AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (demetrius/ash/ivy) and i see fire, hollowing souls

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : Rose McGowan
▴ inscrit le : 02/04/2017
▴ messages : 206
▴ multi-comptes : Thalia Davenport
▴ points : 1667
▴ sac : sa dague fétiche réservée à trancher les chairs humaines ▬ un vulgaire couteau de chasse pour les rôdeurs ▬ une bouteille d'eau ▬ une flasque de gin ▬ quelques barres de céréales ▬ une lampe de poche ▬ un revolver ▬ sa death list ▬ un feutre noir ▬ quelques vêtements ▬ une trousse de premiers secours ▬ la montre de son premier amour
MessageSujet: (demetrius/ash/ivy) and i see fire, hollowing souls   Ven 28 Juil - 19:15



AND I SEE FIRE, HOLLOWING SOULS
DEMETRIUS & IVY




Les flammes ardentes qui s’élevaient vers le ciel d’ébène se reflétaient dans les yeux sombres de la sicilienne. C’était Ruston qui brûlait au loin et et la jeune femme se surprenait à ne ressentir qu’un paisible soulagement. Surplombant la ville du haut de cette colline où elle avait fait halte, elle laissait avec une certaine satisfaction le feu ravager le camp, comme s’il avait le pouvoir d’effacer par la même de son esprit ses souvenirs et leur empreinte. Une part de son être était séduite par l’idée de voir les traces tangibles des bouleversements qui l’avaient dernièrement secouée réduites en poussière avec les cendres fumantes de ce camp maudit qui en fut le théâtre. Les jeux d’influence, les jeux d’esprit, le poids du pouvoir, tout cela lui demandait une énergie conséquente. Et il y avait son coeur convalescent dont l’enveloppe de glace s’était ébréchée. Elle était épuisée, épuisée et lasse. Il lui serait si simple d’enfourcher sa bécane et de filer vers cette vie lisse que seule la solitude pourrait lui accorder. Elle ne pouvait s’y résoudre, pourtant. Elle était prisonnière du maudit et malsain attachement qu’elle avait laissé s’infiltrer dans son âme et ses lourdes chaînes la retenaient, l’empêchant de s’éloigner du coeur du brasier. Ce fut donc vers Ruston qu’elle mit le cap lors qu'elle fit vrombir son puissant engin.

Ivy vit une pluie de cendres s’abattre devant ses yeux lorsqu’elle s’approcha des vestiges de l’arène. Les flammes semblaient contenues, comme si elles n’avait de tropisme que pour ce lieu d’infamie. La bouche de l’enfer n’avait jamais aussi bien porté son nom. L’énergie mortifère régnant dans cette maison avait fini par la consumer. L’ordre avait été rétabli. Dans les rues, l’effervescence était palpable. Quelques silhouettes s’activaient, seaux à la main. Quelques cris de stupeur fusaient dans les airs. Soudain, alors qu’elle s’éloignait de l’arène pour rejoindre le parking, une main agrippa sa veste en cuir noir. Manquant d’être déséquilibrée, Ivy freina et posa brusquement le pied au sol.  « Ils sont ici ! Les morts sont ici ! » La sicilienne fixa dans les yeux la jeune fille aux cheveux blonds qui venait d’interrompre sa route. La moitié de son visage avait été arraché par, de toute évidence, les crocs acérés d’un rôdeur affamé. La brune descendit de sa moto qu’elle stabilisa sur sa béquille puis prit la gamine dans ses bras. Quelques secondes plus tard, sa lame vint se planter à la base de son crâne. Sans un bruit, l’adolescente s’effondra au sol. Ivy jeta un dernier regard sur son corps puis interpella un type qui errait hagard au beau milieu de la rue.  « Va chercher Sam et Alienor. Il faut nettoyer le camp. » La sicilienne remonta ensuite sur son véhicule et reprit sa route à travers la nuit.

Ivy ne pensait qu’à lui. Ash. Elle ressentait le besoin incontrôlable de poser ses yeux sur son visage animé par la vie, de voir son thorax se soulever, d’entendre sa voix lui lancer une réplique méprisante. Sur son chemin, elle compta trois silhouettes décharnées. Elle s’arrêta enfin devant la maison de l’homme. Elle cala sa bécane contre le mur de la propriété d’en face. Alors qu’elle se dirigeait vers le palier, elle distingua une ombre derrière les volets. La sicilienne fronça les sourcils puis vint frapper à la porte avec vigueur et énergie.  « ASH ! ... ASH, C’EST IVY ! OUVRE, JE SAIS QUE T’ES LA ! » Elle lâcha un juron devant l’absence de réponse. Peut-être que les morts étaient venus le trouver. Il fallait qu’elle rentre. Elle dégaina son revolver et percuta à nouveau le panneau boisé de son poing.  « ELOIGNE-TOI DE LA PORTE. » Ivy fit quelques pas en arrière puis tira dans la serrure. Elle mit ensuite un coup de pied dans la porte qui s’ouvrit sans résistance, dévoilant à ses yeux le hall d’entrée plongé dans la pénombre. La jeune femme pénétra dans la maison, arme braquée devant elle. Elle progressa avec précaution jusqu’au salon, les lieux étaient plongés dans un silence pesant. Elle l’avait vue, pourtant, cette ombre. Ivy frappa le mur de plusieurs coups. Si un rôdeur se cachait ici, mieux valait qu’elle l’attire jusqu’à elle plutôt qu’il ne la surprenne dans un recoin étroit. Un songe angoissant la traversa alors. Elle qui n’avait pas pu trancher la gorge d’Ash serait-elle capable de pulvériser le crâne de son alter ego d’outre-tombe ?






Dernière édition par Ivy Albrizio le Jeu 26 Oct - 0:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Cillian Murphy
▴ inscrit le : 26/03/2017
▴ messages : 386
▴ multi-comptes : Aliénor & Levia
▴ points : 3112
MessageSujet: Re: (demetrius/ash/ivy) and i see fire, hollowing souls   Dim 30 Juil - 18:01

Demetrius se remettait lentement mais sûrement des mauvais traitements. Après trois jours, il avait arrêté de trembler à chaque cri, bruit dehors. Il avait retrouvé Ash : il devrait être heureux. Mais il n’arrivait pas à se réjouir de ces retrouvailles. Sasha était morte par sa faute. Il aurait dût rester à Lafayette, les quitter avaient été une grossière erreur. Comment avait-il pût croire la protéger contre ces monstres ? Quelque chose s’était éteint en lui. Cela était la seconde fois qu’il perdait un enfant. Une fois de plus. Une fois de trop. Ash semblait être comme un coq en pâte dans ce camp de dégénéré. Demetrius l’avait regardé plusieurs fois par la fenêtre quand il a été en mesure de se hisser sur ses deux jambes. Il l’avait notamment vu parler avec une jeune femme à la chevelure ébène. Il n’était pas jaloux. Il n’avait pas la force de l’être. Le médecin devait retrouver son goût pour la vie. Ce n’était certainement pas entouré des assassins de sa fille qu’il pourrait trouver un quelconque repos. Il avait envie de tous les tuer. Et peut-être qu’à ce moment-là, il trouverait une forme de paix. Il proposerait à Ash de partir loin d’ici et voir ce qu’il y avait dans les autres états. Il voulait s’éloigner de cet endroit, de cette maison qui donnait une vue directe sur l’arène qui avait condamné sa fille. Demetrius ne savait réellement pas comment faisait son compagnon pour continuer de vivre parmi eux. Il aurait préféré crever que de faire copain-copain avec ces chiens. Il serait mentir de dire que le docteur n’était pas déçu… Il semblait avoir assez de liberté pour partir : alors pourquoi ne l’avait-il pas fait ?
D’une nature déjà mélancolique et pour un homme qui se pose des questions en permanence : sa place au milieu de ces enfants de catin ; la position d’Ash ; la mort de sa fille ne faisait qu’aggraver son cas. Il ne guérissait pas pour une raison : Demetrius ne savait pas s’il avait envie de vivre. Il le savait. Son esprit entravait son rétablissement mais il n’était pas prêt à accepter de croquer la vie à pleine dents. Il prétendait pour son compagnon, pour pas que ce dernier s’inquiète mais si cela ne tenait qu’à lui : il se couperait l’artère fémorale plutôt que de rester en vie.

Des cris perturbèrent son sommeil. Demetrius se réveilla en sursaut et bondit sur ses deux jambes pour s’approcher avec empressement de la fenêtre : l’arène était un vrai brasier et ces enfoirés de Horsemen semblaient paniquer. Un sourire diabolique et sadique fendait son visage. Bon sang qu’il était heureux ! Et pourtant : un doute infernal l’assaillit : et si Ash était dedans ? Son cœur s’arrête et il regarde autour de lui une solution. Il ne pouvait pas sortir… Mais il le devait ! Au moins s’assurer que son compagnon n’était pas en danger. Car un dernier regard à l’extérieur l’informa que les rôdeurs étaient rentrés. Alors, il alla enfiler ses chaussures et se prépara à sortir. En bas des marches, la main sur la poignée : il entendit une voix féminine de l’autre côté de la porte suivit de puissants tambourinements. Il se recula et sortit la dague que lui avait donnée Ash et dont l’étui pendant à sa ceinture. Dans l’ombre, il se cacha.
La personne pénétra sans plus de cérémonie dans la maison. Demetrius coupa sa respiration : il avait réussi à échapper aux militaires et aux attaquants de Lafayette : ce n’était pas une femme qui allait lui faire peur. Car il était capable de reconnaître les courbes féminines même dans la pénombre. Le sexe faible de la race humaine avait soigneusement été étudié : tout comme celui des hommes. Des études anatomiques qui lui auraient donné un formidable avantage si le monde n’était pas tombé dans le chaos.

Demetrius décida de s’approcher, il posa avec soins des pieds pour ne pas faire craquer les lattes du parquet et se glissa derrière la femme :

« Qu’est-ce que tu lui veux à Ash ?! » Grogne-t-il. « Il est où ?! Vous en avez fait quoi ?! » Ses questions sont brèves. Courtes et précises. Sa lame contre la fine gorge de la Horsemen : il n’hésiterait pas à répandre son sang sur le sol. « Je ne l’ai pas vu de la journée. Alors parle. » Il était encore faible, mais il tentait de ne pas le montrer.

_________________
you better run

☠️ we don't need a bigger knife


We're killing strangers, so we don't kill the ones that we love. We pack demolition, we can't pack emotion. You better run because we got guns. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : Rose McGowan
▴ inscrit le : 02/04/2017
▴ messages : 206
▴ multi-comptes : Thalia Davenport
▴ points : 1667
▴ sac : sa dague fétiche réservée à trancher les chairs humaines ▬ un vulgaire couteau de chasse pour les rôdeurs ▬ une bouteille d'eau ▬ une flasque de gin ▬ quelques barres de céréales ▬ une lampe de poche ▬ un revolver ▬ sa death list ▬ un feutre noir ▬ quelques vêtements ▬ une trousse de premiers secours ▬ la montre de son premier amour
MessageSujet: Re: (demetrius/ash/ivy) and i see fire, hollowing souls   Dim 30 Juil - 22:04



AND I SEE FIRE, HOLLOWING SOULS
DEMETRIUS & IVY




Captive de ses pensées, la sicilienne tarda à remarquer la silhouette qui se glissait derrière elle.  Dans le reflet du vieux miroir à moitié recouvert qui semblait avoir été oublié dans un coin de la pièce, elle vit un homme dégainer sa dague. Elle aurait objectivement eu le temps de réagir mais elle était restée figée, curieuse de voir ce qui allait advenir. S’autoriser à perdre le contrôle était la seule fantaisie qu’elle pouvait se permettre ces derniers temps. Elle ne put s’empêcher de sourire lorsqu’elle sentit la froideur d’une lame contre son cou. Un part d’elle savourait ces brefs instants où elle sentait l’adrénaline réveiller son corps anesthésié. Ce n’était pas l’effroi qui manquait de faire naître en elle un frisson, c’était l’excitation. La roulette russe était le seul jeu digne de son intérêt. La sicilienne prit la parole d’une voix posée.  « Tu devrais viser ma carotide. C’est plus esthétique. » En matière de gorges tranchées, il n’y avait rien de pire que de sentir, que d’entendre le cartilage des voies aériennes supérieures se mettre en travers du chemin menant aux gros vaisseaux. Ivy releva le menton et tourna doucement la tête de quelques degrés jusqu’à ce que la lame ne soit plus en contact avec sa trachée mais avec son artère qui battait calmement à travers sa peau d’albâtre.  « Et ne sois pas timide, rapproche-toi un peu. Comment tu vas me retenir si je me mets à gigoter ? » La jeune femme recula un peu, plaquant son corps contre celui de l’individu.  « Voilà, c’est mieux. » Ivy prit une profonde inspiration. Elle sentait son rythme cardiaque s’accélérer et cela lui plaisait. Il n’y avait qu’en enlaçant intimement la mort qu’elle se sentait un tant soit peu vivante.

Le regard de la sicilienne se posa à nouveau sur le reflet de l’homme dans le miroir. Ce dernier ne lui était pas tout à fait inconnu. Cette voix, cette stature, ces traits l’incitaient à fouiller dans sa mémoire. Une scène précise s’imposa alors à son esprit et elle rejoua le baiser fougueux qu’elle avait surpris lorsqu’elle avait suivi Ash en forêt, quelques semaines auparavant. Etait-ce lui,  ce mystérieux amant dont l’évocation avait suffi à faire monter Ash sur ses grands chevaux ? Que faisait-il à Ruston ? S’agissait-il du fameux prisonnier qui s’était échappé quelques jours auparavant ? Il n’y aurait rien de moins surprenant. Après tout, le fuyard avait été capturé en même temps que la fameuse Sasha. Le couple formé par Ash et son amant l’avait intriguée dès le premier instant. Elle qui fuyait l’amour comme si elle y était allergique ne pouvait s’empêcher de ressentir une étrange fascination lorsqu’elle se trouvait malencontreusement contrainte d’assister à l’une de ses formes d’expression et ce baiser, diable, quelle forme d’expression faisait-il ! Le fait que l’un des protagonistes soit le sosie de son cher père ne faisait qu’accentuer son trouble. Sa curiosité aiguisée, Ivy décida de verser une infime goutte d’huile sur le feu.  « En ce qui concerne Oliver Queen, je ne pense pas être la mieux placée pour te dire où il est. Peut-être qu’il est sorti te préparer un dîner aux chandelles. » La sicilienne avait hâte d’observer la réaction de son interlocuteur. La sérénité déconcertante dont elle faisait preuve lui autorisait ce genre d’insolence. L’homme avait beau être en position de la vider de son sang comme si elle était un vulgaire porc à l’abattoir, elle avait l’intime conviction que ce n’était pas ainsi que se terminerait son existence. Elle était une mauvaise herbe après tout. En un sens, elle était heureuse de se retrouver transitoirement en position de dominée. Si les rôles avaient été inversés, elle aurait été contrainte de trouver rapidement une excellente raison pour ne pas l’envoyer immédiatement rejoindre l’armée des morts. Ce petit contre-temps lui laissait quelques minutes de réflexion supplémentaires. Peut-être pourrait-elle jouer la carte qu’elle avait abattue devant Ash lors de cette fameuse ballade en forêt. Une vie pour une vie.  






Dernière édition par Ivy Albrizio le Jeu 26 Oct - 0:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Cillian Murphy
▴ inscrit le : 26/03/2017
▴ messages : 386
▴ multi-comptes : Aliénor & Levia
▴ points : 3112
MessageSujet: Re: (demetrius/ash/ivy) and i see fire, hollowing souls   Dim 30 Juil - 23:11

Un sourire presque sadique se dessina sur son visage : « Ne t’en fais pas, je sais parfaitement où trancher pour que tu mettes plusieurs secondes avant d’expier ton dernier souffle et que tu souffres. » Il crache ces paroles comme si les mots brûlaient sa langue. Ils n’avaient eu aucune pitié pour Sasha, pour envoyer à la mort une adolescente : hors de questions qu’il épargne une de ces enfants de Satan ! Jamais !

L’avait-elle laissé s’approcher de la sorte ? Etait-ce un piège ? Est-ce que des Horsemen allaient débarquer ? Peut-être, mais Demetrius s’en moquait. Il avait une chance de venger Sasha et il ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin non ! Cela était trop beau pour être vrai. La jeune femme bougea pour bien positionner la lame, mais il n’en démordait pas. Il la laissa parler, replaça la lame là où elle était. « N’attends pas de moi une quelconque clémence. » Demetrius gardait son calme, il se méfiait par-dessus tout : des femmes mais surtout il les méprisait au plus haut point. Celalui permettait de ne pas se laisser impressionner par une paires d’airbags. Maintenant à quelques centimètres à peine de son oreille il glissa : « T’es bien une tarée comme ces enfoirés dehors ma pauvre. » Le doc utilisa son air dédaigneux et hautain. Il n’avait aucune raison de mettre en application les efforts réalisés à Lafayette. Ici, il n’y avait que des cibles, que des personnes à abattre. Le joli minois sous sa lame compris. Cette même femme avec qui Ash parlait presque tous les jours. Cette personne à l’identité inconnue et qui pourtant le mettait sur les nerfs. C’était physique probablement, le fait qu’elle soit une femme n’aidait certainement pas sa cause. Elle avait tout pour lui déplaire même s’il appréciait son arrogance et son sens du défi. En un sens, elle lui rappelait sa mère qui tenait tête aux poings de son époux : ce géniteur insupportable que Demetrius aurait aimé voir mourir.

Le compagnon d’Ash connaissait Oliver Queen et il ne mit pas de temps avant de comprendre de qui elle voulait parler. Il n’était pas né de la dernière pluie. Sa blague à deux dollars ne le fait pas sourire : au contraire. Il pressa un peu plus la lame jusqu’à la sentir trancher la peau légèrement. « Je ne savais pas qu’il y avait des clowns dans le clan des Horsemen et que des jolies garces comme toi les suçaient. Au moins tu me diras : cela vous permet d’être un tant soit peu drôle pour ne pas dire utile. » Demetrius ne se laissait pas abattre. Il n’avait rien à perdre. Ash semblait vouloir continuer de vivre ici, parmi eux. Soit. Lui n’avait pas envie et la vie ne lui semblait plus aussi attrayante sans Sasha.

Dehors, les cris continuaient d’arriver jusqu’à eux : entrecoupées de grognements rauques. Quand un rôdeur passa devant la maison : il s’arrêta et tourna lentement jusqu’à pouvoir les regarder. Demetrius força Ivy à se tourner pour faire face à la chose : la tenant toujours en joug avec sa dague sous sa gorge. « Où est Ash ?! » Il était prêt à la jeter en pâture à la chose qui s’avançait déjà vers eux. « Faire ta maline ne te sauvera pas. Ce n’est pas comme si tu le méritais de toute façon. » De la pitié, il n’en aurait jamais pour les Horsemen. « Est-ce qu’il était à l’arène ? »

_________________
you better run

☠️ we don't need a bigger knife


We're killing strangers, so we don't kill the ones that we love. We pack demolition, we can't pack emotion. You better run because we got guns. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Luke Evans
▴ inscrit le : 20/03/2017
▴ messages : 825
▴ multi-comptes : Samuel & Luke
▴ points : 2950
▴ sac : un poignard - une gourde d'eau - la gourmette de Demetrius au poignet - Tu as jeté la photo de ta fille pour que les Horsemen ne connaisse pas son existence
MessageSujet: Re: (demetrius/ash/ivy) and i see fire, hollowing souls   Mar 1 Aoû - 13:50

and i see fire, hollowing souls
Ivy & Demetrius &
Ash
C'est à l'aube que tu as quitté la chambre à couché, laissant Demetrius endormi dans les draps encore chaud. Une partie de toi voulait rester à ses côtés mais son regard presque vide te pèse de plus en plus. Il a cette lueur de déception quand il te regarde, tu sais qu'au fond il t'en veux d'être là, de ne pas avoir sauvé Sasha. Peut-être aurait-il préféré que tu meurs à la place de celle qui est rapidement devenue votre fille? Alors quand une excursion a été organisée la vieille pour ramener des vivres, tu t'es porté volontaire. Une excuse pour t'éloigner, pour ne pas avoir à affronter le médecin. Après un rapide baiser sur son front et un verre d'eau déposée sur la table basse, tu as pris ton sac avant de fermer la porte à double tour.  

Douce erreur. Alors que tu fouillais le premier étage d'une maison abandonnée, c'est un chien effrayé  qui est apparu de nul part. Tu étais loin d'être concentré, pensant à Demetrius et aux façon de retrouver sa confiance. Les crocs de l'animal se sont plantés dans ton avant bras avant de descendre les escaliers en trombe et quitter la maison. La douleur t'a fais serrer les dents mais ce n'est pas ce qui t'inquiète le plus. Si quelqu'un remarque cette morsure, les Horsemen te tueront sans te laisser le temps d'expliquer. Alors tu jures en cherchant une morceau de tissus ayant l'air le plus propre possible. Tu arraches un morceau de la nappe pour l'enrouler autour de ton avant bras et replace correctement ta manche pour cacher les dégâts. Bientôt le sang traversera le tissus, tu dois rentrer. "ASTHON!" La voix d'un Horsemen résonne et tu regardes par la fenêtre pour voir les flammes danser sur Ruston. Même à cette distance vous pouvez sentir la panique et c'est vers Demetrius que tes pensées vont. Il est trop faible pour se sortir d'une maison enflammée. Tu n'as même pas le temps d'atteindre le camion que tes deux partenaires ont déjà démarré le véhicule. Trois  rôdeurs s'avancent déjà vers vous, probablement attirés par les flammes et les cris. La porte refermée, Liam conduit jusqu'au camps en marmonnant entre ses dents pendant que tu te contentes de cacher ton bras contre toi en tentant d'ignorer la douleur grandissante.

Les flammes ne sont pas la plus grosse menace, les rodeurs sont entrés dans le camps. Alors tu slalomes entre les morts, contournant les rues les plus utilisées pour finalement entrer chez toi. Ton cœur s’accélère en voyant la porte entre-ouverte, tu es certain de l'avoir fermée ce matin. "Dem ?!" Tu entres dans la batisse et refermes la porte en t'appuyant dessus pour souffler. "Dem tu..." Les mots se bloquent dans ta gorge en voyant la scène devant toi. Ton premier reflex serait de lui dire de ne pas faire de mal à Ivy, mais ce ne serait qu'une raison supplémentaire pour faire glisser son couteau contre la peau de la Sicilienne. Tes yeux se posent rapidement sur la brune avant de se plonger dans les pupilles bleue de ton homme. "Si tu fais ça... Tu signes notre arrêt de mort. Elle est importante...ici". Tu t'avances doucement sans le lâcher des yeux. Vous êtes tous les deux exténués et ça se voit sur vos traits fatigués.Prenant place derrière lui,tu places une main dans le dos du brun pour tenter de le calmer alors que l'autre vient se poser sur sa dextre tenant le couteau. Tu ne réalises pas qu'avec ce geste, ta manche remonte légèrement dévoilant le tissus ensanglanté sur ton avant bras. La pression autour de la main du médecin se resserre "S'il te plaît Dem. Laisse nous une chance de survivre"

code by bat'phanie

_________________
This could be the end of everything.So why don't we go,somewhere only we know?
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : Rose McGowan
▴ inscrit le : 02/04/2017
▴ messages : 206
▴ multi-comptes : Thalia Davenport
▴ points : 1667
▴ sac : sa dague fétiche réservée à trancher les chairs humaines ▬ un vulgaire couteau de chasse pour les rôdeurs ▬ une bouteille d'eau ▬ une flasque de gin ▬ quelques barres de céréales ▬ une lampe de poche ▬ un revolver ▬ sa death list ▬ un feutre noir ▬ quelques vêtements ▬ une trousse de premiers secours ▬ la montre de son premier amour
MessageSujet: Re: (demetrius/ash/ivy) and i see fire, hollowing souls   Mer 2 Aoû - 1:31



AND I SEE FIRE, HOLLOWING SOULS
DEMETRIUS, ASH & IVY




La rage s’était emparée de l’inconnu et Ivy jubilait. Bien qu’elle ne puisse pas lire directement sa colère sur les traits de son visage, elle sentait sa fébrilité dans sa voix, dans ses gestes. Une violence crue émanait de tout son être. Elle avait touché la corde sensible, elle avait mis un coup de pied dans la dynamite. Son intention de la faire souffrir attisait ses inclinaisons les plus malsaines. La sicilienne avait toujours vécu pour et par la douleur. L'homme parlait son langage, le seul qu’elle maîtrisait à la perfection. Oui, elle était folle mais pas folle comme les autres. Elle était folle d’avoir oublié le goût de la peur, elle était folle d’espérer presque que sa dague vienne lui trancher la gorge car une telle mort serait belle, épique, à son image. Elle était folle de sourire lorsque la lame vint inciser son épiderme, laissant quelques gouttes de sang perler dans son décolleté. Elle était folle et ravie qu’il le le devine. S’il savait à quel point, et s’il savait comment, elle le sentirait sans doute frémir dans son dos. Ivy haussa les sourcils en réaction à la manière distinguée dont l’inconnu loua son humour. La jeune femme aurait espéré davantage de sophistication de la part de cet homme dont il lui était arrivé de fantasmer les caractéristiques. Il ne méritait qu’une réponse du même ordre.  « Si c’est vraiment comme ça que se transmet le sens de l’humour, je comprends mieux pourquoi ton copain est si hilarant. » La brune ne prit même pas la peine de nuancer les sarcasmes et l’ironie dans sa voix, distraite par l’image mentale qui s’imposa à son esprit et la contraint à survoler ce que l’homosexualité évoquait en elle. On lui avait enseigné, répété, ancré dans l’esprit qu’il s’agissait d’une abomination, d’un fléau, d’une émanation du Malin, au même titre que l’avortement ou le Death Metal. Or, loin de s’en éloigner, la sicilienne avait au contraire développé une certaine fascination pour ces soi-disant péchés mortels.

Lorsque l’homme la força à pivoter vers la fenêtre derrière laquelle s’agitait la silhouette décharnée d’un soldat de l’apocalypse, Ivy en profita pour jauger sa force en lui opposant une légère résistance. Il n’avait vraisemblablement pas la vigueur d’un colosse et cela n’avait rien d’étonnant. La brune ne se mêlait pas du sort des prisonniers qui croupissaient dans les geôles de l’arène mais elle se doutait que le traitement qu’ils y recevaient ne se basait pas sur des cajoleries. Quoi qu’il en soit, la brune était plutôt sereine. Elle se sentait capable de renverser la situation, d’autant plus qu’elle avait encore son revolver armé à la main. L’inconnu continuait à poser ses questions sur un ton méprisant et débordant de condescendance qui ne lui plaisait guère. Le moment de reprendre le dessus était venu. Ivy s’adressa à lui avec charisme et orgueil.  « Ecoute chéri, tu ne sais pas à qui tu parles. Je vais te laisser le bénéfice du doute parce que ce pauvre Ash a déjà assez souffert ces derniers temps et … merde, je l’aime bien. Mais je te conseille sincèrement de commencer à me parler sur un autre ton. »

Pendant qu’elle s’exprimait, elle amorça un mouvement de la main et du coude controlatéral afin de se libérer de l’emprise de l’inconnu. C’est alors qu’une voix résonna derrière elle. C’était Ash, elle en était persuadée. Son timbre était la seule caractéristique qui le distinguait nettement de  son père, la sicilienne avait eu l’occasion de l’ancrer profondément dans sa mémoire. Ash tenta de convaincre son amant de lâcher prise. Ivy laissa alors ses bras retomber le long de son corps. La donne venait de changer. Il n’était plus question de lui échapper par la force. Elle voulait que le fameux Dem la lâche volontairement. Elle voulait qu’il renonce, elle voulait qu’Ash le fasse renoncer. Quoi qu’il en dise, il ne s’agissait pas simplement d’une question de survie. Il le savait, elle le savait, l’homme le savait. Les retombées de sa dernière décompensation alcoolisée lui avaient enseigné une grande leçon. Il est des liens que seule la vulnérabilité peut créer. Elle lui avait rendu sa liberté et il était encore là, prêtant volontairement son temps et sa force à ce groupe qui lui avait fait subir les pires tourments. Ce fameux soir où l’ivresse l’avait fait flancher, il aurait pu profiter de sa faiblesse passagère pour la tuer. Il aurait pu la prendre en otage, se servir d’elle pour sauver son cher et tendre et fuir loin de Ruston. A cet instant précis, alors que le couteau de son amour était enfoncé dans sa chair, il aurait également pu faire le choix de profiter de la situation. A deux, ils étaient plus forts qu’elle. Il se tenait pourtant là, en position de pacificateur. Aurait-il eu la même attitude quelques semaines plus tôt, avant que sa carapace ne s'ébrèche ? Ivy avait la sensation de disposer d’une nouvelle arme dans son arsenal de manipulatrice et cela lui procurait une indéniable satisfaction.

La jeune femme baissa le regard vers le bras d’Ash lorsqu’il vint doubler la main de l'autre homme. Elle fronça les sourcils en remarquant la tâche de sang, envisageant en une fraction de secondes une multitude d’hypothèses, notamment celle d’une éventuelle morsure. Les Horsemen avaient tendance à ne pas s’appesantir sur le sort des prisonniers présentant des blessures suspectes, l’affaire se réglait habituellement d’une balle en pleine tête. Elle pourrait éventuellement utiliser l’existence de cette plaie pour faire chanter les deux hommes au cas où Ash échouerait dans sa tentative de négociation. Il était toujours rassurant de disposer d’un plan de secours mais, dans l’immédiat, la Horsewoman était curieuse d’observer les conséquences de sa présence et de ses actes sur la dynamique du couple.  « Je te conseille de l’écouter, Dem. Fais ce qu’il dit et je saurai me montrer raisonnable. » Ivy savait pertinemment que son intervention ne ferait qu’agacer le brun. Telle était précisément son intention.  






Dernière édition par Ivy Albrizio le Jeu 26 Oct - 0:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Cillian Murphy
▴ inscrit le : 26/03/2017
▴ messages : 386
▴ multi-comptes : Aliénor & Levia
▴ points : 3112
MessageSujet: Re: (demetrius/ash/ivy) and i see fire, hollowing souls   Mer 2 Aoû - 17:19

Demetrius n'était pas si énervé que cela. Tout du moins, il ne l'était pas assez pour ne pas être en mesure de garder son calme. Son ton dédaigneux était commun à toutes les discussions qu'il avait avec des femmes qui n'avaient pas de valeurs à ses yeux. Il n'aimait pas ce genre de l'espèce humaine. Il n'avait confiance qu'en les hommes. Ils étaient le sexe fort et c'est principalement pour cela qu'il lui avait toujours été difficile d'aller vers la gente féminine. La réflexion sur Ash le fit évidemment grincer les dents, mais il trouva la force de répondre d'un ton détaché :

"Pour qu'il ait un tant soit peu d'humour c'est que les Horsemen doivent sacrément se fendre la poire."

Imaginer Ash en proie à un autre homme le dégoûtait, le rendait malade mais il était bien trop fier pour le dire et le montrer : surtout à une catin dans son genre.Il aurait une discussion avec Ash au moment venu. Si ce dernier était encore en vie car cela : Demetrius n'en avait aucune idée. Pour ce qu'il en savait : il pouvait déjà être à moitié dévoré par les morts. Un mal pour un bien. Le docteur n'aurait plus à vivre. Ils pourraient rejoindre leur fille et vivre heureux dans une autre dimension. En entendant un rôdeur non loin, il n'hésita pas à faire pivoter la femme. Peut-être pour qu'elle mesure au combien il était sérieux. Demetrius irait jusqu'au bout. Il n'hésiterait pas une seule seconde et si elle voulait un combat : il lui en donnerait un digne de ce nom bien que ses forces ne soient pas complètement à leurs maximums. La femme prétend apprécier Ash et cela brise son coeur. Restait-il pour elle ? Était-ce pour cela qu'il n'était jamais parti et qu'il n'avait pas encore cherché à venger la mort de sa fille ? A cause de cette traînée sous sa lame ?

"Dans tes rêves succube !" Non. Il ne pourrait jamais lui parler autrement. Il avait tellement souffert dans sa vie. Subit tellement de coups et de blessures qu'il n'y avait rien que les Horsemen puissent faire qu'il n'a déjà vécu.

Alors qu'il la sent se mouver pour se libérer de son emprise et qu'il cherchait déjà un moyen de l'arrêter : la voix d'Ash lui parvient et il grognait presque de frustration. Si elle l'appréciait, c'est que cela devait être réciproque dès lors : il ne le laisserait pas lui faire de mal. D'ailleurs, cela ne manque pas.

"Notre arrêt de mort ou le sien ? Importante pour qui Ash ? Eux ou toi ?" Répond-il immédiatement. "J'ai vu comment tu lui parles et lui sourit." Demetrius le laisse s'approcher et il résiste à son emprise. Il remarque évidemment la blessure au bras d'Ash. Il résiste, accentue la pression sur la gorge. Bon sang qu'il avait envie de la tuer. Lui qui n'avait jamais été violent se laissait aller à ce sentiment grisant.

Ivy sait qu'elle a gagné, elle doit se douter qu'il ne ferait pas de mal physiquement à Ash. Elle se permet même d'utiliser son diminutif. Alors, seulement par amour pour le brun : il baisse son bras et la poussa de toutes ses forces. Loin de lui. Loin d'eux. Il la fusille du regard avant de reporter son attention sur celui qui était son compagnon :

"Prends ton sac, on s'en va. C'est le moment ou jamais." Il chuchote ces paroles. "On a rien à faire ici. Rien. J'ai une planque pour nous, on y sera en sécurité." Demetrius avait tenu sa promesse : il avait tout préparé pour eux. Pour leur famille. Il enleva le tissu sur la blessure et essuya le sang : "Morsure de chien. Pas de rôdeurs." Il regarde Ash en refaisant un arrachant ton propre haut pour faire un garrot propre : "Tu peux tenir jusqu'à ce qu'on a quitté cet endroit de malheur ? Plus tôt on met de la distance entre eux et nous : mieux on se portera. Je ne resterais pas ici Ash." Ashton devait comprendre qu'il partirait. Avec ou sans lui. A contre cœur. "Il n'y a rien qui nous retient. Partons. Je t'en prie. Je ne resterais pas en présence des assassins de notre fille." Il ne pourrait pas guérir entre ces murs.

_________________
you better run

☠️ we don't need a bigger knife


We're killing strangers, so we don't kill the ones that we love. We pack demolition, we can't pack emotion. You better run because we got guns. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Luke Evans
▴ inscrit le : 20/03/2017
▴ messages : 825
▴ multi-comptes : Samuel & Luke
▴ points : 2950
▴ sac : un poignard - une gourde d'eau - la gourmette de Demetrius au poignet - Tu as jeté la photo de ta fille pour que les Horsemen ne connaisse pas son existence
MessageSujet: Re: (demetrius/ash/ivy) and i see fire, hollowing souls   Mer 2 Aoû - 17:50

and i see fire, hollowing souls
Ivy & Demetrius &
Ash


Tu n'as pas besoin d'observer la scène très longtemps pour imaginer l'échange verbal entre Ivy et Demetrius. Ils sont similaires en beaucoup de points, chose que tu garderas pour toi. Tu sais que les insultes et les provocations ont du fuser,poussant l'un et l'autre à porter le coup fatal. Jouer avec la mort semble plaire à la brune, toi, tu n'as jamais trouvé de plaisir malsain dans ce jeu funèbre. La réplique du médecin te fait froncer les sourcils. "Le notre. Si un Horsemen l'a retrouve morte chez moi..." Tu laisses la phrase en suspend, ne voulant pas imaginer la suite des événements. Peut-être qu'une balle dans la tête était une bonne fin après tout,mieux que finir dans les geôles à croupir durant plusieurs jours. L'aggrésivité se fait entendre dans ses paroles, Demetrius est en colère contre toi,contre ton attachement pour Ivy. Il pose d'ailleurs la question fatidique et tu lâches son regard pour le poser sur la jeune femme. Qu'est ce qui peut se passer derrière ce masque qu'elle ne quitte qu'une fois par an ? Son regard entouré de noir ne laisse rien percevoir de ses émotions. Toi tu es bien trop facile à lire. Demetrius te connaît plus que quiconque et ce lien te reliant à Ivy a du lui sauter aux yeux. Est-il jaloux ? S'imagine t'il que tu l'a remplacé avec la femme sous son couteau ? "Elle connaît ton existence depuis le début et ne pas sympathiser aurait été une grossière erreur". C'était ta façon de penser au début, mais tu as été pris dans tes propres filets et laissant la jeune femme t'attirer à elle, comme une araignée attendant que sa proie s'approche à son propre rythme.

Demetrius baisse finalement son bras et tu souffles de soulagement. Mais c'est de courte durée alors que celui-ci te parle déjà de partir. "C'est absolument pas le moment Demetrius." Il ne t'écoute pas, inspecte ta plaie pour la couvrir avec un morceau de son t-shirt. Etant un ancien chirurgien, il réalise d'ailleurs que ce sont les crocs d'un chien, et non d'un rôdeur. Tu te contentes d'hocher la tête pour appuyer sa théorie. "C'est pas le bon moment Dem" Tu le répètes encore alors qu'il s'active. Un coup d’œil vers Ivy et tu poses fermement ta main sur l'épaule du médecin pour qu'il arrête de bouger. "STOP". Le ton de ta voix s'est élevé, tu parles plus strictement que d'habitude. "Pour une fois tu vas devoir m'écouter. C'est l'hécatombe dehors! Il y a des rôdeurs à l’intérieur ET l’extérieur du camps. J'y étais, ils sont attirés par le feu et on ne pourra pas faire 20 mètres!" Il doit comprendre.Il doit réaliser que sortir maintenant serait du suicide. "Tu n'es même pas rétabli. T'es incapable de courir, comment tu veux t'en sortir si on croise une horde hein ?!" Tu t’énerves, c'est mauvais signe. Il sait pertinemment que lorsque tu perds le contrôle de tes moyens, c'est parce que tu paniques et il en prends souvent avantage. "Ivy n'est pas notre ennemie. Elle m'a aidé. Et elle peut encore le faire" Tu te tournes vers l’intéressée "N'est-ce pas ? Quand le moment sera venu tu nous aidera à sortir ?" Peut-être même qu'elle pourra aller avec vous, mais tu ne laisses pas cette idée passer la barrière de tes lèvres. Demetrius te tuerait, ni plus ni moins.


code by bat'phanie

_________________
This could be the end of everything.So why don't we go,somewhere only we know?
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : Rose McGowan
▴ inscrit le : 02/04/2017
▴ messages : 206
▴ multi-comptes : Thalia Davenport
▴ points : 1667
▴ sac : sa dague fétiche réservée à trancher les chairs humaines ▬ un vulgaire couteau de chasse pour les rôdeurs ▬ une bouteille d'eau ▬ une flasque de gin ▬ quelques barres de céréales ▬ une lampe de poche ▬ un revolver ▬ sa death list ▬ un feutre noir ▬ quelques vêtements ▬ une trousse de premiers secours ▬ la montre de son premier amour
MessageSujet: Re: (demetrius/ash/ivy) and i see fire, hollowing souls   Jeu 3 Aoû - 1:49



AND I SEE FIRE, HOLLOWING SOULS
DEMETRIUS, ASH & IVY




Ivy manqua de s’écrouler lorsque l’homme la propulsa en avant. Lorsque ses mains rentrèrent en contact avec le sol, une sensation ancienne et bien trop familière s’empara de son être. Elle se sentait brutalisée, avilie, humiliée. Ce fut comme si elle revivait en une fraction de seconde les coups, les insultes, les viols, les brimades, les séquestrations, toutes ces violences dont elle avait fait l’objet, souvent perpétrées par les prétendus hommes de sa vie, parfois par d’autres. L’ombre de sa mère passa furtivement au dessus d’elle et Ivy revit avec douleur le regard passif de celle qui avait toujours préféré s’en remettre à Dieu plutôt que de défendre son propre enfant. La sicilienne s’était promis de ne jamais plus laisser un homme la maltraiter. Alors qu’elle se redressait doucement, elle croisa son reflet dans le vieux miroir poussiéreux. Le sien et celui de toutes ces femmes brimées qu’elle avait pu venger par le sang. Elle porta sa main à son cou lacéré et assista dans ses yeux au réveil de cette rage destructrice qui lui avait permis d’ôter tant de vies. Derrière son dos, les amants murmuraient. Elle n’en avait que faire. Sa main dominante crispée autour du manche de son revolver, elle se retourna doucement. Ash haussa le ton ce qui contraint Ivy à reprendre contact avec la réalité. Arguant que les rôdeurs avaient envahi Ruston, il tentait de toute évidence de retenir Demetrius qui était bien décidé à prendre la fuite. Derrière son regard vide, la sicilienne enrageait. Avaient-ils oublié sa présence ? Ne la voyaient-ils pas ? Ou plutôt, que voyaient-ils au juste ? Ils semblaient se comporter comme s’ils avaient voix au chapitre, comme s’ils n’étaient pas des prisonniers en présence de leur bourreau. Ash lui porta le coup de grâce lorsqu’il lui demanda de s’engager à les aider à s’échapper du camp. La brune resta figée un instant, effarée. Elle avait commis une série de graves erreurs, elle avait laissé son aura se dissiper. Il ne la craignait plus.

Ivy étouffa un éclat de rire et lança à l'homme un regard glacial.  « Pour qui tu me prends, Ash ? » Elle fit quelques pas en avant. Son visage était strict, fermé, placide.  « Ce n’est pas parce qu’on a partagé une bouteille de gin que les choses ont changé, chéri. » Un sourire cynique vint s’inscrire au coin de ses lèvres.  « Je ne suis pas comme toi. Je suis une Horsewoman. Je prends ce que je veux, je me fous du reste. » La sicilienne braqua calmement son arme devant elle. Il était impératif qu’ils comprennent tous les deux à qui ils avaient affaire. Ash, surtout. Au diable la vulnérabilité et ses vertus, il fallait absolument qu’elle efface l’image de femme faible qu’elle avait eu le malheur de lui laisser entrevoir. Il était vital qu'elle reprenne sa place, qu'elle regagne son autorité. Elle haussa les sourcils. « Tu savais qu’avant tout ce bordel je tranchais des gorges pour de l’argent ? J’ai déjà ma place réservée en enfer, à côté de tous les connards que j’ai pu tuer. » Ivy s’approcha de Demetrius et lui flanqua le canon de son revolver sur la tempe, caressant la détente de son index.  « Rajouter un nom sur ma liste ne me pose aucun problème. » Elle compta alors jusqu’à trois. En silence, dans son esprit. Elle compta jusqu’à trois, fit trois pas en arrière puis tira trois balles dans la porte vitrée qui vola en éclats. Attirés par le bruit, la lumière et l'odeur du sang, les rôdeurs ne tardèrent pas à s’infiltrer dans la pièce. Ivy restait statique, un sourire polaire sur ses lèvres rouges. Elle s'adressa enfin à Demetrius.  « Voyons si tu sers à quelque chose. Si tu prouves ta valeur, peut-être qu’on trouvera une raison de te garder en vie. » La brune jeta un ultime regard en direction d’Ash, tentant d'étouffer les quelques sentiments qui parvenaient à transpercer son implacable carapace de cruauté. Une partie d’elle-même s’était complue dans la chaleur de ce lien naissant, une partie d’elle-même s’en était nourrie. Il était temps de fermer cette parenthèse avant de finir brûlée. Ivy avait besoin de son masque, de son personnage pour s'en sortir. Elle n'avait que son charisme et sa réputation pour se distinguer des êtres ordinaires, inspirer la crainte et se draper d'un halo d'immunité. Qui la respecterait si elle se soumettait aux souhaits d'un esclave ? Ce que murmurait tout bas la voix brisée qui semblait émaner de son coeur n'avait aucune importance. Elle était seule, c'était ainsi qu'elle survivait.





Dernière édition par Ivy Albrizio le Jeu 26 Oct - 0:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Cillian Murphy
▴ inscrit le : 26/03/2017
▴ messages : 386
▴ multi-comptes : Aliénor & Levia
▴ points : 3112
MessageSujet: Re: (demetrius/ash/ivy) and i see fire, hollowing souls   Sam 5 Aoû - 19:28

« Depuis quand tu te soucis de ce qu’ils pensent ?! On sera déjà parti depuis longtemps de toute façon quand ils trouveront son corps ! » Demetrius ne comptait absolument pas croupir ici non.

Pourtant, il baisse son arme et la laisse partir en la poussant plus loin : ne la regardant même pas. Il n’était absolument pas concerné par son bien-être, si elle s’est faite mal ou autre. Si Ash n’était pas rentré : ils se seraient battus à mort probablement. Peu importait maintenant, ils allaient partir et ils pourraient mettre tout ça derrière eux. C’est ce que le docteur expliquait à son aimé en le soignant et en se rassurant par la même occasion quant à la blessure d’Ash. Quand ce dernier lève sa voix pour le faire taire : son cœur se brise et se durcit immédiatement. Comment osait-il lui parler comme ça ? Comme s’il n’était que de la merde ?! Demetrius serre de toutes ses forces sa mâchoire.

« Je préfère crever dehors en homme libre que d’être leur putain de prisonnier ! » Crache-t-il. « Tu n’as donc pas confiance en moi eh ?! » Le doc avait survécu à tellement de choses depuis son premier cri poussé sur terre qu’il avait l’impression que même s’il le voulait : il ne pourrait pas mourir. Quand il parle de la jeune femme de la sorte : il se met à rire pour se foutre de lui complètement : « On ne peut pas faire confiance aux femelles ! C’est une vipère ! Elle va te trahir à la première occasion ! Jamais, tu m’entends, jamais je ne mettrais mon destin entre les mains d’une femme ! »

Et Ivy exécuta avec brio cette théorie. A un tel point que cela était délectable. Cela apprendrait à Ash qu’il ne faut pas faire confiance à la première paire d’yeux. Demetrius pouvait sentir les garces et les traîtresses de son espèce. Il l’écoutait parler, arborant le même sourire qu’elle. Il était toujours satisfait de voir que ces femmes étaient réellement sans honneur. Quand elle le menace, il se permet de rire :

« Si ton destin est de croupir en enfer : soit certain qu’on s’y retrouvera et qu’on aura l’éternité pour régler cette petite histoire : chérie. » Son ton méprisant : il ne l’avait absolument pas perdu. Il fit un pas en avant pour accentuer la pression du canon contre son crâne : son regard plongé dans celle qui pouvait mettre un terme à son existence si l’envie lui prenait. Ce qui suit le surprend, il hoche d’ailleurs la tête et glisse avant que les rôdeurs arrivent : « T’es bien une femme, une catin qui prétends avoir des couilles. C’est pitoyable. »

Demetrius récupéra sa dague et s’approcha du premier zombie qu’il tua habillement, avant d’attraper le deuxième sur la liste et de l’envoyer sur Ivy. Plusieurs fois il répéta l’opération avant de se mettre devant d’Ash :

« Dos à dos, on aura plus de chances de les avoir love. » Il n’était certes pas totalement remis de ses blessures, mais il pouvait encore en démordre. Il n’avait pas le choix. Il ne se battait pas pour lui : mais pour Ash et cela était la meilleure des motivations. Car pour lui, il était prêt à tout. Surtout du pire et ça Ivy n’avait probablement même pas idée de ce fait. « Si on sort vivant de cette putain de maison : on se casse de là ! Qu’ils meurent de leurs blessures et des infections que va résulter leurs brûlures ! »

Demetrius savourait déjà cet instant. Une raison de plus pour rester en vie et continuer d’imaginer ces porcs crevés et souffrir comme il se devait. Tout se payait dans la vie ! Les rôdeurs étaient maintenant partout même s’ils avaient cessé de rentrer dans la maison. Ils étaient tous les trois pris au piège.

_________________
you better run

☠️ we don't need a bigger knife


We're killing strangers, so we don't kill the ones that we love. We pack demolition, we can't pack emotion. You better run because we got guns. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ▴ KEYS TO THE KINGDOM.
▴ avatar : Luke Evans
▴ inscrit le : 20/03/2017
▴ messages : 825
▴ multi-comptes : Samuel & Luke
▴ points : 2950
▴ sac : un poignard - une gourde d'eau - la gourmette de Demetrius au poignet - Tu as jeté la photo de ta fille pour que les Horsemen ne connaisse pas son existence
MessageSujet: Re: (demetrius/ash/ivy) and i see fire, hollowing souls   Ven 11 Aoû - 13:55

and i see fire, hollowing souls
Ivy & Demetrius &
Ash


Alors que le corps de la brune s'écroule au sol, tu détournes le regard vers Demetrius. C'est la première fois que vous n'êtes pas sur la même longueur d'onde et vos deux idées sont opposées. Rester ici quelques jours supplémentaires te semble la meilleure solution. Demetrius n'est pas encore prêt à sortir, à s'aventurer à l’extérieur. Ou alors utilises-tu ses blessures pour te cacher à l’intérieur des murs ? Tu as grandis dans une communauté, et bien que les Horsemen ne soit pas TA secte, tu y trouves une certaine sécurité. Etre seul à l’extérieur, ne plus répondre à une hiérarchie ou  à des règles te terrifie. La réponse du brun ne te surprends pas, tu aurais du le deviner avant même de demander de l'aide à Ivy. Mais c'est l'intervention de la Sicilienne qui te laisse sans voix.

Tu es bien trop naïf Ash, tu cherches toujours à voir le bon chez les personnes qui t'entourent, même quand ils t'ont fait du mal. Tu avais baissé les armes face à Ivy et avait même pensé que vous étiez amis. Mais elle ne tarde pas à remettre les pendules à l'heure. C'est une Horsewoman et toi tu n'es que leur prisonnier. Peut-être que tu as l'impression d'avoir évolué mais eux...Ils te verront toujours comme leur larbin. Ivy, inclue. Alors tu fronces les sourcils alors que l'incompréhension se lit dans tes yeux. Incompréhension qui devient de la peur alors que le canon de la Sicilienne touche la tempe de Demetrius. Qu'elle te menace toi est une chose,mais s'en prendre à Dem est une grande erreur. Tu avances d'un pas et serrant les poings. Le sourire du médecin te rend dingue. Il joue avec la mort et il apprécie cette situation idiote. Son destin lui importe peu,mais il est vital pour toi qu'il reste en vie. Après la perte de Sasha, tu ne pourrais simplement pas survivre à celle de Demetrius. Dans un reflex que tu pensais avoir perdu, ta main glisse sur le revolver attaché à ta ceinture. Tu ne lâches pas des yeux Ivy alors que ton coeur semble battre à cent à l'heure. "Il est médecin! l peut aider" Prouver son utilité pour que le doigt de la brune n'appuie pas sur la gâchette. Demetrius refuserait d'aider mais c'est un problème que tu pourras gérer plus tard. Ta dextre toujours posée sur ton arme, tu sais que tu n'aurais pas le temps de tirer avant qu'elle le fasse. Alors comme d'habitude, tu tentes d'utiliser la raison plutôt que la violence.

La porte vitrée vole en éclat et rapidement, les rôdeurs entrent dans la pièce. Ton premier reflex est d'attraper un couteau de cuisine posé sur la table basse. Le son de ton arme à feu ne ferait qu'en attirer plus. La lame se plante dans la chair décomposée alors que tu te rapproches du médecin, oubliant totalement la présence d'Ivy. Il est ta priorité. "Sortons vivant de là et ensuite on ira où tu veux". Ivy vient de prouver que cet endroit met Demetrius en danger. Tu le pensais en sécurité chez toi, et au contraire tu l'a précipité dans la menace. 2 rôdeurs sont à terre alors que tu montres les escaliers au brun "Montes par là! On pourra sortir par la fenetre du haut" Les rôdeurs sont plus lent, il suffirait de fermer la porte derrière vous et de sauter par la fenêtre pour tenter votre chance à l’extérieur. Tu attrapes l'être putride qui s'approche un peu trop de vous pour le pousser en arrière, vous donnant un peu de repos. Ivy se trouve plus loin, elle ne pourra probablement pas atteindre les escaliers. Alors tu plantes la lame dans le crane de l'un des être et attrapes la main de Demetrius pour l'attirer en haut avec toi. Chaque marches les ralentit un peu plus, tu as l'impression de voir une chance  se dessiner pour vous. Une porte de sortie vers la liberté. Avant d'atteindre l'étage, tu te retournes pour voir les rôdeurs toujours en bas avec Ivy. Tu serres les dents et t'empares finalement de ton revolver pour utiliser tes trois dernières balles afin de descendre les rodeurs autour de la brune. Chose faite, tu grimpes les dernières marches. "Tu vas bien ? Tu n'as pas été mordu ???"



code by bat'phanie

_________________
This could be the end of everything.So why don't we go,somewhere only we know?
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBER ▴ EVERYTHING DIES.
▴ avatar : Rose McGowan
▴ inscrit le : 02/04/2017
▴ messages : 206
▴ multi-comptes : Thalia Davenport
▴ points : 1667
▴ sac : sa dague fétiche réservée à trancher les chairs humaines ▬ un vulgaire couteau de chasse pour les rôdeurs ▬ une bouteille d'eau ▬ une flasque de gin ▬ quelques barres de céréales ▬ une lampe de poche ▬ un revolver ▬ sa death list ▬ un feutre noir ▬ quelques vêtements ▬ une trousse de premiers secours ▬ la montre de son premier amour
MessageSujet: Re: (demetrius/ash/ivy) and i see fire, hollowing souls   Lun 14 Aoû - 3:01



AND I SEE FIRE, HOLLOWING SOULS
DEMETRIUS, ASH & IVY




Il y avait le chaos, le chaos et ses yeux. Ses yeux et la douloureuse incompréhension que l’on pouvait y lire. Ivy fixait Ash d’un regard froid et opaque tandis que les rôdeurs s’infiltraient dans la demeure. Avait-il conscience de l’effort que lui avait coûté le fait de faire voler en éclats cette vitre au lieu du crâne de son amant ? Il s’était agi d’une concession chèrement arrachée, d’un compromis serré avec ses propres ténèbres, d’un acte de clémence, presque. Demetrius représentait à cet instant ce qu’elle abhorrait le plus chez les hommes, peut-être ce qu’elle abhorrait le plus au monde. Son venin caustique, méprisant et saturé de misogynie réveillait en elle une violence insoupçonnée, une rage qu’une simple balle dans la tête n’aurait su apaiser. A travers lui, elle les voyait tous, ces êtres archaïques qui l’avaient déjà réduite dans leurs pensées, leurs mots, leurs actes au statut de femelle, faible, fourbe et indigne de confiance. La sicilienne ne comprenait pas comment Ash avait pu s’éprendre d’une telle personne, elle se surprit même à ressentir une certaine forme de déception. Pourquoi diable s’en préoccupait-elle ? Elle s’en voulait de l’avoir laissé effleurer son âme, elle lui en voulait d’y avoir laissé son empreinte car elle savait qu’elle ne pourrait jamais s’en débarrasser.

Elle se retourna alors vers la mort. Vers les morts. Elle dégaina son couteau et détailla leurs visages familiers. Elle resta immobile quelques instants, laissant leurs silhouettes décharnées et leurs mâchoires claquantes l’approcher. Une part d’elle-même les suppliait de venir la dévorer. La perspective de laisser la douleur purifier son âme noircie avant qu’elle ne s’éteigne,  qu’elle ne se dissolve dans le néant lui paraissait terriblement séduisante. Elle savait pourtant qu’elle était incapable d’abdiquer face à la mort. Lorsqu’elle sentirait le souffle de ces funestes êtres sur sa peau, son instinct de survie prendrait le contrôle. En attendant, la sicilienne restait statique, curieuse de savoir avec quel degré d’intimité elle se permettrait d’enlacer la Grande Faucheuse ce soir-là Le destin ne lui en laissa pas le temps. Trois balles vinrent se loger dans les cervelles putréfiées des indésirables qui l’acculaient. La sicilienne se retourna et croisa le regard d’Ash qui avait grimpé en haut des escaliers. Elle souleva en sa direction son poignet gauche habillé de la montre cassée de Finn et esquissa un sourire.  « Je te l’ai dit, elle est maudite. » Elle était en vie, encore.

Ivy laissa les deux hommes disparaître à l’étage. Pourquoi Ash l’avait-il aidée ? Et voilà que ce mystère la perturbait à nouveau. Peut-être n’avait-il pas d’intentions cachées, peut-être avait-il simplement une belle âme. Une belle âme qui ne pouvait que se profaner au contact des ténèbres  toxiques émanant de personnes comme elle, de personnes comme semblait l’être sa moitié. Une belle âme qui n’était pas censée appartenir à ce monde damné. Une belle anomalie, belle et triste.  Etrangement, cette réflexion ne suscita pas en elle autant de cynisme qu’habituellement lorsqu'elle pensait aux êtres vertueux. La brune traversa le salon, l’entrée puis franchit le seuil de la porte. Dehors, la ville ressemblait à un champ de bataille. Elle s’élança sur la chaussée, le regard vide et absent. Une poignée d’hommes faisant partie de la garde rapprochée de Sam vint à sa rencontre, l’un d’entre eux l’interpella tout en désignant la maison d’Ash.  « Hey Ivy, tu vas bien ? Il y a quelqu’un là dedans ? » Ivy pensa immédiatement à Aliénor dont la grossesse progressait dangereusement, elle pensa au fait que Demetrius était vraisemblablement médecin. Il lui aurait suffi d’un mot pour le faire capturer. Elle ne lui faisait néanmoins absolument pas confiance et le simple fait de l’imaginer entre les cuisses de son amie lui donnait la nausée. La sicilienne esquissa un sourire triste tout en agitant son couteau.  « Juste des rôdeurs. Des rôdeurs morts. » Elle aurait également pu signaler la présence de l’évadé pour qu’il se fasse exécuter, tout simplement. Elle avait choisi de se taire. Pour Ash. Pour continuer de voir sous les traits de son salaud de père quelque chose de beau.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (demetrius/ash/ivy) and i see fire, hollowing souls   

Revenir en haut Aller en bas
 

(demetrius/ash/ivy) and i see fire, hollowing souls

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
hearts still beating :: What happened and what's going on. :: dead things :: les rps :: rps terminés-
Sauter vers: