme crânien que j'avais subi quelques minutes plus tôt en heurtant une souche. Il était intéressant de noter que cette dernière n’avait pas porté atteinte à mon sens de la stratégie. Je laissai mon regard glisser jusqu’à la cicatrice encore rosée qui marquait la naissance de mon bras dévoilé par mon débardeur tâché de boue et de sang. « J’ai connu pire. » Je relevai les yeux vers Luke, tentant de paraître impassible et guettant sur ses traits quelque signe susceptible de le trahir. Etait-il complice de la tentative de meurtre dont j’avais fait l’objet l’hiver dernier et dont les stigmates étaient offerts à sa vue ? Si cette question me brûlait les lèvres, il semblait que mon inconscient ne soit pas persuadé de souhaiter en connaître la réponse. En effet, je rompis sans guère y songer un silence bien trop bref pour en révéler suffisamment. « Je croyais que le sud n’était pas la destination la plus en vogue du moment. » J’avais fait fi de toute subtilité. Libre à lui désormais de reprendre le contrôle, j’étais prête à m’approprier ses mensonges.






Dernière édition par Thalia Davenport le Jeu 26 Oct - 0:55, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Hugh Dancy
▴ inscrit le : 24/02/2017
▴ messages : 855
▴ multi-comptes : Samuel, le horseman & Ash, le gourou
▴ points : 1452
MessageSujet: Re: (int. 2 + luke) ▬ remember how it used to be, when the stars would fill the sky    Dim 24 Sep - 16:22



REMEMBER HOW WE USED TO FEEL,
THOSE NIGHTS WOULD NEVER END
Te voilà face à ton plus grand dilemme, face à toutes ces questions qui se bousculent dans ta tête sans que tu ne puisses leur donner de réponses. Thalia caractérise tes faiblesses et tes doutes mais aussi tes espoirs et un possible futur plus heureux. Bien que tu sois conscient de ton incapacité à la tuer, il y a cet ordre qui resonne inlassablement dans ta tête depuis que ton regard a reconnu ses traits. Elle doit mourir pour que ta sœur ait une chance de survivre. Un choix digne du plus grand film dramatique que tu es incapable de prendre. Toi qui est entrainé pour suivre les ordres et agir dans les situations difficiles… tu as l’impression d’avoir 11 ans de nouveau. Tu voudrais pouvoir te cacher les yeux et courir dans ta chambre pour ne pas avoir à accepter le monde qui t’entoure. Mais tu n’as plus 11 ans, tu as grandi et il est temps de laisser derrière toi les utopies d’enfances. Alors tu lèves les mains en l’air en espérant que cela soit suffisant. Et contre toute attente, Thalia range son arme et te laisse même approcher. Tu as l’habitude de t’attendre au pire, d’être préparé en cas de problème majeur, mais aujourd’hui tout semble bien plus simple. Tu n’agis pas comme à l’entrainement. Tu en oublis presque ton métier alors que les mots sortent tout seul. L’Inquiétude, voilà ton émotion première.

" J’ai le nécessaire médical si tu veux…On a une planque pas loin " Ton regard se pose finalement sur les diverses marques et blessures avant de continuer. Ta question servait simplement à commencer la conversation, tu peux voir aisément qu’elle a besoin de soins. Tu t’attends à ce qu’elle rigole ouvertement devant ta proposition et pourtant tu gardes un air sérieux.  " On ne peut pas rester ici. C’est trop dangereux. Si tu préfères retourner…" L’hésitation se lit sur ton visage. Tu ne sais pas d’où elle vient, tu ne sais pas si elle survie seule ou dans un camp. Pour se retrouver dans cette situation, être aussi sale et blessée…tu en viendrais à penser qu’elle se déplace seule ou en petit groupe mais tu n’en mettrais pas ta main au feu.  Un haussement d’épaules alors que tes pupilles se perdent dans celles de ton interlocutrice. "… là où tu survis, tu devrais y aller maintenant " Un long soupire, un frisson du a la brise matinale.

"Ça dépend ce que tu cherches… Et puis je n’ai jamais été le genre de personne à suivre les modes " Pas besoin de mentir sur la raison de ta venue ici. Tu as été engagé pour la traquer et tu es un bon agent de terrain. Thalia étant ta cible, il était encore plus simple d’obtenir de résultats rapides sur sa possibles position. Tu n’es pas là pour mentir ou nier les faits, tu as décidé de mettre ta vie en ordre depuis l’assassinat d’Emerson. " Je n’ai pas eu le choix de te trouver. Pierce a eu de bons arguments " Tu n’en dis pas plus alors que tes yeux restent plongés dans les siens pour qu’elle puisse y lire la sincérité de tes paroles." Tu viens ou pas ? Si j’avais voulu tu tuer…tu sais que ce serait déjà fait " Bien triste vérité qui devrait pourtant rassurer la brune te faisant face. Tu es froid mais c’est un mécanisme de défense que tu as toujours adopté. Elle doit le savoir, elle connait beaucoup de facettes de ta personnalité. A Quantico tu étais loin d’être le plus populaire, le plus entouré. Solitaire, elle a cependant réussi à briser la carapace que tu t’étais forgée. La question est de savoir si elle sera capable de le faire une nouvelle fois…ou si elle en aura l’envie.

code by bat'phanie

_________________
+ the fairytale got twisted and decayed +
▴  Being stuck in a world where you don't belong, half awake, half asleep. Is There a Worse Nightmare Than Waking Up Into REALITY?▴
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : evangeline lilly
▴ inscrit le : 23/02/2017
▴ messages : 1072
▴ multi-comptes : Ivy Albrizio
▴ points : 3003
▴ sac : ▬ un stylo ▬ un carnet ▬ mon glock 19 ▬ mon couteau de combat ▬une bouteille d'eau ▬ une trousse de premiers secours ▬ un pot de beurre de cacahuètes entamé ▬ un talisman ayant appartenu à ma grand-mère ▬ une lampe de poche ▬ un couteau-suisse ▬ une polaire ▬ un foulard ▬
MessageSujet: Re: (int. 2 + luke) ▬ remember how it used to be, when the stars would fill the sky    Lun 23 Oct - 0:45



REMEMBER HOW WE USED TO FEEL,
 THOSE NIGHTS WOULD NEVER END

luke & thalia / kisatchie national forest



Une légèreté inappropriée s’était emparée de moi. Peut-être était-ce l’asthénie qui me transportait dans un monde onirique, peut-être était-ce le sillage laissé par l’adrénaline, peut-être était-ce la présence de cet homme qui était par le passé parvenu à m’extirper de ma solitude, à me faire oublier le poids du monde que je portais sur mes épaules. Je tentais de me persuader qu’il ne s’agissait que d’un mirage alors qu’il me proposait de le suivre mais mon impression  primaire persistait comme une marque à l’encre indélébile. Lafayette et ses ressources avaient beau se situer à trois longs jours de marche de ma position, la prudence me dictait de ne pas faire de pari hasardeux. Je me sentais après tout capable d’entreprendre le voyage. Je laissais mon regard glisser entre deux cyprès en pensant à l’amie dont je venais de faire exploser la cervelle, contemplant quelques instants une troisième alternative. Il n’y avait plus guère qu’un ou deux êtres chers et un combat sans espoir pour me rattacher à ce camp dont le fonctionnement m’avait toujours répugnée. J’avais l’opportunité de reprendre ma liberté, ici et maintenant. Je reposai mes yeux sur Luke sans dire un mot, comme si je fixais un voilier sur l’océan des possibles.  

Il ne voulait pas jouer. Au loin se dessinaient pourtant derrière la brume mille détours, mille sentiers escarpés et sinueux que nous aurions pu emprunter, l’un chassant tour à tour l’autre, tentant de déjouer ses ruses, de lire entre les lignes, de voir à travers les masques et les façades. C’était le chemin de la vérité qu’il avait choisi, une vérité crue et brutale. Pierce. Ce nom que je n’étais pas préparée à entendre sonnait avec un timbre rugueux à mon oreille, me laissant un arrière-gout saturé d’amertume. Cette figure d’autrefois semblait surgir d’une dimension de l’enfer que je croyais dépassée, presque évaporée dans les méandres de souvenirs déjà voilés. Pierce l’aurait envoyé à ma poursuite. Il n’était pas encore question d’assassinat. Une part de moi-même mourrait d’envie d’en savoir davantage mais je n’osais pas laisser les questions fatidiques qui me brûlaient pourtant les lèvres en franchir le seuil. Je le savais pertinemment, aucune des réponses susceptibles de m’être formulées ne pourrait me laisser indemne. En effet, même la version la plus légère et modérée que mon esprit se faisait de son implication dans ma tentative d’assassinat ne saurait être justifiée par quelque raison que ce soit. A vrai dire, ni lui ni moi n’avions à prononcer le moindre mot. Cet état de fait me blessait déjà bien plus que la balle qui était venue pulvériser mes chairs quelques mois plus tôt. Les détails qui finiraient par arriver ne seraient que des couteaux remuant dans la plaie. Je me perdis un instant dans le bleu de ses yeux. J’aurais voulu y voir les vagues et l’océan, j’aurais voulu y trouver cette paix et cette sérénité que je venais y chercher autrefois, mais il y avait désormais quelque chose de corrosif dans son regard, comme l’abrasion du doute. Mes sourcils se haussèrent et un sourire triste se dessina au coin de mes lèvres lorsqu’il m’affirma que je ne serais plus de ce monde si telle avait été sa volonté. « Peut-être que tu aurais dû. » Il s’agissait d’une pure et impulsive provocation, de celles que les esprits perspicaces savent interpréter comme des preuves d’attachement.

Je laissais mes mots résonner dans la clairière alors qu’un lointain concert de grognements s’élevait derrière les grands arbres. Lorsque j’aperçus quelques silhouettes décharnées se mouvoir entre les troncs, ma main vint instinctivement se fermer autour du poignet de Luke. Avant même que je prenne conscience de mon geste, je sentis ma peau s’électriser au contact de la sienne et un frisson descendre jusqu’à mon ventre. Mon souffle se suspendit alors que j’eus l’impression de prendre ma première inspiration après une longue apnée, d’étancher une soif millénaire, de me réveiller d’un sommeil éternel. Troublée, je relevai mes yeux vers les siens. Je laissais quelques instants s’égrener, luttant pour maintenir la distance qui nous séparait. Mes sourcils se froncèrent tandis que le chant des cadavres s’intensifiait. « Il faut qu’on bouge d'ici. » Je laissai doucement mes doigts glisser dans le vide puis m’éloignai en détournant le regard, m’affairant à recharger mon pistolet afin de masquer ma confusion. Il est parfois opportun de sentir le vent souffler dans son dos lorsqu’on s’attarde trop longtemps à la croisée des chemins.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Hugh Dancy
▴ inscrit le : 24/02/2017
▴ messages : 855
▴ multi-comptes : Samuel, le horseman & Ash, le gourou
▴ points : 1452
MessageSujet: Re: (int. 2 + luke) ▬ remember how it used to be, when the stars would fill the sky    Dim 5 Nov - 20:27



REMEMBER HOW WE USED TO FEEL,
THOSE NIGHTS WOULD NEVER END
Tu ne veux pas mentir, et pourtant, tu aurais pu le faire aisément. La raison première de ta venue n'est pas un mystère, et si Thalia a la force de fermer les yeux, tu n'en as pas envie. Tuer a été l'ordre donné, tu as accepté d'enlever une vie pour en sauver une autre. Et pourtant, au dernier moment, tu es revenu sur ta décision. Un seul regard a suffit pour remettre en question une mission datant de plusieurs mois. Des heures de recherches, de traques, de peur aussi. Parce que la vie n'est plus aussi douce qu'elle ne l'était autrefois. Les risques semblent plus grands, constants. Chaque arbre, ruelles ou maisons représentent maintenant un danger potentiel : qu'il soit humain ou non. Et cette impression d'insécurité te suit partout, même à l'abri de la forêt, devant une femme que tu connais bien. Tu tentes de refréner les souvenirs qui te sautent au visage alors que tes yeux se posent sur ses traits fatigués. De quel droit peux-tu espérer retrouver ce que vous aviez après avoir pointé une arme chargée dans sa direction ? Aucun, évidemment. « Peut-être que tu aurais dû. » Ses mots sont tranchants, provocateurs. Un long soupire passe la barrière de tes lèvres alors que tu lèves les yeux au ciel pour y observer les nuages gris. "Peut-être bien". Qui sait, cela aurait pu lui éviter une mort lente et douloureuse dans un futur plus ou moins lointain. La perspective de se prendre une balle en pleine tête est plus attrayante que celle d'être dévoré vivant par ces monstres revenus d'outre-tombe. "Mais je suis trop égoïste pour ça". Parce que terminer ta mission, veut aussi dire ne plus avoir de but à part celui de survivre. Celui d'errer, solitaire. Tu n'as aucune intention de retourner voir Pierce, tu as fait le deuil de ta famille il y a plusieurs semaines. L'idée même qu'ils aient survécu ne peut pas rester dans un coin de ta tête. L'espoir te tuera si ce n'est pas le destin tragique qui te poussera vers les rôdeurs. Thalia est la seule personne qui te raccroche à un passé plus heureux. Une époque que tu n'es pas encore prêt à laisser disparaître.

CE toucher. Ce frisson qui te parcourt l'échine et semble te faire renaître. Alors que ton ancienne collègue se plonge dans ton regard, tu avales ta salive pour garder un peu de contenance. Non, tu n'as pas le droit de craquer. Pas ici, pas maintenant, jamais. Tu t'éloignes pour analyser la situation et faire ce que tu fais le mieux : te mettre en sécurité. Tout agent de terrain connaît les bases,être à découvert trop longtemps n'est pas une bonne façon de survivre. "Viens".Un ordre peut-être trop sec, mais tu n'as pas le temps de passer par 4 chemins. Tu connais bien les environs et il vous suffirait de contourner les sentiers pour arriver à votre cachette.

Tu ne sais pas bien durant combien de temps vous courrez à travers les arbres, évitant les rôdeurs et autres pièges, mais c'est à bout de souffle que vous atteignez la sécurité de ta cachette. Un grand coup sur la porte, rien ne bouge à l’intérieur. Tu enlèves la sécurité de ton arme au cas où la menace soit humaine,mais vous êtes bien seuls dans la maisonnette. "C'est pas le grand luxe,mais sécurisé". Une seule pièce et une échelle menant au grenier en cas d'attaque. Les fenêtres sont barricadées et tu dors sur le canapé-lit quand tu arrives à fermer les yeux. Darwin s'allonge au sol alors que tu t'empares d'une trousse de secours que tu as précieusement gardé : un cadeau de Pierce. "Assieds-toi, tu ne veux pas que ça s'infecte, faut nettoyer"


code by bat'phanie

_________________
+ the fairytale got twisted and decayed +
▴  Being stuck in a world where you don't belong, half awake, half asleep. Is There a Worse Nightmare Than Waking Up Into REALITY?▴
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : evangeline lilly
▴ inscrit le : 23/02/2017
▴ messages : 1072
▴ multi-comptes : Ivy Albrizio
▴ points : 3003
▴ sac : ▬ un stylo ▬ un carnet ▬ mon glock 19 ▬ mon couteau de combat ▬une bouteille d'eau ▬ une trousse de premiers secours ▬ un pot de beurre de cacahuètes entamé ▬ un talisman ayant appartenu à ma grand-mère ▬ une lampe de poche ▬ un couteau-suisse ▬ une polaire ▬ un foulard ▬
MessageSujet: Re: (int. 2 + luke) ▬ remember how it used to be, when the stars would fill the sky    Dim 12 Nov - 3:01



REMEMBER HOW WE USED TO FEEL,
 THOSE NIGHTS WOULD NEVER END

luke & thalia / kisatchie national forest



Notre course effrénée à travers les bois infestés de rôdeurs eut le mérite de suspendre le fil tortueux de mes songes. Je disposais à peine de l’énergie suffisante pour suivre le rythme. L’effort physique monopolisait l’essentiel de mes ressources, mon sang peinait à perfuser correctement mon cerveau et je sentais ma vision se voiler de temps à autre. Le seul contenu intelligible qui résonnait dans mon esprit était le refrain tenace de mon instinct de survie qui répétait mécaniquement ses injonctions à la manière d’une litanie : un pas à la fois, ne pas penser à ceux qui restent et, surtout, ne pas s’arrêter. Nulle place dans l’affaire pour la complexité et la finesse intellectuelle requises par l’analyse globale de la situation. Le dilemme opposant mon intuition et le premier jet de ma raison n’était pas résolu mais je savais que suivre cet homme constituait ma meilleure voire mon unique chance de survie, en dépit de tout ce qu’il avait potentiellement pu faire. Il n’y avait pas à réfléchir, il n’y avait qu’à courir. Il n’y avait qu’à s’efforcer d’ignorer la pulsion de renoncement qui m’attirait vers le sol, vers l’effondrement, vers une certaine paix. Un intense sentiment de soulagement m’envahit lorsque le refuge se distingua entre les arbres. Ce dernier fut toutefois rapidement mitigé par une tension interne, une angoisse sournoise et suffocante dont les tentacules s’enroulèrent autour de moi aussitôt la porte d’entrée fermée; elle semblait comme mise en exergue par le calme qui nous entourait soudain. Je me raccrochais à mes vieux réflexes. J’avais immédiatement repéré l’unique issue de la pièce à vivre dont les fenêtres avaient été soigneusement barricadées et j’analysai désormais l’ensemble des éléments du décor, repérant méthodiquement chaque objet susceptible d’être utilisé comme arme. Mon attitude trahissait à peine mon trouble, il n’y avait que ma main encore crispée autour de la crosse de mon pistolet pointé vers le sol. Je relevai mes yeux vers Luke lorsqu’il m’intima de m’assoir. J’étais en colère, en colère contre le ressentiment et la peur que je ne pouvais plus nier, en colère contre la fortune qui avait gâché le plus pur des liens.

Je n’avais aucune intention de partir, pourtant. Je bénissais les silhouettes décharnées qui rôdaient dans les bois autour de nous et qui sous leurs atours de prétextes parfaits rendaient ma décision bien plus aisée. Je pris doucement place sur le canapé-lit, la sensation du matelas sous mes muscles meurtris par tant de jours d’inconfort m’était presque douloureuse. Je pris une profonde inspiration et l’air qui s’infiltra dans ma trachée vint comme raviver l’étrange émotion mixte qui m’avait envahie quelques minutes plus tôt lorsque mon ancien collègue avait répondu à ma provocation. Peut-être bien. Mais je suis trop égoïste pour ça. Il y avait ce que je croyais lire à travers ses derniers mots, cette interprétation que je m’étais empressée d’enterrer avant de laisser à un quelconque émoi inapproprié l’opportunité de me soulever le coeur; et il y avait la réalité froide, implacable, indéniable. Il fut un temps où la perspective de m’éliminer lui avait paru acceptable. Mon regard nimbé d’une certaine tristesse vint s’échouer sur le sol. Ce n’était pas de la rancune qui coulait dans mes veines mais une culpabilité lancinante. J’avais été l’élément déclencheur, moi et mes fichus principes. McHale était un agent du gouvernement et j’avais commis un acte de haute trahison en temps de loi martiale. Je connaissais les règles du jeu lorsque j’avais accepté ce rendez-vous avec la journaliste, je savais que je risquais de le placer dans une situation particulièrement complexe. Je savais également que Pierce et Emerson sauraient distiller le doute dans les esprits de mes anciens collègues et me dépeindre aux yeux de tous comme une ennemie de la nation. Luke avait risqué sa vie en sauvant la mienne lorsqu’il m’avait fait monter dans ce train, qu’étais-je en droit d’attendre de plus ? Qui étais-je pour estimer qu’il aurait dû remettre en question sa loyauté au nom de quelques instants de connivence et d’un baiser irréel ? Je remis précautionneusement la sûreté de mon Glock 19 et le posai à côté de ma cuisse. Il aurait dû, pourtant.

J’ôtai lentement mon sac à dos pour le déposer au sol, dissimulant une grimace lorsque les lanières rentrèrent malencontreusement en contact avec mes blessures. Je relevai à nouveau les yeux vers Luke et sa trousse de secours, incapable de déterminer clairement ce que je ressentais à son égard ni ce qu’il m’était légitime et moralement acceptable d’éprouver pour lui. Je détachai machinalement mes cheveux emmêlés, trempés par la pluie et maculés de quelques caillots de sang à la naissance de mon front où cette maudite souche avait laissé sa marque. « Je ne suis pas ton ennemie, Luke. » Je jouai nerveusement avec mon élastique pendant quelques instants. « Je ne sais pas ce que Pierce t’a raconté mais je n’ai jamais voulu porter préjudice à qui que ce soit. Je n’ai jamais voulu trahir mon pays. J’ai… j’ai fait ce que je croyais juste. » Mon discours était saturé d’égocentrisme. Je voyais clair dans mon propre jeu. Expier la couche de culpabilité pour libérer le reste. J’oubliais presque qu’il n'y avait pas une seule âme dans l’obscurité de cette pièce à qui les rouages de mon psychisme étaient étrangers.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Hugh Dancy
▴ inscrit le : 24/02/2017
▴ messages : 855
▴ multi-comptes : Samuel, le horseman & Ash, le gourou
▴ points : 1452
MessageSujet: Re: (int. 2 + luke) ▬ remember how it used to be, when the stars would fill the sky    Dim 26 Nov - 19:00



REMEMBER HOW WE USED TO FEEL,
THOSE NIGHTS WOULD NEVER END
D'abord, il y a eu le soulagement, le réconfort. Thalia était toujours en vie. Il a eu ce sentiment d'apaisement quand son regard a croisé le tien. Elle avait survécu malgré le destin qui pousse toujours plus près de la mort. Sans vraiment savoir pourquoi, le besoin de mettre la jeune femme en sécurité devient ta priorité. Seulement, tu es incapable de l'exprimer. Tu te caches derrière un masque qui ne te quitte plus beaucoup. Comme si la balle tirée pour tuer celui qui était ton collègue a achevé ta propre personnalité par a même occasion. Alors tu réponds à sa provocation par une phrase du même genre. Tu aurais du la tuer. Il y a quelques mois, tu pensais pouvoir le faire. Quel était ton choix ? Cela semblait la meilleure solution avant que tu croises les yeux plein d'incompréhension de celle qui avait su toucher ton cœur. Tu laisses la course s'emparer de ton attention pour ne pas laisser cet océan d'émotion guider tes gestes et tes mots.

Une fois à l'intérieur, tu agis comme le ferait un robot. Nettoyer, guérir, prendre la trousse de secours. Ce sont dorénavant des reflex de survies. Tu ouvres le couvercle en métal et regardes ce qui se trouve à l'intérieur. Thalia sait que tu n'as pas été entraîné pour intervenir médicalement. Quelques compresses, un bandage, du fil et une aiguille. Il n'y a plus grand chose, la plupart a été utilisé durant les derniers mois. Un long soupire s'échappe de tes lèvres alors que tes doigts attrapent le bandage et une bouteille d'eau. "Je n'ai rien pour désinfecter. On va juste espérer que l'eau pourra nettoyer le principal". Tu appuies le goulot de la bouteille contre le morceau de tissu propre avant de le poser sur la blessure au front de la jeune femme. "Ne me parle pas comme si j'étais aussi idiot que tout les autres. Je pense te connaître suffisamment pour comprendre tes motivations." Au final, tu l'avais même aidé à s'échapper alors que ton devoir était de la ramener à Pierce. "Je ne te demande pas d'agir comme nous le faisions il y a plusieurs années. Mais ne prétends pas avoir oublié ce qu'on était." Bien que tu ne saches pas vraiment ce que vous étiez. Il y a une fine barrière entre l'amitié et l'amour, mais le goût de ses lèvres n'a jamais vraiment quitté ton esprit. " Je te connais, et je sais que ce discours a été servi à d'autres avant moi". Tes gestes se font plus doux soudainement, comme si l'idée de lui faire encore plus de mal t'effrayait. Le sang disparaît au premier passage du tissue, laissant tes doigts glisser sur le front de la brune. En fronçant les sourcils, tu étudies la plaie. "Ca n'a pas l'air bien profond, pas besoin de recoudre". C'est mécanique, tes mots sont ponctuées d'un détachement visible. Tu soupires en voyant l'état de ses vêtements. Elle doit être dehors depuis plusieurs jours. "Il y a une bassine là bas" Tu montres du doigt l'objet au fond de la pièce. "Tu devrais te laver. Ca sert à rien de faire des bandages dans cet état". En vivant seul dans cet endroit, la question de l'intimité ne te pose généralement pas de problème. "Je vais attendre dehors. C'est plutôt calme de toute manière"

code by bat'phanie

_________________
+ the fairytale got twisted and decayed +
▴  Being stuck in a world where you don't belong, half awake, half asleep. Is There a Worse Nightmare Than Waking Up Into REALITY?▴
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : evangeline lilly
▴ inscrit le : 23/02/2017
▴ messages : 1072
▴ multi-comptes : Ivy Albrizio
▴ points : 3003
▴ sac : ▬ un stylo ▬ un carnet ▬ mon glock 19 ▬ mon couteau de combat ▬une bouteille d'eau ▬ une trousse de premiers secours ▬ un pot de beurre de cacahuètes entamé ▬ un talisman ayant appartenu à ma grand-mère ▬ une lampe de poche ▬ un couteau-suisse ▬ une polaire ▬ un foulard ▬
MessageSujet: Re: (int. 2 + luke) ▬ remember how it used to be, when the stars would fill the sky    Mer 29 Nov - 0:35



REMEMBER HOW WE USED TO FEEL,
 THOSE NIGHTS WOULD NEVER END

luke & thalia / kisatchie national forest



Si j’avais plus tôt fait l’expérience troublante de la déréalisation, j’étais désormais parfaitement ancrée dans le tangible. Je sentais ma poitrine se soulever et mes poumons se remplir d’air. Doucement, amplement, de manière presque saccadée. Un étau semblait oppresser mon thorax contre lequel s’emportait mon coeur. Mes doigts glissèrent le long de mes cuisses jusqu’à l’angle de l’assise du canapé dont ils empruntèrent la pente abrupte avant de s’enfoncer nerveusement dans le matelas. J’avais relevé les yeux vers Luke, à l'affût d’une quelconque réaction. Cependant, alors que son visage s’approchait du mien, mon regard s’était déjà perdu sur les contours de ses traits, redécouvrant les détails que ma mémoire avait oubliés et discernant les stigmates que le temps avait laissés. Je sentis mes paupières tressaillir et mon front se plisser lorsque le tissu humide vint au contact de ma plaie. Je dissimulai une grimace, j’avais toujours été trop sensible à la douleur. Celle du corps, celle de l’âme. J’eus l’occasion d’en éprouver simultanément les deux versants lorsque Luke réagit enfin à ma dernière prise de parole. Il avait raison, il y avait quelque chose d’insultant dans la stratégie que j’avais jugé opportun d’adopter, je l’avais su avant même de laisser le premier mot franchir le seuil de mes lèvres. Luke n’était pas dupe et je sentais son regard empreint d’une certaine forme de jugement me transpercer. La culpabilité dont je tentais de me débarrasser fut violemment ravivée par le venin des remords qui me retournèrent brutalement l’estomac, contrastant avec le doux voile de la nostalgie dont l’ombre s’apprêtait à recouvrir mes songes. Une sensation familière me traversa furtivement, comme un spectre échappé de mes souvenirs. Je me rappelai alors l’espace d’un instant ce que cela faisait de se sentir complète, apaisée et brûlante à la fois, vulnérable de la plus belle des manières, en harmonie parfaite avec soi-même et le monde, comme si le temps n’existait pas, comme si l’on frôlait une espèce d’absolu. Je n’avais qu’à effleurer sa peau pour en faire l’expérience, autrefois. Autrefois. L’impression disparut, laissant dans son sillage une sensation amère de gâchis et d’absurdité. « J’aurais parfois aimé oublier. » Il n’y avait pas de rancoeur audible dans ma voix. J’esquissai un sourire habillé de tristesse et d’une certaine forme de résignation.

Je restai silencieuse tandis que McHale se concentrait sur mes plaies. Lorsqu’il me proposa de me laver, je lui répondis d’un bref hochement de tête et le regardai quitter la pièce. Je restai immobile quelques instants puis attrapai mon arme que je remis à ma ceinture avant de me diriger vers la bassine. Je m’agenouillai sur le sol et mes doigts vinrent doucement en parcourir les contours. J’enlevai ensuite mon débardeur dont le tissu souillé par diverses matières organiques adhérait à ma peau. Je  replaçai la bretelle de mon soutien-gorge et repoussai mes cheveux derrière mes épaules. Je commençai par me rincer le visage et la nuque puis immergeai mes bras dans l’eau qui prit aussitôt la couleur du sang. Le mien, celui de mes ennemis, celui des êtres plus ou moins chers que j’avais perdus ces derniers jours, aux mains des Horsemen et aux crocs des morts. J’inspirai et expirai profondément, tentant vainement de chasser les images d’horreur qui s’imposaient à mon esprit et de calmer les tremblements dont mon corps avait été saisi. Je plongeai mon haut dans l’eau et le frottai avec une brutale frénésie contre mes avant-bras afin d’en détacher les caillots, la crasse, les morceaux de peau et les autres substances indéterminées. Je m’interrompis soudain, submergée par l’émotion. Mon esprit était incapable de formuler la moindre pensée, totalement saturé par la violence et l’intensité des événements que je venais de subir. Je sortis soudain de mon apnée et chassai d’un revers de la main les larmes qui étaient venues s’échouer sur mes pommettes. Je me levai tel un automate, traversai hâtivement la pièce principale et ouvris avec précipitation la porte d’entrée. Je fis quelques pas plus discrets à l’extérieur, transie par la fraîcheur matinale et m’arrêtai face à Luke, maintenant néanmoins une certaine distance. Mon visage était blême et ma respiration presque suffocante. « Pourquoi, Luke ? » L'interpellation était sortie avec une impulsivité instinctive, animale, prenant pour messagère ma voix éraillée qui avait eu peine à se frayer un chemin hors de ma gorge nouée. Mon souffle s'était suspendu et je sentais déjà mes yeux s’embuer à nouveau. Mes mains s’étaient rejointes à la base de mon sternum, elles pressaient avec fébrilité mon débardeur trempé, roulé en boule contre moi. Le long de ma peau coulaient quelques filets d’eau rougeâtre. Mon esprit torturé avait beau mettre au point les subterfuges les plus sophistiqués pour éluder le sujet, j’avais viscéralement besoin d’une réponse. Ici et maintenant. Mensonge ou vérité, je n’en avais que faire.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Hugh Dancy
▴ inscrit le : 24/02/2017
▴ messages : 855
▴ multi-comptes : Samuel, le horseman & Ash, le gourou
▴ points : 1452
MessageSujet: Re: (int. 2 + luke) ▬ remember how it used to be, when the stars would fill the sky    Lun 12 Fév - 14:45



REMEMBER HOW WE USED TO FEEL,
THOSE NIGHTS WOULD NEVER END
Il y a quelque chose de troublant, mais surtout de relaxant dans cette nouvelle situation. Te retrouver dans la même pièce que Thalia après tant de mois à avoir traqué sa trace tel un chien de chasse, ce n’est pas ce que tu avais prévu. Tu ne sais même pas si tu avais vraiment l’intention de tuer celle qui a su toucher ton cœur, tu n’as pas réfléchi à la question quand l’ordre a été donné. Passer en mode automatique, suivre les traces et les éléments pour te mener à une potentielle proie. C’est animal comme instinct, quelque chose que beaucoup ont perdus dans l’évolution. Les grandes villes, les panneaux et les règles de vie en société ont réussis à altérer les reflex primitifs de l’être humain. Mais voilà que la société tombe pour que le naturel revienne au galop. Et il n’a pas fallut beaucoup de temps pour que tu croises la route de la jeune Davenport. Une chose qui aurait pu – et du – lui coûter la vie si tu n’avais pas devié le canon de ton arme au dernier moment. Une simple seconde qui aurait pu tout changer. Où serais-tu si la mission avait été mené à bien ? De retour avec Pierce ? Une mort sur la conscience et des images qui ne pourraient jamais s’effacer de ta mémoire ? Tu as assez de culpabilité pour en rajouter inutilement. Un choix logique, naturel : Thalia était en face de toi, ta sœur à des centaine de kilomètres. Peut-être déjà sous terre, peut-être à errer avec les autres bêtes dont vous vous cachez. Des raisons que tu te répètes encore et toujours ; probablement pour te convaincre que tu as fais le bon choix. Il y a toujours ce doute persistant, mais ça aussi tu devras vivre avec.

« J’aurais parfois aimé oublier ». Un sourire en coin que tu tentes de cacher en baissant la tête pour attraper le matériel nécessaire. Il y a des choses qui ne s’éclipsent pas, des sensations qui restent à vie. Tu es certain que les gens se croisent pour des raisons particulières, tu es de ceux qui croient au karma et au destin. C’est étrange pour un agent de terrain, pour un homme qui passe son temps à analyser les situations. Tu aimes laisser cette petite place au hasard, à la vie. Certaines choses ne sont pas faîtes pour être oubliées. Elles nous construisent, font partit de nous ». Tu te relèves en lui proposant de se laver. Elle en a besoin vu l’état de ses vêtements. Alors par respect et pudeur tu sors de la pièce ; t’assoie devant la porte en t’appuyant contre le mur humide de la bâtisse. Pas un bruit vient déranger le court de tes pensées. Même Darwin, ton fidèle compagnon semble comprendre l’importance du moment.

Et puis il y a cette porte qui s’ouvre, ces pas qui s’approchent sans faire trop de bruit. Ton regard se détourne pour réaliser les larmes coulant sur les joues de ton ancienne collègue. Son vêtement roulé contre elle comme une couverture précaire contre le froid hivernal. Les blessures décorant son corps dévoilant la triste réalité de la survie te font doucement soupirer. Pourquoi quoi ? Encore une fois tu analyse cette phrase sans en comprendre le sens exact. Tu es perdu, probablement autant qu’elle. La seule différence, c’est que tu sais mieux le cacher. Tu as appris à entretenir cette carapace depuis des années, depuis que tu es adolescent. Rien ne semble te toucher alors qu’à l’intérieur de toi tout est chamboulé, remué, mit en question. Tu ouvres la porte pour retourner à l’intérieur. « Viens, tu vas tomber malade ». Tu l’as laisse décider si elle veut te suivre ou non. Pour dire la vérité, tu as besoin de décoller ton regard du sien pour ne pas perdre pieds. Garder une certaine crédibilité. « Pourquoi je n’ai pas tiré ? » Ou plutôt tiré sur la mauvaise personne selon tes ordres. Un haussement d’épaule en guise de réponse, et pourtant tu prends la parole. « Je n’ai pas de réponse. J’ai pas réfléchis. Sur le moment…J’ai réalisé » Peut-être qu’au fond tu ne pensais pas être assez bon pour la retrouver. Tu as réfuté l’idée que tu devrais appuyer sur la gâchette une fois chose faite. « Cette mission ne faisait plus autant de sens que je le pensais ». Tu te laisses tomber sur le sofa avant de continuer. «  Et si tu veux savoir pourquoi j’ai accepté la mission en premier lieu… Je n’ai pas vraiment eu le choix. Pierce peut être convainquant quand il le veut » Tu te passes la main sur le visage, voulant effacer tes traits fatigués par la même occasion. « Mais pourquoi tenter de garder en vie des personnes à des centaines de kilomètres quand on est incapable de sauver ceux en face de soi hein ? »

code by bat'phanie

_________________
+ the fairytale got twisted and decayed +
▴  Being stuck in a world where you don't belong, half awake, half asleep. Is There a Worse Nightmare Than Waking Up Into REALITY?▴
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : evangeline lilly
▴ inscrit le : 23/02/2017
▴ messages : 1072
▴ multi-comptes : Ivy Albrizio
▴ points : 3003
▴ sac : ▬ un stylo ▬ un carnet ▬ mon glock 19 ▬ mon couteau de combat ▬une bouteille d'eau ▬ une trousse de premiers secours ▬ un pot de beurre de cacahuètes entamé ▬ un talisman ayant appartenu à ma grand-mère ▬ une lampe de poche ▬ un couteau-suisse ▬ une polaire ▬ un foulard ▬
MessageSujet: Re: (int. 2 + luke) ▬ remember how it used to be, when the stars would fill the sky    Lun 26 Mar - 19:40



REMEMBER HOW WE USED TO FEEL,
 THOSE NIGHTS WOULD NEVER END

luke & thalia / kisatchie national forest



Le silence lestait de tout son poids le fil du temps et de l’espace entre nous si bien que je me demandais s’il n’allait pas rompre. La tension me semblait telle que l’univers aurait très bien pu exploser. Le reflet que me renvoyait le regard de mon ancien collègue me déplaisait beaucoup, il me révoltait presque. J’en aurais bien brisé le miroir s’il ne s’était agi de ses yeux. Ses yeux, que j’osais à peine toucher des miens pour ne pas qu’ils me happent. Mon corps témoignait du réveil du surmoi et l’émotion crue laissait place à la honte, son goût amer dans la bouche, la nausée qui soulève l’estomac et l’oppression sur le coeur. Le désir de disparaître également, de se désintégrer dans l’atmosphère. Je suivis Luke à l’intérieur de la maison puis me jetai sur mon sac afin de regagner un semblant de contenance. J’en sortis un pull troué que j’enfilai sur ma peau humide puis étendis mon haut encore trempé sur une chaise. Je paraissais m’affairer mais ne faisais en réalité que fixer d’un regard vide les gouttes d’eau trouble qui commençaient à perler de l’ourlet du vêtement jusqu’au sol tandis que Hale s’efforçait de répondre à ma question. J’avais l’intuition qu’il me serait trop douloureux de l’écouter tout en maintenant un contact visuel avec lui. J’étais éraflée. La faim, la soif, l’échec, les horsemen, la douleur, la perte de mes compagnons d’infortune et la certitude d’une mort imminente qui s’était vue dissoute en une fraction de seconde avaient mis mon âme à vif, mes barrières psychiques étaient chancelantes, perméables. J’étais vulnérable et le seul timbre de sa voix me faisait l’effet d’une lame affutée. Comme toujours. Je le sentais vibrer en moi, sous la surface et faire résonner l’intime, l’authentique, le masqué. L’essence que je dissimulais parfois à ma propre conscience. Alors non, je n’aurais pu tolérer de laisser son regard m’assaillir.

Le sens, le contenu de ses mots me laissait un goût d’inachevé, d’insatisfaction prévisible. Je savais par avance qu’aucune des paroles susceptibles de franchir le seuil de ses lèvres ne serait en mesure de me satisfaire. Ce que j’attendais, ce que je désirais était d’un autre ordre. J’en avais l’intuition au travers des bribes émanant de mon inconscient mais j’étais incapable d’en définir la nature précise. Une forme de peur primitive et viscérale semblait m’envahir dès que je tentais d’explorer intellectuellement ou empiriquement ce que cet homme provoquait en moi. Cette peur ne datait pas d’hier, elle semblait avoir émergé de la même matrice que la sensation extatique qui m’avait transie lorsque nous nous étions embrassés, dans une autre vie. C’était elle qui avait alors pris le contrôle de mon enveloppe charnelle pour me faire fuir loin de cette insoutenable intensité, loin d’une promesse qui était depuis restée en suspend. Ma seconde réaction fut un égoïste soulagement. Luke m’avait confirmé que sa funeste mission avait été exécutée sous la contrainte, cela sous-entendait qu’il avait initialement refusé d’obéir aux ordres et qu’il s’était battu pour moi. Cette donnée me permettait de rendre la persistance de mon affection à son égard tolérable. Ce bref sentiment fut immédiatement supplanté par une violente vague de culpabilité. Je n’osais imaginer les tourments que la hiérarchie avait dû lui faire subir. J’étais soudain prête à lui donner ma vie, non pas parce qu’il s’agissait de Luke mais car je n’étais jamais parvenue à considérer qu’elle avait une grande valeur en soi, indépendamment de mes actions et de leur impact sur le monde. Si le simple fait de vivre mettait en péril le sort d’autres personnes et plongeait dans un atroce dilemme moral cet homme que j’estimais tant, il était rationnel au nom de ma propre logique que je plaide pour ma condamnation. Cette mission maudite n’avait d’existence que par la mienne, par mes choix du passé et par celui que je faisais en continuant de respirer.

Je retournai m’assoir sur le sofa, à côté de Luke. Je relevai mes yeux vers les siens avec une extrême lenteur, comme si la profonde tristesse dont ils étaient emplis les lestaient tel du plomb. Il aurait dû ne pas tirer et laisser Wayne me tuer. Il aurait dû ne pas tirer et quand bien même, il se serait alors vu chargé pour toujours du fardeau de ma mort. J’avais le sentiment de l’avoir malgré moi damné pour l’éternité. Je replaçai une mèche de cheveux derrière mon oreille. « Je ne sais pas quoi te dire. » Mes émotions, mes songes s’entremêlaient. Tout était si compliqué, si irréel. J’aurais aimé que nous soyons soudain frappés d’amnésie, que notre lien d’autrefois puisse se tisser à nouveau et retrouver la pureté qui le caractérisait avant qu’il ne soit entaché par le venin noir des heures sombres. J’avais envie de prendre sa main dans la mienne afin de voir si son contact finirait par provoquer en moi une forme de répulsion. Il avait eu l'intention de me tuer et peut-être cette perspective parcourait-elle encore son esprit mais il me semblait que j’étais incapable de le haïr. Luke m’avait blessée, non pas parce qu’il m’avait trahie - j’aurais tout au plus pu lui en vouloir d’avoir trahi mes idéaux - mais parce que j’avais vécu le fait d’être réduite au statut de proie à abattre comme un ultime rejet, comme une confirmation de mon absence de valeur intrinsèque. C’était en quelque sorte le contraire d’une trahison. Cette piste était trop douloureuse à explorer, je préférais rester dans le registre de la culpabilité. « J’ai envie de te dire que c’est de ma faute, que tout est de ma faute et que je suis désolée. » J’aurais pu nous épargner bien des souffrances si j’avais accepté de tolérer l’injustice quelques jours de plus. Peut-être que, soudain frappés par le caractère éphémère de la vie, nous aurions filé tous les deux sous le crépuscule flamboyant de l’apocalypse pour vivre une idylle romanesque entre deux combats épiques contre l’armée des morts. « J’ai envie de te dire que si j’avais su… » Je ne tardai pas à esquisser un sourire. Il connaissait l’ardeur de la flamme qui brûlait en moi. Il connaissait la mesure de ce que j’étais prête à sacrifier pour mes idéaux. La seule chose qui m’avait empêché dans mes réflexions quelques instants plus tôt de conclure au caractère bénéfique de ma mort, c’était le rôle clé que je jouais dans le combat contre la tyrannie qui m’attendait à Lafayette. « … mais ce serait un mensonge. Tu le sais. » Cet état de fait rendait mes précédentes excuses aussi irritantes que nécessaires. Quoi qu’il en soit, il ne les dénuait pas des sincères regrets qui les caractérisaient. Je me tournais davantage vers Luke. « Merci de m’avoir sauvé la vie. Encore. Peut-être que tu devrais arrêter. » J’étais injuste. Je n’avais pas le droit de remettre en cause la légitimité de ce pour quoi il avait tant risqué. Je ne savais pas quoi lui dire mais je parlais trop et mes mots étaient aussi confus que mes pensées, si ce n’est davantage. Je masquai mon embarras derrière un énième sourire puis laissai quelques éternelles secondes s’égrener. « Je suis heureuse que tu sois en vie, Luke. » Et sur ce point, il n’y avait aucun doute.  




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (int. 2 + luke) ▬ remember how it used to be, when the stars would fill the sky    

Revenir en haut Aller en bas
 

(int. 2 + luke) ▬ remember how it used to be, when the stars would fill the sky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
hearts still beating :: Somewhere only we know. :: far far away-
Sauter vers: